Le Barbu de Ville
Le Barbu de Ville

Mimi Toto la sorcière de Saint-Julien

Patrick Beauséjour
EAP
Il y a très longtemps avant le comté d'Argenteuil, avant le Bas-Canada, avant Abraham Lincoln, avant les États-Unis d'Amérique, avant les vieux pays, avant le feu, avant la nuit des temps, avant la clarté, il y avait des femmes qui vivaient dans la grande noirceur qu’on appelait les sorcières. Elles voyaient comme des chats.

À l’époque tous les chats étaient nécessairement noirs. Pis un jour est né le soleil. 

Parmi les sorcières, il y avait Mimi toto. Une vieille sorcière qui sentait l'arsenic à plein nez! Une vieille sorcière qui se rasait la moustache depuis la nuit des temps. J'ai moi-même connu Mimi toto. À l'époque j’avais à peine 14 ans. Je portais une moustache molle comme elle et j'étais bâti sur un «frame» de chat. Oui Mimi toto 

est une vieille sorcière. De mémoire, elle a habité longtemps à côté du presbytère de l’église Saint-Julien dans la petite ville de Lachute. La paroisse de Saint-Julien est bordée par la rivière du Nord. Avant même cette rivière, les vieux badauds du coin ou si vous préférez les vieux senteux disent que Mimi Toto était là! Même que le barrage de la famille Ayers appartiendrait de façon ancestrale à la vieille! Mais ici je n’oserais perpétuer cette légende de petite ville au milieu de nulle part. On a juste ça à faire se raconter des peurs entre nous autres. 

Elle avait de mémoire une grosse verrue à côté de son nez qui prenait presque toute la place dans sa face ne laissant pas grand espace pour son bec de lièvre! Son monosourcil était en parfaite symbiose avec sa laideur. 

Elle n’était pas malheureuse d’être laide, c’était plutôt un avantage pour repousser la plèbe. Elle était surtout malheureuse de la naissance du soleil qui avait donné la vie à tout le reste ainsi qu’à la vie en elle-même! Même qu'il y avait de l’eau qui avait poussé dans les océans secs au plus grand malheur de la vieille.

Il faut savoir que Mimi Toto se promenait en jaquette 365 jours par année que le bon Dieu amenait. Elle portait aussi une perruque, car lors d’une soirée mémorable elle avait perdu tous ses cheveux jusqu’à la racine... Un certain soir, Belzébuth lui-même, le yâble en personne, celui du fin fond des ténèbres a dansé une nuitte complète avec Mimi Toto! Il l’a tellement faite valser qu’elle en a perdu ses cheveux. D’où la vieille expression 

«Y’a brassé la bacaisse dans le fond de la boîte à bois». Est-ce qu’ils ont seulement dansé? Après tout, ce n’est qu’un conte rural ici, il faut savoir lire entre les lignes. 

Tout le monde dans la paroisse se souvient de Mimi Toto! De triste mémoire surtout. Laissez-moi vous raconter une partie de l’histoire de Mimi Toto dont presque personne n’est au courant sauf moi, Martin et Simon la patate. Ça s’passait entre chien et loup! L’hiver, la bonne femme sortait dehors en soirée les mardis parce que c’était les vidanges. Elle arpentait les rues sales de Saint-Julien avec son gros chat noir sur l'épaule comme dans une vue d’horreur de série B! Elle était dans le noir avec son chat noir dans un paysage glauque à l’ombre de la rivière du Nord. La rumeur voulait que la vieille Mimi Toto ramasse des vieux chats errants pour les revendre à gros prix au chinois du Lyly Garden, le même chinois qui achetait des cuisses de grenouilles de Chainsaw Pilon! J’sais pas si c’est vrai pour dire la vérité, mais une chose est sûre, dans les années 90, y’a jamais un chat qui trainait d’ins rues l’soir! C’était aussi rare qu’un 29 février. La vieille ramassait de la ferraille dans la paroisse qu’elle revendait à Richard Lachance de la rue Évelina.

Avec son petit panier à roulette, elle arpentait la rue Princesse comme si des trésors s’y cachaient. On pensait toute qu'elle n'était qu'une ramasseuse de vidanges, mais en fait elle cherchait la bague offerte par Belzébuth lui-même un soir que la lune appartenait aux loups! Il y avait une entente de principe entre Mimi et le bonhomme Lachance. Elle lui donnait la ferraille qu'elle ramassait et lui en retour s’il retrouvait la fameuse bague, il la redonnait à la bonne femme. Richard Lachance n’avait qu’une parole. Il était loin d’être riche. Il était un homme simple et bon. Mimi savait à qui elle avait affaire. Elle avait vu à travers sa poitrine son coeur bon, chaud et battant au rythme de l’honneur. Elle savait que Richard respecterait sa parole. Richard Lachance de la rue Évelina n’avait pas grand-chose, mais pour sûr il avait une parole! C’est comme ça qu’au début des années 90, on pouvait voir Mimi toto et le bonhomme Lachance arpenter les rues sales et transversales de Lachute de bord en bord comme des métronomes. Il y eut pendant un certain temps une surenchère de chats et de grenouilles… Le général Tao était très populaire dans le comté d’Argenteuil! Les grenouilles valsaient dans une danse endiablée. Même qu'un soir Mimi était tellement en joual vert qu'elle a fait mouiller des grenouilles partout à Lachute. Tous ceux qui ont vécu à Lachute dans les années 90 s’en rappellent de triste mémoire. Sauf dans le Bronx à Ayersville, là il mouillait des crapauds sales et visqueux! Ce fut un grand chaos à la hauteur de Mimi Toto! 

