C’est réglé pour les membres de la FIQ et FIQP
C’est réglé pour les membres de la FIQ et FIQP

C’est réglé pour les membres de la FIQ et FIQP

Josianne Binette
EAP
Au terme de 18 mois de négociations, les membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec-FIQ et celles de la FIPQ | Secteur privé se sont prononcées en faveur de la plus récente proposition d’entente de principe lors d’un vote référendaire ayant été tenu les 4 et 5 août derniers.

«La pandémie a accéléré les ravages dans le réseau de la santé. Les cicatrices sont profondes et la reconstruction sera longue. L’entente ne règlera pas tout, mais c’est un pas dans la bonne direction. Le réseau public de santé demeure néanmoins très fragile, car il n’y a plus assez de professionnelles en soins pour donner tous les services à la population. Sans réelle reconnaissance de la valeur du travail de nos membres au quotidien, sans les éléments additionnels pour agir sur la surcharge de travail comme les ratios, nous ne pouvons espérer renverser la vapeur et ramener les professionnelles en soins dans le réseau. Ce sera la prochaine étape et le gouvernement détient tous les pouvoirs pour agir», souligne Nancy Bédard, présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec-FIQ 

L’entente comprend entre autres un réinvestissement sans précédent dans les conditions de travail pour l'ensemble des infirmières, des infirmières auxiliaires, des inhalothérapeutes et des perfusionnistes cliniques. Par ailleurs, une rémunération globale bonifiée par l'ajout d'une prime FIQ de 3,5 %, ainsi que des bonifications financières incluses dans le sectoriel ont été consenties, en plus d’une augmentation salariale de 1 % pour les échelons 1-9, dès 2022-2023, dans le but d’attirer les jeunes et de réduire l'écart des salaires à l'entrée de la profession avec le reste du Canada. 

Parmi les autres faits saillants de l’entente, les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) et les candidates IPS passent du rangement 26 au rangement 28, soit le rangement le plus élevé pour les salariées de la catégorie 1, et ce, rétroactivement au 25 janvier 2021. Pour ce même groupe, un rehaussement de la semaine de travail à 37,5 heures et à 40 heures a été conclu, pour une plus grande reconnaissance des heures travaillées. 

Ce règlement représente un grand soulagement pour les parties prenantes, au terme de longs mois de négociations, de remises en question et de propositions, en plus de vivre la plus grande crise pandémique de l’histoire de la province. La convention collective sera en vigueur jusqu’au 31 mars 2023.