Voici les maîtres d’œuvre du nouveau plan directeur des parcs de la Ville de Lachute soit (de g. à d.) André Primeau, directeur du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, Christine Beaulieu, chef de division, entretien des parcs et soutien aux événements, David Toussaint, chef de division, programmation municipale et développement des infrastructures de loisirs, Carl Péloquin, maire actuel, et le directeur général, Benoit Gravel.
Voici les maîtres d’œuvre du nouveau plan directeur des parcs de la Ville de Lachute soit (de g. à d.) André Primeau, directeur du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, Christine Beaulieu, chef de division, entretien des parcs et soutien aux événements, David Toussaint, chef de division, programmation municipale et développement des infrastructures de loisirs, Carl Péloquin, maire actuel, et le directeur général, Benoit Gravel.

Vision éclairée pour les parcs municipaux

Mylène Deschamps
EAP
Dans le cadre des objectifs stratégiques 2019-2025, c’est avec fierté et enthousiasme que les élus et les cols blancs de la Ville de Lachute ont présenté le plan directeur des parcs, fruit d’un travail de longue haleine, pour la municipalité de Lachute au parc Barron, hier.

«Nous voulions repenser, redynamiser, protéger et mettre en valeur nos parcs.  C’est un plan évolutif présentant notre 1er jet. Nous pouvons encore le bonifier», d’avertir Benoit Gravel, directeur général, qui demande à la population de s’impliquer pour améliorer les idées du groupe de travail pour les 12 espaces actuels.  D’ailleurs, des pancartes ont été installées dans chacun des parcs de la région, qui précise la teneur des améliorations possibles pour chacun d’eux.  En scannant le code QR sur les affiches, la population est dirigée vers le site qui présente les changements qui seraient en cours. 

«Nous désirions préparer les investissements et définir ce que nous priorisons.  Ce plan directeur, c’est une route qu’on s’est donné pour une marche à suivre», ajoute André Primeau, directeur des loisirs en soulignant que la ville ne partait pas de rien.  En effet, les nombreux parcs existants, les terrains de soccer, les terrains de baseball ainsi que la patinoire couverte sont déjà convoités par les municipalités environnantes.  

«Nous souhaitons que la population puisse avoir accès à un parc à moins de 15 minutes de marche», avance le directeur des loisirs, qui souligne aussi l’importance de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.  La desserte actuelle ne rencontre pas encore cet ambitieux objectif, mais prévoit l’intégration des parcs-écoles par le biais de protocoles d’entente avec la commission scolaire et la conversion de deux espaces en parc de proximité, soit les parcs Mady et Mont-Joie.   

Assurément, le maintien en bon état des équipements existants y fait figure, mais notons entre autres l’ajout de tables de pique-nique, de support à vélos, de fontaines à boire, de balançoires, de barbecue public, de tables de ping-pong, de ruches, d’art urbain, de bancs berçants et même d’un observatoire qui sont parmi les améliorations prévues. 

Notons aussi la venue d’u 13e parc projeté, soit le parc de Lorraine, qui serait située près de la rue Jérémie, là où un développpement résidentiel a été annoncé.  On y installerait des modules pour les 18 mois à 5 ans, des modules 6 à 12 ans et on projette l’implantation potentielle de jeux d’eau, d’un terrain de tennis et de pickleball, d’un terrain de baskett-ball, d’un parc de planche à roulettes et l’implantation d’un sentier d’interprétation. 

En plus des parcs municipaux, de proximité et des espaces verts, la Ville a ajouté à son plan directeur des espaces bleus, mettant en valeur les cours d’eau de notre région en élaborant des projets aux abords de la rivière du Nord, de l’Ouest, du lac Beattie et Émilie.  Plus de détails sont à venir pour ces espaces bleus.