Dans un décor rétro, c’est Vince Vertefeuille qui a ouvert la première soirée souper-spectacle acoustique au Pub Sir John Abbott à Saint-André d’Argenteuil vendredi dernier.  Les propriétaires de restaurant travaillent fort pour attirer leur clientèle moins présente depuis l’imposition de la passe vaccinale.
Dans un décor rétro, c’est Vince Vertefeuille qui a ouvert la première soirée souper-spectacle acoustique au Pub Sir John Abbott à Saint-André d’Argenteuil vendredi dernier.  Les propriétaires de restaurant travaillent fort pour attirer leur clientèle moins présente depuis l’imposition de la passe vaccinale.

La restauration doit encore s’ajuster

Mylène Deschamps
EAP
À la veille des fêtes, les propriétaires de restaurant, qui en ont bavé depuis mars 2020, poussent un soupir de soulagement alors que les mesures sanitaires s’allègeront dès le 1er novembre.

Les restaurants et les bars pourront enfin ouvrir leur salle à pleine capacité en maintenant une distance de 1 mètre entre les tables et en obligeant le port du masque lors des déplacements.  Pour les bars, ils reviendront avec leurs heures d’ouverture habituelles, mais ne pourront permettre de danse, de karaoké ou de spectacle debout. 

Les propriétaires des établissements d’Argenteuil, qui doivent jongler avec des mesures qui se renouvellent continuellement, se questionnent sur l’absence d’une certaine clientèle depuis l’imposition de la passe vaccinale. Est-ce le passeport, les pertes financières de certains travailleurs, l’augmentation du coût de la vie, dont l’épicerie, ou la peur qui font encore hésiter la clientèle à sortir?  

Au Pub Sir John de Saint-André d’Argenteuil, on tente d’attirer la clientèle les vendredis soirs avec des soirées animées, dont une soirée jeux de société en collaboration avec Méli-Mélo du Carrefour Argenteuil. Les autres vendredis du mois, on présente des conteurs ou des musiciens acoustiques, dont le 1er Vince Vertefeuille vendredi dernier. «Souvent les musiciens viennent avec leur gang, mais le dernier avait un entourage non vacciné, se désole  Denis Pelland. On n’a pas un gouvernement très loquace avec les restaurateurs.  On a toujours des surprises».  Bien que ça ne fasse pas une grande différence pour son établissement qui n’est pas axé sur un grand volume de clientèle, il accueille favorablement les changements pour le 1er novembre, surtout pour les partys de Noël, dont à son nouveau restaurant de Long Sôh, bistrot d’Asie, sur le bord de la rivière Outaouais. 

À Lachute, la propriétaire du restaurant La Bouillon explique qu’au lendemain de l’annonce du passeport vaccinale, elle a subi des pertes de plus de 25% pour le mois de septembre. «Au début, on mettait ça sur le compte de la rentrée scolaire, mais ça s’est poursuivi durant plus d’un mois, souligne Audrey Marleau, qui revoit tranquillement sa clientèle fidèle revenir. «Pour l’instant, c’est une autre perte pour nous. Il n’y a rien qui est proposé pour le moment pour nous renflouer, de dire celle qui apprécie énormément l’aide de Christian Thibaud, agent de coordination à la MRC d’Argenteuil, qui met de l’ordre dans tous ces programmes qui diffèrent de semaine en semaine. On est toujours dans l’attente ou dans le néant.  Tous nos projets sont sur la glace.  Pour x ou y raison, le gouvernement s’acharne sur nous et on n’ose pas trop avancé.» 

Malgré tout, la propriétaire est encouragée par les réservations qui débutent pour le temps des fêtes, même si voilà deux ans elles commençaient plutôt en août. «On a de beaux groupes qui ont réservé, ça sonne, c’est encourageant.  Quand les gens appellent, ils n’ont pas de questions, ils ont envie de nous revoir et ils sont excités.»  

Il est à noter que la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) prendra fin ce samedi. Aucune prolongation n’est prévue en date d’aujourd’hui alors que seulement 40% des PME ont retrouvé des niveaux de vente normaux, signale la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).