Pour Marie-André Ouimet, «c’est un don facile à faire, qui ne coûte pas cher. Ça sauve du temps et des vies!»
Pour Marie-André Ouimet, «c’est un don facile à faire, qui ne coûte pas cher. Ça sauve du temps et des vies!»

Première collecte de sang de l’année à Hawkesbury

Certains diront qu’il n’y a pas plus grand don de soi que de donner du sang. Le vendredi 3 janvier avait lieu la première collecte de sang de l’année à Hawkesbury, au centre sportif Robert-Hartley.

«Toutes les 60 secondes, quelqu’un au pays a besoin de sang », a expliqué Jan Grant, directrice territoriale à la Société canadienne du sang lors d’une collecte de sang le vendredi 3 janvier au Complexe sportif Robert Hartley de Hawkesbury. « Nous sommes donc très heureux d’avoir eu de nouveaux donneurs à cette collecte de début d’année, durant une période lorsque bien des gens sont en famille ou en vacances. »

Organisé par la Société canadienne du sang, l’événement a quand même attiré 71 personnes, dont plusieurs pour qui c’était la première fois. Bien des donneurs ont pris connaissance de l’événement sur la page Facebook officielle de la ville de Hawkesbury, preuve que les efforts de communication portent fruit.

Carolle Rose donnait pour la première fois, et compte répéter l’expérience.

Il y a une première fois à tout

Pour Carolle Rose, une résidente d’Alfred qui a vécu une trentaine d’années à Hawkesbury, il s’agissait d’un premier don de sang. Affirmant avoir «Hawkesbury tatouée sur le cœur», Mme Rose raconte qu’elle s’engage dans sa communauté depuis toujours, et que «le bénévolat, c’est le don de soi». Son don est d’autant plus altruiste qu’elle est AB-, le groupe sanguin le plus rare.

De son côté, Marie-Andrée Ouimet, une coach en éducation qui accompagne les enseignants en matière de leadership, a retrouvé ses bonnes vieilles habitudes – c’était la première fois qu’elle donnait en 10 ans. Mme Ouimet a expliqué que les circonstances de la vie et du quotidien font souvent en sorte que ces choses-là sont repoussées et repoussées encore. Toutefois, elle a décidé de se retrousser à nouveau les manches, littéralement! Pour elle, «C’est un don facile à faire, qui ne coûte pas cher. Ça sauve du temps et des vies!» Curieusement, Mme Ouimet possède, elle, le groupe sanguin O+, le plus courant.

Chaque goutte compte

Quel groupe sanguin est le plus recherché? Jan Grant insiste : «Ils le sont tous, s’exclame-t-elle, à peine 4 % des Canadiens donnent de leur sang et fournissent donc l’essentiel des besoins au pays. Hélas, cela ne suffit pas.» Il faut savoir que si les personnes O- sont les donneurs universels, les groupes A et 0 positifs sont tout aussi utilisés dans les hôpitaux.

Lors de leur don, qui a duré une petite heure, tant Carolle Rose que Marie-André Ouimet ont vanté le personnel infirmier. Mme Rose a toutefois offert ce conseil aux futurs donneurs : «Prenez rendez-vous préalablement. Ça va plus vite.»

Les gens qui souhaitent donner du sang – ou de leur temps – peuvent communiquer avec la Société canadienne du sang en Ontario et avec Héma-Québec dans la Belle Province. Notons par ailleurs qu’il est important de respecter les délais prescrits entre chaque don.

Société canadienne du sang : www.blood.ca ou 1 866-JE-DONNE (6663)

Héma-Québec : www.hema-quebec.qc.ca ou 1-888-666-HEMA (4362)

Work continues on the Ecolomondo project, a “green” addition to Hawkesbury’s industrial sector and the company is optimistic about having its new showpiece recycling facility ready soon.
COVID-19

Le nombre de cas confirmés est en baisse partout au Québec. Lundi, le 8 juin, la Santé publique a consigné huit décès à l’échelle du Québec. Cette tendance s’observe aussi dans les Laurentides. À quoi ressemble donc la situation dans Argenteuil?