Les élèves du 3e cycle de l’école alternative L’Envol du colibri de Lachute ont eu la chance de visiter l’exposition des œuvres de l’artiste Marjolein Dallinga et aussi de participer à un atelier de création.
Les élèves du 3e cycle de l’école alternative L’Envol du colibri de Lachute ont eu la chance de visiter l’exposition des œuvres de l’artiste Marjolein Dallinga et aussi de participer à un atelier de création.

Dallinga : ses oeuvres ont fait le tour du monde!

Marc-Antoine Bergeron
EAP
Marjolein Dallinga a exposé ses oeuvres un peu partout dans le monde, mais c’est à Lachute qu’elle a pu, pour une rare fois, être présente pour pouvoir en parler avec les visiteurs alors qu’elle tenait l’affiche ces derniers jours à la Galerie-boutique de la route des Arts à Lachute.

Elle a eu beau créer des costumes pour divers spectacles du Cirque du Soleil ainsi que pour une compagnie du même genre en Nouvelle-Zélande, qui lui a d’ailleurs permis de gagner des prix, jamais elle n’a pu en profiter en personne, faute de moyens financiers suffisants pour pouvoir s’y déplacer. «C’est bien de gagner un prix, mais quand vous n’y êtes pas pour le recevoir, c’est un peu comme si vous n’avez rien reçu. J’ai eu la chance d’être présente une fois en Italie pour l’ouverture d’un musée alors qu’on m’y avait invitée», explique Mme Dallinga. 

Originaire de Hollande, elle est arrivée au Canada en 1989. Cette mère de trois garçons réside maintenant à Gore depuis quelques années. Elle y a d’ailleurs aménagé un magnifique atelier de travail de couture et de teinture, situé en pleine nature inspirante, surnommé Studio 42. Elle y donne des cours de son art, comme un peu partout dans le monde aussi d’ailleurs. «Quand je donne un cours, je ne montre pas nécessairement exactement ce que je fais sinon, ce ne serait pas créatif, on ferait juste apprendre à copier. Je ne pense pas que ce serait intéressant tant pour moi que pour l’élève. J’enseigne beaucoup les techniques. Chaque cours est comme une aventure», mentionne celle qui a une formation en arts graphiques et en peinture de l’Académie Minerva, un institut des Beaux-Arts renommé en Hollande. 

Marjolein Dallinga a d’abord développé sa créativité via l’univers de la peinture, mais, avec trois enfants à la maison, elle avait besoin d’utiliser un médium qui occupait moins d’espace, tant au niveau physique que mental. Elle s’est mise à la création de jouets avant de se tourner vers le feutre via la laine de mouton, explorant une méthode très ancienne que même les Vikings utilisaient. «C’est une technique qui demande beaucoup de manipulation. Il y a plusieurs étapes à suivre, mais ça laisse tellement de liberté au niveau de la création». 

Elle a d’abord commencé par créer des chapeaux et des sacs à main. Grâce à des gens rencontrés dans ses cours, on lui a graduellement demandé de faire des costumes et des accessoires de spectacle, dont pour les plus grandes créations du Cirque du Soleil! Aujourd’hui, elle fait davantage des sculptures en feutre qui rappellent des parties du corps humain, des coraux ou encore des organismes étranges ressemblant à des animaux. «Toutes mes oeuvres ont des messages cachés. J’aime bien les laisser découvrir aux gens! Les sculptures donnent un plus grand sens de la réalité. Elles ont une plus grande substance. On ne peut pas saisir un tableau, mais on peut toucher une sculpture. Les visiteurs veulent toujours, intuitivement, toucher à l’oeuvre. Dommage que ce soit moins possible ces temps-ci en temps de pandémie…», explique Mme Dallinga qui précise également qu’elle s’inspire beaucoup de la nature pour ses oeuvres et qu’elle se laisse ensuite guider par son instinct. 

L’exposition est maintenant terminée, mais il est possible de découvrir toutes ses créations via le site internet de sa compagnie au www.Bloomfelt.com.