La région n'échappe pas au boum immobilier

Patrick Hacikyan
EAP
Les municipalités de la MRC d’Argenteuil connaissent elles aussi un boom immobilier, à l’instar de plusieurs autres collectivités du Québec et d’ailleurs.

 «C’est la COVID-19 qui a été l’élément déclencheur. Nous voyons beaucoup d’acheteurs désirant sortir de la ville, suite à la situation que nous avons connue depuis le mois de mars», a déclaré René Taschereau, courtier immobilier Remax dans la région d’Argenteuil. Selon ce courtier immobilier, c’est le manque d’inventaire face à la demande qui crée un marché de vendeurs. Il a noté qu’il y a de la surenchère de l’ordre de 2% à 7% par rapport au prix demandé d’une bonne partie des propriétés vendues.

M. Taschereau a expliqué qu’à la suite du premier confinement, plusieurs personnes ont ressenti le besoin de sortir de la ville. Ainsi des acheteurs provenant essentiellement de Montréal, mais également d’Ottawa et de Toronto, viennent acheter des propriétés dans le secteur. Ce sont avant tout des résidences secondaires qui sont recherchées, mais les résidences primaires connaissent également un certain essor.

  «Dès que le marché a repris, nous avons observé une très forte augmentation des transactions immobilières dans le secteur d’Argenteuil», a observé, pour sa part, Isabelle Archambault. Cette courtière immobilière, commerciale et hypothécaire depuis plus de 10 ans chez Remax a remarqué une augmentation impressionnante des ventes depuis mai 2020, pour les propriétés résidentielles, mais surtout pour les propriétés secondaires. Il s’agit d’un phénomène observable dans plusieurs villes.

Elle rappelle que de mars à mai 2020, le marché immobilier a été en arrêt total. Selon les statistiques de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, les ventes résidentielles sur le territoire d’Argenteuil ont augmenté de 161% par rapport aux données de 2019.

LISEZ LA VERSION INTÉGRALE DE CE DOSSIER EN PAGE 8 DE L'ARGENTEUIL DU 20 NOVEMBRE 2020