MP under fire on ethics scandal

Glengarry-Prescott-Russell’s Liberal MP is catching flak from his main opponent in this year’s federal election over his action and position in the SNC-Lavalin scandal, which has the prime minister accused of a breach of ethics.

“Only five short months ago, our Liberal MP Francis Drouin shut down the Parliamentary Justice Committee to prevent the former Attorney General, Jody Wilson-Raybould, from testifying on the SNC-Lavalin scandal,” stated Pierre Lemieux, Conservative candidate for the riding, in a letter sent to media in mid-August. “MP Drouin said, ‘I think I have heard enough’, that there was no coverup and that it was time to move on. Well, Canada’s Federal Ethics Commissioner strongly disagrees.”

The focus of Ethics Commissioner Mario Dion’s report was whether or not Prime Minister Justin Trudeau interfered with the decisions of other federal officials, including Jody Wilson-Raybould, former justice minister and attorney general, during the SNC-Lavalin investigation.

L'Orignal

How much should it cost taxpayers for local mayors to sit on the counties council?

Russell Township Mayor Pierre Leroux has what he thinks is an easy and non-political method to calculate how much United Counties of Prescott-Russell council members should get paid.

“I would like to know what’s the impact if we go to a per resident rate for determining counties council salaries,” Leroux said during the UCPR council’s Wednesday committee of the whole session.

Rockland

Aucun enfant ne devrait avoir froid cet hiver. C’est ce que pensent les organisateurs de la campagne annuelle d’habits de neige.

« Notre but, en organisant la campagne, est d’aider les familles dans le besoin, a expliqué Gilles Fournier, directeur général de Groupe Action, l’organisme qui parraine le projet. Le projet comme tel existe à Rockland depuis 14 ans. La communauté s’attend à ce service-là et répond très bien à nos besoins. Les gens sont très engagés et je leur lève mon chapeau. »

Le projet vise à fournir des habits de neige aux enfants de familles vivant avec un faible revenu. « Pour être qualifiées, les familles doivent fournir une preuve de résidence, pour vraiment s’assurer qu’ils habitent dans Clarence-Rockland, a déclaré Nathalie Wolfe, de la Maison de la famille. Nous demandons aussi la carte santé ainsi qu’une preuve de revenu. Ça peut être un T4 de l’an passé ou un relevé de prestation. »

L’an dernier, la campagne a remis 320 habits aux familles de Prescott-Russell, par l’entremise des trois Maisons de la famille de la région : Hawkesbury, Rockland et Embrun. « Les gens embarquent et ils savent que c’est pour une bonne cause, pour que les jeunes puissent s’amuser dans un certain confort », a expliqué M. Fournier.

Cette année, la campagne viendra en aide à de nombreux enfants. « Avant, on desservait les enfants de zéro à six ans, soulignait M. Fournier. Maintenant, on dessert les zéros à 12 ans. D’autres organismes les desservaient, mais ils trouvaient ça difficile. Ce n’est pas facile, il y a beaucoup de travail. Ils nous ont donc approchés pour voir si on pourrait les aider. »

Les membres de la communauté sont invités à prendre part à un déjeuner qui aura lieu le 18 octobre prochain, au restaurant Broadway’s, à Rockland. « Nous on est là, on sert le café et on jase avec le public, disait M. Fournier. Le restaurant prend les commandes et nous on les aide en nettoyant. »

Le public est ensuite invité à faire un don, après leur déjeuner. À la fin de la journée, le restaurant remettra un certain pourcentage des recettes accumulées lors de la campagne. « Le propriétaire du restaurant décide d’un pourcentage, expliquait le directeur général. C’est libre à lui de décider ce qu’il veut donner. Il est quand même assez gentil de nous laisser sa place. »

Même si la campagne requiert beaucoup de temps supplémentaire et de travail acharné, Mme Wolfe souligne que ça en vaut bien la peine. « C’est une charge de travail supplémentaire pour nous, mais lorsque tu vois l’enfant partir avec son habit de neige et qu’il est tout content, tu oublies le reste, disait-elle avec émotion. J’ai une petite famille qui me suit depuis cinq ans et chaque année, ils achètent une carte, ils font des dessins à l’intérieur et viennent me la porter. Tu te dis, ils ont pris le temps de dessiner pour moi. C’est là que tu sais que tout l’ouvrage, ça vaut la peine. »

Le formulaire de demande est disponible à la Maison de la famille et en visitant le site web www.groupeaction.ca. La demande doit être reçue avant le 18 octobre prochain.

