Devant la gare de Lachute, l’honorable Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des communes, avait de bons mots pour Stéphane Lauzon, député libéral sortant de la circonscription Argenteuil-Petite Nation depuis 2016, qu’il a qualifié de tenace et de voix forte pour les régions rurales au parlement.
Devant la gare de Lachute, l’honorable Pablo Rodriguez, leader du gouvernement à la Chambre des communes, avait de bons mots pour Stéphane Lauzon, député libéral sortant de la circonscription Argenteuil-Petite Nation depuis 2016, qu’il a qualifié de tenace et de voix forte pour les régions rurales au parlement.

Rodriguez et Lauzon: un duo confiant

Mylène Deschamps
EAP
L’honorable Pablo Rodriguez, leader du gouvernement libéral, a foulé la rue principale à Lachute hier après-midi dans le but de donner son soutien au député libéral sortant, Stéphane Lauzon en vue de l’élection fédérale du 20 septembre prochain.

«Stéphane a le respect de tous les collègues de son caucus et je dois dire que le premier ministre l’aime beaucoup», de vanter Pablo Rodriguez, qui a, entre autres, souligné la ténacité de son collègue et sa voix forte au parlement.  

Stéphane Lauzon était très fier des réalisations effectuées sous son gouvernement soit le dossier Internet haute vitesse avec la création de l’organisme Fibre Argenteuil en favorisant des ponts entre les deux gouvernements, la réfection du canal de Grenville ainsi que le projet d’hydrogène vert de Gazifère et Évolugen à Thurso. «On a eu 391 millions qui sont revenus dans notre circonscription depuis 6 ans, c’est un montant record!», a-t-il évoqué. 

Il projette en faire tout autant pour un prochain mandat en s’assurant que le déploiement de ce qui a été livré avec Internet avec les nouvelles technologies se fasse par le gouvernement du Québec, qui a la responsabilité des organismes.  Ayant travaillé avec les deux députés provinciaux de sa circonscription, il soutient qu'il s'assurera du respect des délais, soit d’ici septembre 2022, dans sa circonscription de non moins de 41 municipalités, dont plusieurs en régions rurales. 

Stéphane Lauzon appuie aussi la résolution de la MRC d’Argenteuil d’août dernier demandant aux gouvernements du Canada et du Québec de réaliser une étude coûts-bénéfice exhaustive en vue de relancer la liaison ferroviaire à des fins de transport de personnes, Lachute-Montréal. Le député sortant aurait voulu apporter ce point sur la table lors de l’élection de 2019, mais avec les projets en cours, on lui avait dit que «ça en faisait beaucoup de leur assiette.»   

Cette initiative de la MRC d’Argenteuil découle d’une vaste réflexion basée sur des constats démographiques, environnementaux, sociaux et économiques observés au cours des dernières années. Parmi les préoccupations sur lesquelles la MRC appuie sa demande figure notamment la population sans cesse grandissante dans le corridor compris entre le Grand Montréal et Ottawa Gatineau, formé d’environ cinq millions d’habitants, et pour lequel l’offre de services en matière de réseaux de transport et de mobilité durable et intégrée est quasi inexistante par la Rive-Nord. L’étude permettra de dévoiler les possibilités de réalisation, les coûts, les études environnementales ainsi que le montage financier pour la réalisation. 

Ayant mené plusieurs de ses projets presque à terme, il considère que le dernier budget du gouvernement libéral annonçant des investissements de 17,6 milliards de dollars pour une relance verte afin de créer des emplois, de bâtir une économie propre ainsi que de lutter et de protéger contre les changements climatiques ne doit pas être laissé sur la table. Ces montants s’ajoutent aussi aux 15 milliards annoncés pour le développement du transport en commun en février 2021. «J’ai eu de l’écoute à mon gouvernement comme jamais j’en ai eu.  Je ne me suis jamais sentie aussi utile, avance cet ancien enseignant en formation professionnelle. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre que lorsqu’on a une ligne comme ça dans le budget, il faut en profiter et attirer ces lignes de budget là dans notre circonscription.»  

Ce projet cadre dans la vision du gouvernement puisque le transport ferroviaire serait le mode de transport ayant le moins d’impact du côté de l’environnement et des émissions de GES.  Le train représenterait le moyen de transport de grande capacité affichant les plus faibles taux d’émissions de CO², de pollution d’air, d’exposition au bruit et d’accidents, en plus de permettre de décongestionner le trafic routier. «Pour le montage financier, je vous le dis, comme pour le canal, je vais aller déchirer ma chemise pour que ce projet-là voie le jour!», a assuré M. Lauzon, qui mentionne tout de même qu’il n’a aucun contrôle sur 3 des 4 éléments figurant dans l’étude et qui ne peut promettre de date précise pour sa réalisation. 

Stéphane Lauzon et Pablo Rodriguez