Même que le bon maire du village en a perdu sa grosse barbe. Pis un soir, le genre de soir que tu n’oublies jamais, Richard était à ramasser d’la cop pis y’a vu de ses yeux vu une bague scintillante rouler à côté de lui! 

Elle est tombée directe à ses pieds comme si elle lui était destinée; comme si la bague savait son chemin bizarrement. Est-ce que la vie lui envoyait un signe ou une forme d’épreuve? Il a pris la fameuse bague dans ses mains, elle brillait comme jamais une bague avait brillé. Dessus, il y avait des écritures en latin que seuls les vieux comme Richard Lachance pouvaient comprendre. Il a mis la bague dans sa poche et ce soir-là, je me souviens, M. Lachance nous a montré la bague quand moi et Simon avons été chiller avec son fils Martin. Ce soir-là, le ciel est passé du bleu étoilé au noir total comme si le néant prenait place dans le comté d’Argenteuil! 

Des ordres de corbeaux faisaient la file devant la petite maison de la rue Évelina. Pis un moment donné, la femme de Richard, la mère de Martin, la belle Marie-Marthe, est sortie dehors avec son balai pour faire taire les maudits corbeaux, elle qui regardait ses programmes au canal 10! On pouvait entendre «Riders on the Storm» des Doors en background... c’est l’apocalypse pas loin de la rue Tessier.

Les éclairs, le tonnerre, les chamans sont partis se cacher derrière le catch dreamer, les autruches ont la tête dans le sable, y mouille à siaux pis nous autres les jeunes adultes on a décidé d’aller porter la fameuse bague à la vieille avec Richard. En chemin croyez-moi ou pas, on a vu sur la rue Lafleur les chevaliers de l’Apocalypse, y’étaient à prendre une bière au chic Palace! Les quatre chevaliers avaient laissé leurs chevaux noirs dans la rue dans un chaos total! La légende dit que pour la première fois de l’histoire, y’a manqué de bière au chic Palace en fin de soirée. Ils ont fini la soirée au Laurentien comme tout bon ivrogne de Lachute. Les chevaux stationnés en rang sur la Maine street « achute ». 

Une fois arrivés au vieux presbytère de l'église Saint-Julien, on a regardé la catastrophe de loin. M. Lachance devait aller seul porter la maudite bague. On est restés d'interminables minutes dans le station wagon de Richard. Richard est sorti blanc comme un drap après quelques minutes.  

RICHARD LACHANCE N’A JAMAIS PU PARLER DE CET ÉVÈNEMENT ET MÊME QU'IL FAISAIT COMME SI CE N’ÉTAIT JAMAIS ARRIVÉ. 

Mimi Toto est disparue par la suite sans jamais laisser de trace et laissant le presbytère vide sauf pour un gros chat noir! Elle avait même abandonné son matou. D’ailleurs. nous autres aussi. on n’a jamais reparlé de cet événement sauf le 31 octobre 2018. Le soir que la Grande Faucheuse est venue chercher le bonhomme Lachance! Après le dernier souffle de Richard, Martin, son fils, m’a appelé pour m’annoncer la nouvelle de sa mort. Et Richard a fait une grande révélation à Martin une fois que les deux étaient seuls dans sa chambre d'hôpital! 

Richard: Mon gros bébé, tu te souviens de Mimi Toto? Tu te souviens de la bague? 

Martin: Bin oui P’pa bin oui… 

Richard: Quand je lui ai donné la bague d’ins mains, elle m’a donné deux voeux, mais elle m’a dit qu’ils vont se réaliser quand je vais vraiment le désirer! J’apporte les voeux avec moi, je vais te surveiller d’en haut! J’ai deux voeux. Il a fait un clin d’oeil à son fils. 

Comme Martin, je crois dur comme fer Richard! Six mois plus tard allait mourir sa mère Marie-Marthe qui était pourtant en pleine forme. Quelque part au paradis, y’a un vieux gars de ferraille qui s’ennuie de sa Marie-Marthe. Quelque part au paradis y’a un vieux gars de ferraille qui pleure sa femme des 50 dernières années. Un soir, un soir rempli d’étoiles, Richard a joint les mains ensemble et a crié de tout l’air dans ses poumons: 

Mimi Toto!!!! JE DÉSIRE MA FEMME, Mimi Toto, JE DÉSIRE MA MARIE-MARTHE!, a-t-il dit de sa voix remplie de sanglots de Lachance. Le ciel est devenu noir, noir corbeau, noir sale, noir par-dessus le noir. 

À la grande porte du Paradis, bras dessous, bras dessus, Belzébuth et Mimi Toto devant Saint-Pierre, Dieu et M. Richard Lachance! Elle porte au doigt sa belle bague. 

Mimi Toto: Il te reste un voeu… elle arrive! 

Belzébuth: On vous laisse le bonsoir… Moé je m’en vais brasser ma bacaisse dans la boîte à bois! Pis là vêtue de blanc comme à son mariage est arrivée la belle Marie-Marthe… Avec ses deux grands bras ouverts, Richard Lachance de la petite maison sur la rue Évelina ne pouvait pas être plus heureux. Il était maintenant au paradis. 

Mais l’histoire dit qu’il lui reste un voeu… Un voeu qu’il va désirer! Foi de Richard, y’a pas un humain, une sorcière, un dieu qui va jouer aux bras avec un Lachance! 

Je dédie ce texte à Richard et Marie-Marthe les parents de mon ami Martin!