Québec

Félix Saint-Denis d'Embrun a été honoré lors du 72e congrès de l’Association canadienne d’éducation de langue française, qui s’est tenu à Québec.

La semaine dernière, on lui a remis le prix Passeur culturel 2019, qui a été créé en 2017. Ce prix rend hommage à des intervenants en éducation, qui transmettent aux jeunes leur passion pour leur culture et leur engagement pour la francophonie.

L'écologisation est l'un des principaux enjeux pour le candidat libertarien Darcy Neal Donnelly lors des élections fédérales de ce mois-ci.

« Premièrement, il y a l'environnement, a déclaré M. Donnelly au cours d'une entrevue lundi matin. C'est ce dont les gens me parlent pendant ma campagne de porte-à-porte. Pour moi, c'est aussi un problème important, parce que je pense à mes enfants. »

M. Donnelly a été le candidat du Parti libertarien du Canada dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell lors de trois élections provinciales antérieures et d'une élection fédérale. Il a expliqué ce qui le motivait à continuer d’inscrire son nom sur le bulletin de vote.

« Si vous demandez à un parent ce qui le motive le plus, a-t-il dit, c'est de protéger ses enfants. C'est à propos des enfants. Je veux que mes enfants vivent en liberté. »

La philosophie du Parti libertarien est de réduire au minimum l'implication ou l'ingérence du gouvernement dans les affaires publiques. Les Libertariens reconnaissent qu'une certaine participation du gouvernement est nécessaire pour la sécurité publique et l'ordre social, mais que les particuliers et les entreprises doivent aussi assumer la responsabilité de leurs actes.

De retour en campagne électorale, M. Donnelly a fait remarquer qu'une gestion financière prudente et adéquate et des soins de santé publics sont les deuxième et troisième préoccupations de la plupart des gens à qui il s'adresse dans la circonscription et ses environs. Lui-même a fait de la gestion de la dette fédérale croissante une priorité pour le prochain gouvernement.

« La première chose que nous ferions, c'est de nous efforcer d'équilibrer le budget », a dit M. Donnelly, au sujet des priorités d'un gouvernement libertarien.

Une autre chose que le Parti libertarien ferait, a fait remarquer M. Donnelly, serait d'abolir l'impôt fédéral sur le revenu qui a été instauré à titre de mesure temporaire, il y a plus d'un siècle, pour régler la dette que le gouvernement canadien avait contractée à l'époque en raison de ses dépenses pendant la Première Guerre mondiale.

« Nous y mettrions fin immédiatement, ce qui rendrait la vie beaucoup plus abordable pour tous », a-t-il confié, ajoutant que la suppression de l'impôt sur le revenu ferait augmenter de 40 % le revenu annuel net d'une famille.


Il n'y a plus de candidat du Parti vert dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell aux élections fédérales de ce mois-ci.

Le Parti vert a retiré Marthe Lépine comme candidate officielle. Les responsables du parti ont expliqué leur décision en raison de ses opinions sur l'avortement et le pro-choix, opinions qu'elle a exprimées sur un blogue.

Mme Lépine a dit qu'elle se présenterait toujours comme candidate indépendante et que son point de vue sur l'avortement et le pro-choix n'aurait eu aucune incidence sur les décisions qu'elle pourrait prendre sur la question si elle était députée de la circonscription.

Il y a maintenant huit noms sur le bulletin de vote pour GPR, Marthe Lépine et Daniel John Fey se présentent tous deux comme indépendants contre le député libéral sortant Francis Drouin et ses principaux concurrents, Pierre Lemieux pour les conservateurs et Konstantine Malakos pour le NPD.

