Daniel Lafleur, propriétaire de la Maison funéraire et chapelle Lafleur, a vendu son entreprise.  Il se consacrera davantage à sa vie politique, en tant que maire de Casselman.
Daniel Lafleur, propriétaire de la Maison funéraire et chapelle Lafleur, a vendu son entreprise.  Il se consacrera davantage à sa vie politique, en tant que maire de Casselman.

  La retraite pour Daniel Lafleur

«La maison funéraire était une vocation pour moi, mais la situation actuelle attribuable à la COVID-19 a précipité mon départ.»

Daniel Lafleur, propriétaire de la Maison funéraire et chapelle Lafleur, à Casselman et à Embrun, a décidé de prendre sa retraite comme directeur de services funéraires

Après 43 ans de carrière, M. Lafleur a vendu son entreprise, non sans regret, mais l’évolution de la pandémie de la COVID-19 a accéléré sa prise de décision. «J’ai pris cette décision parce que ce métier représente un grand risque pour ma santé», a déclaré celui qui est aussi le maire de la Municipalité de Casselman depuis quelques années.

En effet, M. Lafleur explique qu’il y a quelques années, il a subi une transplantation du cœur. Le métier de directeur de services funéraires demande beaucoup d’engagement et de contacts auprès des personnes et des défunts, ce qui représente un risque pour sa santé.

Dès sa jeunesse, Daniel Lafleur se passionne pour les maisons funéraires. Il se lance donc dans cette aventure en compagnie de son cousin, Phillippe Robert. Tous les deux deviendront les propriétaires d’une première maison funéraire dans la région.

«Mes cousins et mon oncle étaient dans le métier. C’est une histoire de famille. Naturellement, j’ai suivi leurs traces», a expliqué M. Lafleur .

Depuis 1974, Daniel Lafleur baigne dans ce métier, pour lequel il a développé un profond attachement. «Ce métier si particulier permet d’aider et d’épauler les gens en détresse dans un moment de tristesse absolue. On aide les personnes à passer à travers le deuil.»

Une vocation avant tout

Cependant, M. Lafleur a aussi exploré d’autres métiers. Ainsi, il a été restaurateur pendant quelque temps. «Malgré les autres métiers, que j’ai exercés, j’ai toujours conservé un attachement particulier pour la maison funéraire», a-t-il fait valoir.

Le maire de Casselman explique que son leitmotiv durant ces 43 ans a toujours été la satisfaction des personnes qui ont fait affaire avec son entreprise. «Servir nos familles à 250% et leur rendre ce moment de tristesse le plus supportable possible était ma motivation, et d’ailleurs je recevais toujours des lettres et des mots de remerciement de la part des familles. C’est ce que j’ai toujours aimé dans ce métier.»

Un maire à plein temps

Ce départ à la retraite lui permet de se consacrer davantage à la politique. Il se dit prêt à consacrer son temps et son énergie encore davantage dans les affaires de la Municipalité et auprès des citoyens de Casselman.  «Aujourd’hui je me consacre à 100% à la Municipalité de Casselman et je me consacre à 100% à ma femme», a-t-il lancé.

Pour l’instant, rien ne présage une retraite de la politique. «Je ne peux pas me prononcer sur ce sujet. Les choses évoluent étape par étape. Cela dépendra de ma santé. Mais j’ai beaucoup de plaisir et de fierté à travailler avec l’équipe de la Municipalité. C’est une belle équipe.»

Il a tenu à exprimer une grande reconnaissance envers les gens auprès desquels il a œuvré. «Je tiens à remercier le personnel avec qui j’ai travaillé — les prêtres, les révérends et toutes les familles qui nous ont fait confiance. Aujourd’hui, il est temps de passer à autre chose, non sans regret, mais le travail municipal mérite tout mon temps et mes efforts», a-t-il lancé, en guise de conclusion.

Limoges

The gates to the Calypso water park in Limoges are shut and locked right now but the company that owns the aquatic theme park has a plan to let Calypso open for the summer season if the provincial government approves.
COVID-19

Les services religieux «au volant» pourraient s’avérer une solution de rechange pour les églises locales pendant la pandémie à l'approche du temps chaud de l'été.
COVID-19

Entre le 15 janvier et le 19 mai, l’Ontario a enregistré 22 384 cas de COVID-19, dont 1919 décès. Comment les entrepreneurs en pompes funèbres ou les thanatologues tirent-ils leur épingle du jeu en ces temps de pandémie? Des experts de l’Est, du Sud et du Nord de la province témoignent.
Région de Casselman

Un vent violent qui soufflait au-dessus d’un champ de maïs en feu a donné de la difficulté aux pompiers de la Municipalité de La Nation.
Prescott-Russell

The three chambers of commerce for the Prescott-Russell region launched a new virtual conference project to help keep their members informed of important business news items during the COVID-19 pandemic.
COVID-19

The regional health office says people can drive up for their takeout coffee order but then they should drive away with it, instead of standing around in the parking lot with other people, drinking coffee and chatting.