Voici un croquis de la Place du citoyen.
 Voici un croquis de la Place du citoyen.

Place du citoyen: deux fois plus cher

François Daniel
EAP
Dans un communiqué rendu public cette semaine, le candidat à la mairie de Brownsburg-Chatham Kevin Maurice a fait connaitre sa position sur La place du citoyen, un complexe multifonctionnel qui aurait été construit sur un terrain devant le restaurant Faimfino, suite à l’offre de service de 9,5 millions reçue par la ville le mois dernier.

 «C’est un projet qui se voulait très bien pour notre communauté, mais qui malheureusement dû à des circonstances incontrôlables risque fortement d’être un éléphant blanc», d’avancer le jeune candidat qui brigue la mairie après un 1er mandat comme conseiller au district no 4.  M. Maurice promet d’aller en référendum, si le nouveau conseil propose d’aller de l’avant avec le projet.  

De son côté, son opposant Gilles Galarneau, qui a toujours défendu le projet, mais qui a néanmoins voté contre lors de la dernière assemblée municipale, comme tous les autres conseillers, à cause du montant exorbitant de l’offre de service, affirme que cela n’est pas nécessaire. «Dans mon esprit, ce projet-là est mort et enterré. Pas besoin de faire un référendum qui coûte le prix d’une élection pour connaître ce qu’on sait déjà. Brownsburg-Chatham n’a pas les moyens de payer ce genre de facture.»   

Deux autres facteurs motivent la décision de M. Galarneau. Alors que dans son communiqué, M. Maurice attribue l’envolée de 50% du prix à «la hausse des coûts de matériaux et de main-d’œuvre en temps pandémiques», M. Galarneau prétend que la soumission n’a pas été faite sur le devis initial estimé à 4,5 millions, mais bien sur des plans modifiés à la hausse par les conseillers.  

À l’origine, La place du citoyen n’offrait pas de cuisine; le revêtement extérieur n’était pas non plus en pierre pour ne citer que ces deux exemples d’ajouts. L’autre raison, c’est qu’à l’époque des discussions, l’Espace Saint-Gilles, une ancienne église située sur la route 344 en bordure de la rivière des Outaouais n’avait pas été encore convertie en centre culturel. Or ce lieu qui offre une magnifique salle de concert vient changer la donne en ce qui concerne la nécessité d’un nouvel édifice multifonctionnel, dont une partie était destinée à la culture.  

Rappelons que le projet initial était évalué à 4,5 millions dont 60% seraient défrayés par les gouvernements provincial et fédéral. Selon ces chiffres, les citoyens de la ville ne payeraient que 1,6 million, ce qui paraissait raisonnable à l’époque prépandémique. La facture de l’unique soumissionnaire s’élève maintenant à 9,5 millions. C’est dire que les citoyens verraient leur écot passer de 1,6 à 5 millions.  

«Il serait préférable de revenir en arrière, dit M. Galarneau. Nous avons besoin d’une bibliothèque mise au goût du jour. Nous pourrions profiter des analyses qui ont déjà été faites pour la Maison du citoyen au coût de 800 000 dollars et construire un édifice un peu plus modeste sur le même terrain.»  Il ajoute qu’il serait sans doute avantageux pour tout le monde de consolider les équipements culturels déjà existants: la Branche culturelle, l’espace Saint-Gilles et la compagnie Coup de cœur. S’il est élu, M Galarneau entend soumettre cette idée au Conseil d’abord, puis à la population ensuite.  

Quant au gymnase inclus dans la proposition originelle, M. Galarneau est sceptique; il se base sur la maigre utilisation du jeu de pétanque et des courts de tennis de la rue McVicar. M. Maurice, quant à lui, propose de profiter du gymnase que le Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord entend construire éventuellement dans la nouvelle école du secteur Saint-Philippe.  

Nous avons vainement tenté de rejoindre le 3e candidat Mario Tiscione. Toutefois, lors d’une entrevue qu’il accordait à la TVC d’Argenteuil mis en ligne le 14 octobre dernier, M. Tiscione déclarait: «La place du citoyen, ça, c’est de l’argent gaspillé. Y disent 8 millions, mais moi j’ai su déjà que ce n’est pas 8 millions. Ça va se rendre jusqu’à 12 millions, peut-être plus. Je pense que ça va être de l’argent perdu pour rien.»