Jean-Jacques Desgranges représente le Parti populaire du Canada, qui fait sa première apparition dans la circonscription, tandis que Darcy Neal Donnelly en est à sa deuxième campagne électorale fédérale comme candidat du Parti libertarien.

Marc-Antoine Gagnier, le visage et la voix du Parti rhinocéros du Canada, termine la liste.

Students all across Prescott-Russell and the rest of Ontario were still in class on Monday thanks to a close-to-the-wire agreement between the province and the Canadian Union of Public Employees.

Students all across Prescott-Russell and the rest of Ontario were still in class on Monday thanks to a close-to-the-wire agreement between the province and the Canadian Union of Public Employees.

Three hours before Sunday’s midnight deadline on negotiations, the two sides came to agreement on a possible new contract for support workers at Ontario schools. The new contract still needs ratification by union members later this month but it means that schools will remain open instead of closing this week as was feared last Friday.

Both the Upper Canada District School Board and the Catholic District School Board of Eastern Ontario both expressed relief on their websites at the last-moment deal over the October 6 weekend.

La grève des écoles de l’Ontario a été évitée de justesse dimanche soir après que le syndicat des employés de soutien des écoles de l'Ontario en soit parvenu à une entente de principe avec l'association des conseillers scolaires.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, en a fait l’annonce dimanche soir dernier. Ce dernier a précisé que cette entente donnera la sécurité et la stabilité nécessaires aux élèves pour étudier dans une atmosphère favorable. « Les écoles seront ouvertes et, plus important encore pour moi, comme ministre de l'Éducation et pour les familles ontariennes, les enfants seront en classe comme il se doit », a-t-il précisé. Des négociations ont eu lieu vendredi dernier pour éviter une grève générale dans les écoles ontariennes.

De son côté, l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC) a fait parvenir un communiqué de presse dans lequel elle se dit heureuse que le Conseil des associations d’employeurs et le gouvernement provincial aient négocié avec succès une entente de principe aux termes d'une convention collective conclue avec le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). L’accord, si ratifié par les membres du SCFP et les conseils scolaires, a été conclu dans le respect des demandes et des attentes de toutes les parties impliquées.

Les détails de l’accord conclu avec le SCFP seront rendus publics après que les membres du syndicat et les conseils scolaires en auront ratifié les termes. Si acceptée, l’entente sera valide jusqu’aux prochaines négociations en 2022. « Nous sommes heureux d’avoir trouvé un terrain d’entente avec le SCFP qui permettra à notre personnel de continuer à offrir le meilleur pour nos élèves. Tous les employés de soutien sont importants à la réalisation de notre mission éducative », a déclaré Johanne Lacombe, présidente de l’AFOCSC.

« L'important pour nous, c'était d'obtenir des services appropriés pour les étudiants. Ce sont nos objectifs prioritaires », a dit Sean Kelly, représentant du SCFP pour la section locale 4155.

Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), a fait paraitre sur son site Web une lettre afin d’informer les parents de la situation. La directrice de l’éducation, Édith Dumont, écrit : « Le syndicat a émis un avis de fin de grève et de grève du zèle le 7 octobre. Nos écoles, le siège social, les services de garde et centres éducatifs sont ouverts ce lundi 7 octobre et le retour progressif complet de l’ensemble de nos activités est prévu au cours des prochains jours. Les activités avant et après l’école et les sorties éducatives reprendront dès que possible. »

Au Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien, on abonde dans le même sens. François Turpin, directeur de l’éducation et secrétaire, écrit que «Tel que nous vous avons informés hier, il n’y aura pas de grève par les membres du SCFP. Les réservations et les activités communautaires qui ont lieu dans nos écoles avant ou après les heures de classe pourront reprendre leurs activités dès le mardi 8 octobre. Les rencontres de parents en soirée pourront également avoir lieu, à moins d’une indication contraire de votre direction d’école. »

Le Syndicat canadien de la fonction publique avait donné, le 25 septembre dernier, un préavis de grève de zèle au gouvernement provincial. Et le 30 septembre, les 55 000 employés de soutien avaient fait la grève du zèle afin, entre autres, d’avoir une sécurité d’emploi et pour le rétablissement des services aux étudiants.


