Cynthia-Lisa Dubé, présidente de La branche culturelle, vous convie aux Journées de la culture ce week-end.  Des activités sont organisées partout dans Argenteuil, dont une samedi à Grenville-sur-la-Rouge au Camping de la Rouge et une dimanche à l’Espace Saint-Gilles de Brownsburg-Chatham.
Cynthia-Lisa Dubé, présidente de La branche culturelle, vous convie aux Journées de la culture ce week-end.  Des activités sont organisées partout dans Argenteuil, dont une samedi à Grenville-sur-la-Rouge au Camping de la Rouge et une dimanche à l’Espace Saint-Gilles de Brownsburg-Chatham.

La branche culturelle bourgeonne de nouveau

François Daniel
EAP
Après une interruption presque totale de dix-sept mois, La Branche culturelle de Brownsburg-Chatham reprend ses activités avec la projection du film La Déesse des mouches à feu, ce jeudi à l’Espace Saint-Gilles, au 562, route des Outaouais.  

Créée en 2007 à l’initiative de Maurice Rochon, la Société culturelle du pavillon des jardins est devenue en 2014 La Branche culturelle, avec pour mission d’agir comme médiateur de culture à Brownsburg-Chatham en présentant des spectacles, des expositions et surtout, en rapprochant citoyens et créateurs lors d’activités participatives.   

On partait de loin.  En 2010, l’administration municipale de l’époque voulait fermer la bibliothèque au motif que celle de Lachute pourrait fort bien desservir les citoyens de Brownsburg. Des bénévoles, membres de la Société culturelle pour la plupart, s’étaient opposés à cette volonté. Une étude commandée auprès de Réseau-Biblio leur ayant donné raison, la ville se ravisa. Mais il fallut du temps pour que le conseil municipal reconnaisse la culture comme composante essentielle de la qualité de vie dans un environnement résidentiel.   

C’est à force d’événements et de manifestations que les bénévoles de La Branche culturelle, sous la gouverne énergique de sa présidente, Cynthia-Lisa Dubé, s’est imposée comme élément indispensable du tissu social.   

La Branche culturelle vise surtout les jeunes pour les initier à l’univers de la création : concours de décorations de citrouilles, fabrication d’épouvantails, visite dans les écoles avec des expos-valises, installation de croque-livres où les jeunes lecteurs peuvent emprunter un ouvrage à condition d’en déposer un autre à sa place contribuent à les inciter à la lecture sans qu’ils aient à débourser un sou.  

Pour les plus vieux, on parle d’environ soixante-dix expositions d’œuvres d’art au restaurant le Faim-Fino qui ont permis à des artistes locaux de se faire connaître. La Branche culturelle a également commandité quatre œuvres peintes exécutées sur de vieilles portes et que la municipalité a installées sur son territoire. Elle a aussi parrainé la création d’une œuvre de l’artiste récupérateur Michel Gauthier célébrant le passé de la ville et exposée dans le Parc des vétérans.   

Il y a deux ans, juste avant la pandémie, l’organisme a mis sur pied un projet théâtral, Les Marionnettes de La Branche. Guidés par un animateur, les élèves des deux écoles de Brownsburg-Chatham auxquelles s’est jointe la Laurentian Elementary School ont imaginé une histoire et ont dessiné décors et personnages, qui ont par la suite été réalisés en marionnettes par un groupe de parents. Le résultat a été un spectacle d’environ une demi-heure présenté une dizaine de fois devant environ deux cents élèves. La Branche espère pouvoir faire circuler ce spectacle dans d’autres écoles d’Argenteuil.  

Durant la pandémie, La Branche a créé un concours d’écriture qui a généré un petit livre. Aussi un casse-tête virtuel où les participants devaient illustrer une pièce. Mais les réalisations principales de la Branche culturelle demeurent son cinéclub et son Café-canopée.   

Ce dernier événement tient à la fois de l’atelier de création et du spectacle. Présenté un dimanche par mois, le Café canopée (ainsi nommé parce qu’il avait lieu au jubé de l’église Saint-Louis-de-France) propose un volet musical (chanté ou instrumental) durant lequel les enfants se livrent à du bricolage pendant que leurs parents peignent, dessinent, découpent, impriment, taillent, façonnent, fabriquent ou sculptent des objets selon un thème donné. Les matériaux sont fournis de même que café, craquelins et biscuits maison en échange d’un don volontaire.  Covid 19 a forcé la suspension temporaire de cette activité qui reviendra sous peu, mais sans la collation, pandémie oblige.   

C’est toutefois le cinéclub (mis à part les spectacles de Barbu de ville et de Luc Boily) qui a été l’évènement de La Branche culturelle le plus populaire. Présenté désormais une fois par mois à l’Espace Saint-Gilles (qui endosse le rôle de diffuseur de spectacles à Brownsburg-Chatham), le cinéclub offre des films négligés ou carrément boudés par les majors :  films d’auteur, documentaires, en langue étrangère avec sous-titres ou qui connaissent une diffusion confidentielle.   

Enfin, le dimanche 26 septembre prochain, La Branche culturelle repart en grand à l’Espace Saint-Gilles pour célébrer Les journées de la culture. L’organisme fondateur de ces journées, Culture pour tous, tient d’ailleurs La Branche culturelle en haute estime pour la vigueur de sa participation.   

On peut devenir membre de La Branche culturelle et s’informer de ses activités en visitant le https://www.brancheculturelle.com/