La Municipalité de Casselman souhaite que le ministère des Richesses naturelles surveillent davantage les pêcheurs sur glace. Quelques incidents, au cours de laquelle une cabane a été brûlée et l'autre abandonnée, ont motivé la sortie des élus de Casselman.
La Municipalité de Casselman souhaite que le ministère des Richesses naturelles surveillent davantage les pêcheurs sur glace. Quelques incidents, au cours de laquelle une cabane a été brûlée et l'autre abandonnée, ont motivé la sortie des élus de Casselman.

Casselman veut une surveillance accrue des pêcheurs sur glace

Annie Lafortune
EAP
La municipalité de Casselman ne veut pas que deux incidents qui s’étaient produits en 2017 et en février dernier, avec l’abandon d’une cabane sur la glace et l’incendie d’une autre, ne deviennent une habitude pour les friands de la pêche sur glace.

Le maire et les élus auront à l’œil les pêcheurs cet hiver, mais surtout ce qu’ils font de leur cabane, qu’ils installent en grand nombre sur la rivière Nation Sud. Car il y a deux ans, un pêcheur avait laissé sa cabane sur la rivière et, à la fonte des glaces, cette dernière s’était échouée sur une petite ile, au nord le la municipalité.

En février dernier, un homme avait été aperçu en train de mettre le feu à sa cabane et de laisser sur la glace les débris incendiés. Des gestes intolérables selon le conseil.

Le maire Daniel Lafleur explique que la municipalité utilise l’eau de la rivière et la filtre pour que les citoyens puissent l’utiliser. « C’est de la pollution qu’ils causent », a-t-il déclaré.

En effet, il devient de plus en plus coutume pour certains pêcheurs d’abandonner leur cabane et, à moins d’une intervention du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, les cabanes abandonnées, même brulées, continueront à polluer les cours d’eau. Les élus de Casselman demandent au ministère d’appliquer une loi et qu’il resserre la surveillance sur le territoire de l’Est ontarien.