Casselman

Dès cet automne, la Municipalité de Casselman et l’Agence ontarienne des eaux (AOE) lanceront une étude dans le but d’évaluer des options au niveau du traitement de l’eau.

C’est ce que dévoile un communiqué de presse publié par la Municipalité et par l’AOE qui travaillent conjointement à trouver une solution permanente à la concentration élevée de manganèse.

Lorsque l’étude sera terminée, des essais pilotes de la technologie choisie débuteront au cours de l’été 2020.

 

Rockland

L’ambiance était tendue à la Salle de spectacle Optimiste de Rockland, le 3 octobre dernier, lors d’un débat entre plusieurs candidats fédéraux de Glengarry-Prescott-Russell.

Organisé par l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) de Prescott-Russell, le but de l’évènement était de discuter de plusieurs enjeux importants et ce, en français. « C’est important d’avoir l’occasion de discuter des enjeux qui nous touchent, en français, a déclaré Peter Hominuk, le directeur général de L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), avant le débat.

La plupart des candidats prenaient part à la soirée : Konstantine Malakos du Nouveau Parti démocratique, Marthe Lépine du Parti vert, Francis Drouin du Parti libéral, Pierre Lemieux du Parti conservateur et Jean-Jacques Desgranges, du Parti populaire du Canada. Le candidat indépendant Daniel John Fey a pour sa part choisi de ne pas participer au débat. Plutôt, il était plutôt dans la salle et s’est rendu disponible afin de répondre aux questions, à la suite du débat.

Les cinq candidats ont été invités à débattre de divers sujets, dont l’environnement, l’économie, la société, l’immigration et bien sûr, la francophonie.

Sans perdre de temps, M. Malakos a soulevé le fossé qui divise les riches des plus démunis. « C’est une élection importante, a-t-il affirmé avec vigueur. Les gens s’inquiètent des couts des médicaments et des services de base. Le fossé entre les riches et les pauvres continue de prendre de l’expansion! »

Doug Ford a été mentionné à maintes reprises par MM. Malakos et Drouin, ce qui ne semblait visiblement pas plaire conservateur Pierre Lemieux. L’ancien député a rétorqué à chaque fois, sourire aux lèvres, qu’il ne s’agissait pas de l’élection provinciale, mais bien de l’élection fédérale.

Bien que plusieurs enjeux aient été soulevés et débattus, la place du français a été un thème prédominant.  « Le français, c’est notre langue, notre culture et notre appartenance, a fait valoir le député Francis Drouin. On s’est porté à la défense de notre langue l’automne dernier, lorsque le gouvernement de Doug Ford a coupé dans les services aux Franco-Ontariens. »

Pour sa part, M. Lemieux a rappelé qu’à titre de député, il a été grandement engagé auprès de la communauté francophone. « Lorsque j’étais député de notre région, on m’a confié la mission spécifique de secrétaire parlementaire du ministre des langues officielles, a-t-il expliqué. J’ai travaillé étroitement avec des communautés francophones comme la nôtre, partout au pays. »

Tous les candidats étaient tout de même d’accord en ce qui concerne la modernisation de la loi sur les langues officielles.

La candidate du Parti vert elle, s’en est tenue essentiellement aux thèmes de prédilection de son parti, soit l’environnement et la cause sociale. « Si on veut protéger l’environnement, une très bonne solution est de favoriser les fermes familiales en protégeant leurs sources de revenus, a-t-elle déclaré. » 

L’immigration, l’environnement et la cause sociale ont été des pommes de discorde entre le candidat du Parti populaire du Canada Jean-Jacques Desgranges et les candidats libéral et néodémocrate Drouin et Malakos respectivement.  Le candidat du PPC n’a pas hésité à défendre le programme de son parti à maintes reprises, ce qui lui a aussi valu certaines huées de la part des participants.

