Yves Destroismaisons faisait le tour de sa circonscription lundi après-midi.  On le voit en compagnie de sa conjointe, Guillemette Gautier, qui agissait aussi en tant qu’agente officielle, devant un bureau de vote de Brownsburg-Chatham (secteur Saint-Philippe).
Yves Destroismaisons faisait le tour de sa circonscription lundi après-midi.  On le voit en compagnie de sa conjointe, Guillemette Gautier, qui agissait aussi en tant qu’agente officielle, devant un bureau de vote de Brownsburg-Chatham (secteur Saint-Philippe).

Destroismaisons déçu, mais fier de sa campagne

Mylène Deschamps
EAP
Malgré une campagne qu’il qualifie d’irréprochable, le candidat bloquiste d’Argenteuil-La Petite Nation, Yves Destroismaisons, s’est dit extrêmement déçu de sa défaite et compte prendre une pause pour réfléchir à son avenir politique.

Au cours de son porte à porte, M. Destroismaisons s’est surtout fait demander par la population l’importance d’une élection en pleine pandémie. «Le grand gagnant de cette élection, c’est le cynisme.  Après 610 millions en dépense pour les citoyens, on se retrouve à la même place», de philosopher le candidat qui tentait sa chance pour une 3e fois face au libéral Stéphane Lauzon. M. Destroismaisons assistera tout de même au dépouillement du vote spécial et par la poste aujourd’hui, à Buckingham.  On parlerait d’environ 2000 bulletins. 

«Ce sont des sentiments en montagnes russes.  Nous étions porté par une possible victoire», d’ajouter celui qui retournera au travail ce jeudi au Boulevard, un organisme en santé mentale de Saint-André Avelin.