Rassemblement des membres de l’alliance APTS-FIQ

Patrick Beauséjour
EAP
Les membres de l’alliance APTS-FIQ étaient réunis  le 5 mai dernier pour dénoncer la pénurie de main-d’œuvre dans les Laurentides revendiquant des augmentations de salaire de 12,4 % sur trois ans, dont 7,4 % en rattrapage salarial.

Leur principal objectif était de lancer un message clair à la présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, Rosemonde Landry. «Il est de votre responsabilité d’agir contre la pénurie de main-d’œuvre, maintenant!», de dire Chantal Daoust présidente exécutive de l’APTS des Laurentides et Julie Daigneault présidente de la FIQ-SPSL. Le regroupement demande aussi une égalité salariale entre les hommes et les femmes. 

«Ce que nous demandons à notre PDG, c’est de dire à ses vis-à-vis du gouvernement qu’il y a urgence d’agir», ont déclaré Mmes Daoust et Daigneault. Aux dires des présidentes de l’alliance, il y aurait 1000 postes de professionnelles en soins vacants donc 200 postes de jour qui devraient être modifiés en poste de rotation. 

Selon eux, l’absence de reconnaissance fait mal au réseau, qui se viderait de ses professionnels en soins, sans attirer la relève. Le rassemblement a eu lieu à Sainte-Thérèse.