Après la fusion de quatre Centraide en 2017, Centraide de Prescott-Russell, d’Ottawa et des comtés de Lanark et de Renfrew devient une seule identité : Centraide de l’Est de l’Ontario.

Et c’est le 24 septembre prochain que le lancement de Centraide de l’Est de l’Ontario aura lieu. « À Centraide, nous savons que les défis auxquels les gens font face ne commencent pas aux frontières géographiques et ne s’y arrêtent pas, explique Michael Allen, président et chef de la direction de Centraide de l’Est de l’Ontario. L’itinérance juvénile, l’isolement des personnes âgées et les problèmes de santé mentale ne s’arrêtent pas aux limites des quartiers; ce sont des enjeux auxquels nous sommes tous confrontés. »

Centraide de l’Est de l’Ontario relève les défis les plus importants auxquels les gens et les familles des communautés de Prescott et Russell, d’Ottawa, et des comtés de Lanark et de Renfrew font face.

« Nous savons que nous sommes plus forts lorsque nous unissons nos forces et parlons d’une même voix, a déclaré Agata Michalska, directrice régionale des communautés de Prescott et Russell de Centraide de l’Est de l’Ontario. C’est pourquoi nous retroussons nos manches et continuons de changer les choses dans les communautés dans lesquelles nous vivons, travaillons et nous divertissons. »

Centraide de l’Est de l’Ontario continue d’avoir un effet purement local en investissant les fonds amassés dans les communautés où ils ont été amassés afin d’y avoir l’effet le plus palpable. Centraide continuera également d’avoir des bureaux, voire des activités, des employés et des bénévoles, dans les communautés de Prescott et Russell, d’Ottawa et des comtés de Lanark et de Renfrew..


Russell

De plus en plus de gens prennent l'autobus dans la municipalité de Russell, ce qui est une bonne nouvelle pour le service de transport en commun local.

« Nous prévoyons une augmentation des revenus de 20 000 $, a déclaré Dominique Tremblay, directrice du développement économique, lors du rapport régulier de son ministère au conseil, le 3 septembre dernier. Ce qui est vraiment une bonne nouvelle, parce que nous voyons beaucoup de nouveaux clients utiliser nos autobus. »

Mme Tremblay a mentionné que son ministère a reçu plus de 60 demandes de renseignements sur le service de transport en commun local, ainsi que des commentaires sur la qualité du service pour Russell Transpo et des suggestions d'amélioration.

Le personnel du ministère est en train de finaliser les détails d'un nouveau contrat de trois ans avec 417 Bus Line pour poursuivre les activités de Russell Transpo jusqu'en juin 2022. Mme Tremblay et son personnel sont également en contact avec leurs homologues d'Ottawa pour gérer l'entente de partage de clientèle avec OC Transpo et pour tenter de déterminer l’impact du nouveau réseau de train léger sur rail (TLR) d'Ottawa sur l'établissement des itinéraires de Russell Transpo.

Le prolongement d'Orléans du réseau de TLR d'Ottawa sera mis en service plus tard ce mois-ci. Pour l'instant, aucun changement aux itinéraires et à l'horaire de Russell Transpo n'est prévu, mais le personnel de la municipalité observera le fonctionnement du nouveau du TLR afin de pouvoir planifier pour l'avenir de Russell Transpo.

Le personnel de la Municipalité travaille également avec le service de développement économique des Comtés unis de Prescott et Russell sur la planification de l'horaire de la route PR Transpo et des liens avec le canton de Russell.

Chute-à-Blondeau

Yves Saint-Denis n’est plus.

Le fondateur de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) de Prescott-Russell, M. Saint-Denis, de Chute-à-Blondeau, est décédé lundi, à l’âge de 78 ans.

