La technologue Valérie Bougie explique les principales caractéristiques du nouveau tomodensitomètre.—
La technologue Valérie Bougie explique les principales caractéristiques du nouveau tomodensitomètre.—

La santé à l’ère moderne à Hawkesbury

André Farhat
EAP
Mission accomplie pour la Fondation de l’Hôpital Général de Hawkesbury, qui a fièrement clôturé une campagne de quatre ans. L’objectif : recueillir les fonds nécessaires à l’acquisition d’installations de pointe, notamment un tomodensitomètre (CT scanner) et un appareil d’imagerie à résonance magnétique (IRM).

«Depuis 2014, l’Hôpital Général de Hawkesbury (HGH) a connu la plus importante transformation de son histoire», s’est exclamée fièrement Julie Maranda, médecin-chef de l’HGH, lors d’une soirée organisée le 14 janvier, en l’honneur des nombreux et généreux donateurs qui ont permis l’acquisition de ce précieux matériel.

Une campagne rassembleuse, une communauté rassemblée

Les dons recueillis lors de la campagne Accès 2018 ont totalisé 4 millions de dollars sur les 5 millions requis. C’est 80 % des couts globaux. L’hôpital a payé la différence, soit un million de dollars. 

«Nos valeurs sont la compassion, l’innovation et l’excellence, a déclaré le directeur général de la Fondation de l’HGH, Pierre-Luc Byham. Quand une communauté est derrière son hôpital, on passe de l’excellence à l’exception. Et cet investissement aura un impact sur des générations; vos enfants et petits-enfants pourront bénéficier de diagnostics précis et rapides.»

Les répercussions positives se feront sentir d’autres façons.  «Les services que nous offrirons grâce à cet équipement (comme la radiologie et l’orthopédie) vont attirer une main-d’œuvre qualifiée, ainsi que des professionnels et leurs conjoints, qui s’installeront dans la région», a expliqué Dre Maranda.

Au chapitre de l'embauche, le médecin-chef a noté que la tendance s’est inversée. «Dès 2014, nous avons préparé le recrutement. Or, tandis qu’avant nous devions solliciter du personnel médical et infirmier, on reçoit maintenant de plus en plus de candidatures spontanées», s’est-elle réjouie.

Une technologie de pointe pour des services élargis

L’appareil d’IRM arrivera en principe à l’été 2020, mais l’HGH possède déjà depuis l’automne dernier un nouveau tomodensitomètre d’une efficacité et d’une précision impressionnante. Le docteur Antoine Robillard, radiologue, explique qu’il peut réaliser une lecture complète d’un patient en quelques secondes. «C’est comme comparer une vieille télé à un écran 4K, a-t-il expliqué, en référence à l’ancien appareil. On pourra détecter des métastases plus tôt, il y a réduction de la dose de radiations qu’absorbent les patients […] et on pourra diagnostiquer un nombre accru de patients, ce qui se traduit par une liste d’attente diminuée et donc, une plus grande accessibilité aux soins», a-t-il énuméré, entre autres avantages.

Outre ces deux appareils, l’HGH s’est procuré une caméra 4K pour les procédures d’arthroscopie. Selon Daniel Lemieux, directeur clinique des périopératoires, cette sonde plus petite qu’un index «offre une meilleure résolution, même lorsqu’on doit agrandir l’image», ce qui facilite les interventions chirurgicales orthopédiques.

De nouveaux services

Car l’hôpital se dote également d’un programme orthopédique à part entière, dirigé par Michael Flahauw, gestionnaire clinique de la stérilisation centrale et du bloc opératoire. «Nous pourrons traiter une multitude de fractures simples, tant aux articulations – poignet, épaule, genou, pied, etc. – qu’aux os» a-t-il détaillé en faisant la démonstration de la mise en place d’une plaque à l’aide d’une nouvelle perceuse chirurgicale.

L’ajout de soins orthopédiques est tout à fait désigné pour une région comme Prescott-Russell. «Il y a ici une population vieillissante, mais aussi, les gens font beaucoup de sport, de moto, etc. Je crois que ça va être un service super pour les gens de Hawkesbury», a souligné M. Flahauw.

Évidemment, les nouveaux tomodensitomètre et appareil d’IRM serviront tant à l’orthopédie qu’à l’oncologie, et pour détecter des problèmes osseux et digestifs.

Des citoyens suivis de près

Selon toutes les personnes concernées, cette bonification majeure des services médicaux est extrêmement bénéfique, tant pour Hawkesbury et Prescott-Russell que pour les collectivités périphériques. En offrant ces soins ici, on désengorge du même coup les hôpitaux d’Ottawa. On fait par ailleurs rayonner la région et on y attire du sang neuf. 

Cela dit, la priorité est claire pour tous : desservir toujours mieux la population locale et offrir des soins de première qualité, rapidement et à proximité.