Armand Décoste explique que lorsque le radar pédagogique obtient une vitesse dépassant les 70 km à l’heure, alors que la limite est de 50,  il n’indique qu’une barre.  Durant la prise de photo, c’est arrivé trois fois en moins de 15 minutes.
Armand Décoste explique que lorsque le radar pédagogique obtient une vitesse dépassant les 70 km à l’heure, alors que la limite est de 50,  il n’indique qu’une barre.  Durant la prise de photo, c’est arrivé trois fois en moins de 15 minutes.

Des citoyens excédés par la vitesse excessive

Mylène Deschamps
EAP
Un groupe de citoyens en a marre de ces chauffards qui empruntent à toute allure la route des Outaouais à Brownsburg-Chatham, secteur Greece’s Point, alors que la limite de vitesse est de 50 km à l’heure.

«Il y a plusieurs personnes qui marchent ici avec leur chien.  Le monde n’est pas poli, souvent il ne se tasse même pas. On veut une tranquillité!», explique Armand Décoste, initiateur du projet, qui habite le secteur depuis 6 ans.   

Le 6 octobre dernier, M. Décoste a déposé une pétition comprenant 93 signatures de résidents du secteur afin que la Ville de Brownsburg-Chatham fasse pression sur la Sûreté du Québec et le ministère du Transport du Québec (MTQ) afin de trouver des solutions.  Plus de 95% des résidents ont signé avec enthousiasme les demandes pour augmenter la sécurité dans le secteur. 

La ville, qui a fait installer un radar pédagogique au début de la saison estivale, a ainsi obtenu des statistiques, fournies lors de la dernière séance du conseil.  Alors que l’on sait que ces systèmes incitent les automobilistes à mettre la pédale douce, plus de 85% des automobilistes dépassent les 50 km à l’heure pour une moyenne de 62 km à l’heure sur 213 000 données. «On sait que les automobilistes ont tendance à ralentir quand ils voient ce genre de radar, souligne Jean-François Brunet, directeur général de la Ville de Brownsburg-Chatham.  On espère que le ministère travaillera sur des mesures.  Nous avons demandé l’appui de notre députée Agnès Grondin.»  

 Le problème est que la route 344 appartient à la MTQ, il n’est donc pas possible pour les citoyens de mettre en place tous les types de solutions, comme notamment installer des dos d’âne, sans l’accord du ministère.  Les citoyens recommandent des modifications à la signalisation, l’implantation de mesures de signalisations supplémentaires et un changement de vitesse pour cette zone à 40 km à l’heure. Dans les modifications de signalisation, les résidents souhaitent aussi retirer les zones de dépassement situées à l’est et à l’ouest de la place Bellevue, augmenter le marquage de la chaussée et ajouter des annonces de la zone de vitesse réduite.  On désire aussi procéder à la mise en place de lignes centrales doubles jaune dans toute la zone et prolonger la zone de 50 km à l’heure jusqu’à l’angle de la montée Vachon. 

Des citoyens ont même proposé l’achat d’un véhicule de police pour freiner les automobilistes, ce qui est contraire à la loi.  Pour le moment, on attend des bollards qui seront disposés ici et là sur les terrains des résidents excédés.  Plusieurs permettront aussi aux patrouilleurs de la sûreté du Québec de s’installer dans leur cour afin de faire pression. 

Le secteur Greece's Point est plus densément peuplé.  On y retrouve plusieurs maisons unifamiliales collées, dont plusieurs d’entre elles sont très près de la route.  De plus, cette route est largement empruntée par des cyclistes, des marcheurs et des joggeurs.