Détenteur de l’Ordre des francophones d’Amérique et de l’Ordre de la Pléiade, ce pionnier de la langue française était un professeur de longue date et a été président de l’ACFO provinciale pendant plusieurs années. De plus, il s’était vu décerné la prestigieuse médaille d’argent Bene Merenti de Patria, de la part de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, en honneur de sa grande contribution à la cause de la francophonie.

« Au nom de L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), je tiens à transmettre mes sincères condoléances à la famille, aux proches et aux amis de M. Saint-Denis, a souligné Carol Jolin, président de l’AFO. »

M. Saint-Denis menait un combat acharné depuis plusieurs années contre le cancer et avait subi plus d’une dizaine de chirurgies. Le service funéraire du pionnier aura lieu le 19 septembre prochain, en l’église Saint-Joachim de Chute-à-Blondeau, d’où il est natif.

De plus amples détails à venir

Grenville-sur-la-Rouge

Trois régions s’engagent à protéger la rivière des Outaouais

Les préfets des MRC d’Argenteuil et de Papineau, Scott Pearce et Benoit Lauzon, ainsi que leur vis-à-vis ontarien des Comtés unis de Prescott et Russell, le président Robert Kirby, ont signé, le 28 aout dernier, au Centre Notre-Dame de la Rouge à Grenville-sur-la-Rouge, une déclaration commune en faveur de la rivière des Outaouais.

« Réaliser conjointement diverses initiatives, études et recherches pour mieux comprendre, protéger et préserver les écosystèmes et la biodiversité de la rivière des Outaouais; intégrer et partager les informations et les connaissances portant sur la santé de la rivière des Outaouais, sur les défis auxquels les municipalités sont confrontées, sur les solutions possibles pour l’atteinte de meilleures pratiques de gestion », sont quelques-uns des objectifs lus dans la déclaration par les responsables des trois régions. Ils ont aussi exprimé leur volonté de faire participer la population et les partenaires du milieu à la protection de la rivière tout en vulgarisant les bonnes actions menées collectivement.

Pacte de l’amitié

La déclaration signée par les municipalités régionales de comtés d’Argenteuil et de Papineau au Québec et les Comtés unis de Prescott-Russell en Ontario s’inscrit dans le cadre du Pacte d’amitié entre les trois gouvernements régionaux. Son but est aussi « d’encourager la création d’alliances naturelles et stratégiques en matière de culture, patrimoine, récréotourisme, éducation, sport, environnement, engagement social, économie et agriculture. »  

Marc Carrière, directeur général de la MRC d’Argenteuil, et maitre de cérémonie de la rencontre a, dans ses interventions, souligné la portée de l’évènement. « Le pacte d’amitié touche trois territoires, Argenteuil, Papineau, et les Comtés unis de Prescott et Russell, a-t-il exposé. C’est un total de 41 municipalités qui comptent ensemble environ 150 000 habitants permanents. » Pour la réalisation de leurs objectifs, les trois parties ont associé à leur partenariat l’organisme à but non lucratif Garde-rivière des Outaouais.

Cette 9e rencontre d’amitié a réuni les maires des régions concernées et le député fédéral d’Argenteuil-la-Petite-Nation, Stéphane Lauzon ainsi que la représentante de la députée d’Argenteuil, Catherine Lapointe. Ces derniers ont formulé le souhait de contribuer au succès de cette déclaration qu’ils considèrent comme un bel exemple.



Marthe Lépine is working to get her name on the ballot as the Green Party’s candidate for Glengarry-Prescott-Russell in the October federal election.

“I want to make a contribution with all my experience,” said Lépine, 77, who lives in the Village of Russell in Russell Township. “I feel I have some knowledge that could be useful.”

Lépine, fluent in French and English, is a self-employed translator with a bachelor’s degree and university background studies in commerce and economics. Her resume includes various provincial and federal government postings both in Ottawa and the Northwest Territories, as well as a three-year term on the Embrun Agricultural Cooperative board of directors.

She listed support for small business development, increased pharmacare, and support for the agricultural sector among her concerns.

Lépine was confirmed last month by the Green Party of Canada as its GPR candidate. Now she is working on completing Election Canada’s candidate qualification conditions to ensure that her name is on the October election ballot.

