Des fêtards dans un rassemblement illégal ayant été tenu dans un garage de Grenville-sur-la-Rouge .
Des fêtards dans un rassemblement illégal ayant été tenu dans un garage de Grenville-sur-la-Rouge .

Un rassemblement soulève la controverse

Des individus ont organisé un rassemblement à partir de leurs groupes Facebook, en toute illégalité, dans un garage à Grenville-sur-la-Rouge le weekend dernier.

Ce sont environ une quinzaine d’individus de la mouvance complotiste qui ont organisé un rassemblement illégal en plein confinement. Le party a été la cause de plaintes du voisinage s’inquiétant de voir un rassemblement de tant de personnes en zone orange.  L’évènement a été organisé par des individus n’étant pas originaires des Laurentides, dont des influenceurs présents sur Facebook tels que Daniel Pilon et Mario Roy.

  Joint par L’Argenteuil, Marc Tessier du Service des communications et de la prévention de la Sûreté du Québec a bel et bien confirmé que le rassemblement était illégal, a fait l’objet de plusieurs plaintes de résidents du secteur et a été le lieu d’une intervention policière. «L’intervention policière s’est déroulée de manière relativement calme. Les organisateurs ont été rencontrés et une vérification a été établie pour identifier tous les participants», a résumé M. Tessier.

  Les rassemblements en zone orange se limitent à six personnes de deux bulles provenant d’un même foyer. Une vidéo tournée sur les lieux a été mise sur Facebook. On y voit les fêtards insultant le premier ministre du Québec en lien avec la situation sanitaire.

Chaque participant à cette fête va selon toute vraisemblance recevoir un constat d’infraction avoisinant les 1500 dollars par la poste. «L’identité des individus a été établie et les rapports vont être envoyés au Directeur des poursuites criminelles et pénales. C’est le DPCP qui prendra une décision par rapport à ce cas et des constats seront envoyés», a expliqué M. Tessier.

  En plus du fait que le rassemblement a contrevenu aux règlementations sanitaires en réunissant une quinzaine de personnes, rappelons qu’absolument aucune mesure sanitaire n’était prise par les participants. Aucun participant ne portait un masque et aucune distanciation physique n’était effectuée.

«L’envoi des constats d’infraction pourra prendre quelques jours», a précisé le porte-parole de la Sûreté du Québec.