Frédéric Jones, analyste sénior et administrateur du système d’information géographique à la MRC d’Argenteuil, est un des principaux gestionnaires veillant au branchement des derniers foyers sans connexion haute-vitesse.
Frédéric Jones, analyste sénior et administrateur du système d’information géographique à la MRC d’Argenteuil, est un des principaux gestionnaires veillant au branchement des derniers foyers sans connexion haute-vitesse.

Cap sur une MRC d’Argenteuil branchée

Patrick Hacikyan
EAP
Les gouvernements fédéral et provincial se sont accordés pour financer des opérations de branchement de tous les foyers de la MRC d’Argenteuil à internet haute vitesse à hauteur de 53,4 millions par le biais de la MRC d’Argenteuil, qui veille au succès des opérations.  

 Plus de 53,4 millions de dollars seront dépensés d’ici 2022 pour brancher 16 593 foyers à internet haute vitesse dans la région ont annoncé de concert les élus de la région en mars dernier.  Bien que la plupart des villes de la MRC soient desservies par Vidéotron et Bell, seules les zones les plus urbanisées sont branchées.  Plusieurs foyers de la région dépendent encore d’une connexion internet basée sur la technologie des années 1990.  

Frédéric Jones, analyste sénior et administrateur du système d’information géographique à la MRC d’Argenteuil, est une des principales personnes coordonnant le branchement des foyers qui n’ont pas encore la haute vitesse. Il précise que ce n’est qu’une mince partie des foyers qui ont accès à la technologie internet actuelle. «Seulement 55% des foyers ont accès à la haute vitesse. Pour Lachute, la situation est bonne, sinon c’est seulement les centres-villes de Brownsburg-Chatham et Grenville qui sont connectés. Bell et Vidéotron n’ont pas encore étendu leur réseau dans les zones plus éloignées, possiblement parce que ce n’est pas considéré comme rentable», avance-t-il. Le système électronique et la fibre optique se construisent de manière rapide. Nous avançons de 3 à 4 kilomètres par jour. C’est déjà déployé à Harrington, à Wentworth, dont au lac Louisa.  Je considère que la traversée du désert est déjà faite.» 

À l’heure actuelle, environ 30 clients par semaine sont branchés à Fib Argenteuil. Grâce à l’intervention de sous-traitants, le rythme des branchements est jugé acceptable. En regardant la cadence des opérations aujourd’hui, il considère que c’est réaliste de projeter une MRC d’Argenteuil soit 100% branchée d’ici la fin de 2022.  

Les gouvernements fédéral et provincial ont fixé des objectifs pour que la haute vitesse desserve les milieux ruraux d’ici septembre 2022. « Trop souvent au cours de la dernière année les travailleurs et les familles ont été confrontés à la réalité du télétravail ou de l’enseignement virtuel alors qu’ils ne pouvaient avoir de connexion internet dans leur communauté. Le gouvernement du Canada comprend que c’est un service essentiel et qu’il est urgent de brancher l’ensemble des communautés du Québec. Notre gouvernement est fier de répondre présent dans cet important chantier», a commenté Stéphane Lauzon, député fédéral d’Argenteuil–La Petite-Nation, lors de l’annonce de la subvention. Au Québec, l’investissement totalise 826,3 millions de dollars. 

Jointe par l’Argenteuil, Agnès Grondin, députée d’Argenteuil a exprimé sa satisfaction du fait que ce dossier semble avancer en concordance avec les plans de son gouvernement. «Ayant été moi-même confrontée au manque d’internet haute-vitesse dans mon domicile situé dans la région, que je partage avec sept personnes. Il est évident qu’il s’agit d’un enjeu impératif pour les citoyens, surtout les ainés et les enfants en période de pandémie et à une époque ou les critères technologiques l’exigent. C’est un enjeu impératif pour nos régions. Je suis confiante que l’exercice sera complété d’ici la date limite que le gouvernement s’est fixée. C’est relativement rare que le gouvernement annonce des dates de réalisation de projet quasi immuables comme celle-ci» a souligné Mme Grondin. 

Mis à part le cout des opérations, l’obtention des permis d’accès aux structures d’Hydro-Québec, Bell et Vidéotron est le principal facteur de ralentissement dans l’installation des câbles de fibre optique. «Avec Hydro-Québec le tout s’est bien passé, de manière assez rapide; Vidéotron également. Les ententes avec Bell étaient ralenties par un processus informatisé, mais dès qu’on a fini par faire une table de concertation, ça a débloqué et on a pu accélérer, raconte M. Jones. Chaque trois semaines, à nos rencontres, on réglait des problèmes qui auparavant prenaient des mois.» 

De plus, afin de répondre à la demande de service haute vitesse des foyers non desservis par Bell et Vidéotron, un organisme à but non lucratif (OBNL) a été créé sous la forme d’une compagnie de service internet appelée Fibre Argenteuil, située au coin des rues Barron et principale, à Lachute. D’ailleurs, Fibre Argenteuil a annoncé que Jacques Chevalier, personnalité connue de la télévision et du monde du spectacle et résident de Wentworth depuis 2016, se joint au conseil d’administration de l’OBNL. 

«C’est une grande fierté que la MRC d’Argenteuil s’est prise en main, vu sa situation particulière. Cela fait plusieurs années que l’on a investi dans ce dossier et le résultat le plus concret a été Fibre Argenteuil. Il s’agit d’un modèle de gestion qui me plait grandement» a commenté Mme Grondin. Plusieurs endroits difficiles d’accès et peu peuplés restent à brancher au Québec, soit environ 36 000 foyers, dont près de la moitié dans les Laurentides. Au terme de l’Opération haute vitesse, le Québec afficherait un taux de connectivité à la haute vitesse de 99%, soit le plus haut au Canada.