Alfred

Elle danse avec le plus grand papillon diurne au Canada. Le Monarque, considéré comme symbole spirituel ou encore esprit de la forêt, fait partie de la vie de Shanna Steals.

On pourrait dire que les Monarques ont légèrement changé la vie de Mme Steals, directrice générale du Conseil des arts de Prescott-Russell, et de son mari, Richard Lorrain. Car c’est dans leur maison d’Alfred qu’ils font désormais l’élevage des chenilles. « L’année dernière, en allant à Vankleek Hill, au Gardon Path, la propriétaire Tara m’a fait visiter son élevage de Monarques, appelé aussi insecte du soleil, et j’ai trouvé ça absolument génial ! », raconte-t-elle.

Et c’est dans sa cour arrière qu’elle trouve pour la première fois une chenille sur une feuille d’asclépiade (ndlr : Milweed en anglais). Elle prend une petite vidéo de la chenille en train de manger, fait des recherches sur internet et, à sa grande surprise, c’était un Monarque en devenir.


Casselman

« Je vous le dis. Si le problème n’est pas réglé, je casserai le contrat que la municipalité de Casselman a avec vous. »

C’est en ces termes que le maire Daniel Lafleur s’est exprimé avant que le représentant de l’Agence ontarienne des eaux, Maurice Benoit, ne s’explique sur le problème de l’eau colorée, lors de la réunion du conseil du 27 aout dernier. Le maire Lafleur n’accepte pas le rapport livré par l’AOE (qui gère l’eau potable de Casselman), en juillet dernier, et dit ne pas avoir hâte de voir le prochain. « Peut-être que je ne l’accepterai pas non plus », a-t-il dit exacerbé.

« Le problème d’eau à Casselman dure depuis plusieurs années, a précisé M. Benoit, et notre mandat est de trouver le problème actuel. C’est la première fois que nous sommes confrontés à cela. Nous n’avons jamais eu ce genre de problème avec d’autres municipalités auparavant. »

M. Benoit explique que l’eau est basse à cause du barrage dans la rivière Nation à Casselman, et que l’eau est stagnante, car elle ne circule pas. « Ce serait parfait s’il n’y avait pas de barrage. Ça solutionnerait une grosse partie du problème. Nous allons nous tourner vers des oxydants plus puissants, mais ça ne sera pas évident, car ces oxydants forment des sous-produits qui sont régularisés par le ministère de l’Environnement. Ces sous-produits peuvent nuire à la santé, contrairement au manganèse qui se trouve actuellement dans l’eau potable de Casselman. »

Embrun

“I think we should limit ourselves to $50 million,” said Councillor Jamie Laurin during Monday’s council session, regarding a suggestion in an administration report to apply for $52.7 million in funding aid.

Grants Ontario is taking applications from September until midnight November 12 for the next phase of the Investing in Canada Infrastructure Program (ICI) for community recreation and cultural projects. Final decision on successful applications will be made by early 2020.

More than $720 million will be available through the program over the next 10 years to help finance approved projects. The maximum grant possible for renovating an existing facility is $5 million, while a new multi-use project could be eligible for up to a maximum of $50 million in funding aid.

Last month council received a consultant’s report on the proposed Russell recreation complex project. Cost projections ranged from $33.7 million to $52.7 million, depending on which option the municipality chooses as most feasible and affordable. 

Council accepted Laurin’s argument against trying for a grant that would pay the entire cost of the “Cadillac version” of the project. Even though the ICI guidelines allow for exceptions to the $50 million maximum for multi-use projects, Laurin said it would be improve the township’s chance of a successful application if it stuck with the maximum limit for funding aid.

Administration will present council with an updated report on an ICI funding application plan for the recreation complex at the September 15 council session.

Council still wants administration and the consultants to continue planning work based on all the options presented in the report, including preparing a detailed communications plan to explain to all residents the options are available for a multi-use recreation complex that would complement the new Sports Dome and replace the Embrun and Russell arenas.