William Dorais veut aller à l'école pour pouvoir apprendre des choses et s'amuser. Mais les conflits de travail entre les syndicats d'enseignants et le gouvernement provincial rendent cela impossible. Il a donc organisé un rassemblement public dans son village natal de Limoges, le dimanche 8 mars, pour manifester son soutien à ses enseignants et exiger que le gouvernement provincial négocie de bonne foi avec les syndicats.
William Dorais veut aller à l'école pour pouvoir apprendre des choses et s'amuser. Mais les conflits de travail entre les syndicats d'enseignants et le gouvernement provincial rendent cela impossible. Il a donc organisé un rassemblement public dans son village natal de Limoges, le dimanche 8 mars, pour manifester son soutien à ses enseignants et exiger que le gouvernement provincial négocie de bonne foi avec les syndicats.

Un élève de Limoges organise un rallye en appui aux enseignants

Gregg Chamberlain
EAP
L'école n'est plus une partie de plaisir pour un jeune étudiant de Limoges, à cause des troubles sociaux, et il veut que le premier ministre Doug Ford règle le problème.

«C'est assez ennuyeux d'aller à l'école maintenant», a déclaré William Dorais, 10 ans, alors que lui et ses camarades de l'École élémentaire catholique St-Viateur, leurs parents et d'autres personnes se sont réunis dimanche après-midi, à l'angle du chemin Limoges et de la rue des Pins. Ils brandissaient des pancartes et des affiches lors de ce rassemblement de soutien aux syndicats d'enseignants et à leur action de grève contre le gouvernement provincial.

AN ENGLISH VERSION OF THIS ARTICLE IS AVAILABLE
Limoges student organizes rally to support his teachers

William Dorais est à la fois l'instigateur et l'organisateur de l'évènement du 8 mars dans son village natal. Il a eu l'idée d'un rassemblement de protestation il y a deux semaines, alors qu'il était à l'école.

«Parce que j'étais fatigué de toutes les conséquences des négociations entre le gouvernement et les enseignants», a-t-il dit, à propos des raisons qui l'ont poussé à organiser ce rassemblement.

Avant de concrétiser son idée, il en a d'abord discuté avec ses parents, Steve Dorais et Andréanne Leboeuf. Ils ont accepté de le soutenir et il a commencé à planifier un rallye dans le village.

Une partie de son plan consistait à utiliser les médias sociaux, notamment une page Facebook, pour promouvoir et expliquer ce qu'il voulait faire et rassembler des partisans. Il s'attendait à ce que plusieurs dizaines de personnes participent à ce rassemblement d'une heure, qui a commencé juste avant 13h, le dimanche 8 mars.

Le jeune William ne s’est pas contenté d’organiser une manifestation, mais il a aussi écrit une lettre au Premier ministre de l’Ontario Doug Ford dans laquelle il l’incite à mettre fin aux grèves et répondre positivement aux demandes des enseignants. » Je vous écris pour vous transmettre mon point de vue concernant le conflit qui vous oppose avec les enseignants de l’Ontario. J’en ai marre de manquer mes journées d’école, car vous ne trouvez aucune entente avec les professeurs qui ont à cœur notre enseignement » peut-on lire sur la lettre.

Les syndicats d'enseignants ont connu une série de grèves tournantes et de piquets de grève au cours des dernières semaines, alors que les négociations sur les nouveaux contrats s'éternisent entre les syndicats et le gouvernement provincial. L'objectif principal des syndicats d'enseignants dans les négociations est d'amener le gouvernement provincial à repenser certaines de ses politiques de réduction de couts, prévues pour les écoles de l'Ontario, à renoncer à ses projets d'augmenter la taille des classes tout en réduisant le nombre d'enseignants et en rendant l'apprentissage en ligne obligatoire pour certains cours.

Le jeune étudiant soutient les enseignants. Mais la stratégie des syndicats signifie des journées d'école manquées pour lui et ses camarades, ainsi que l'annulation de diverses activités.

«Nous n'apprenons pas aussi vite que nous le pourrions, a-t-il déclaré. Il n'y a pas de voyages scolaires, pas de repas chauds, pas de clubs ou de sports après les cours.»

Il a également envoyé une lettre à la députée libérale de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard.«Je ne fais pas seulement cela pour mon école, a déclaré l’étudiant, mais pour toutes les écoles.»