Le gouvernement de l’Ontario a annoncé la prolongation de l’état d’urgence de 28 jours. Le retour en classe est donc reporté au-delà du 4 mai. 
Le gouvernement de l’Ontario a annoncé la prolongation de l’état d’urgence de 28 jours. Le retour en classe est donc reporté au-delà du 4 mai. 

L'état d'urgence prolongé: pas de retour à l'école le 4 mai

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé aujourd'hui (mardi 14 avril) la prolongation de l’état d’urgence de 28 jours.  Cette prolongation a été adoptée lors d’une séance extraordinaire à l’Assemblée législative à Toronto à laquelle participaient un nombre restreint d'élus.

Lors de son point de presse quotidien à Queen’s Park, le premier ministre Doug Ford a aussi précisé qu'il n'y aura donc pas de retour en classe le 4 mai, pour les élèves et les enseignants.

 «Les écoles ne rouvriront pas le 4 mai. Le ministre de l’Éducation va en parler dans les prochains jours. Ça ne veut pas dire que l’année scolaire est annulée, mais le ministre va revenir avec les détails », a simplement indiqué Doug Ford.

Cette annonce laisse planer le doute sur l’éventualité d’un retour prochain en classe. Les écoles devaient rouvrir leurs portes le 1er mai pour les enseignants afin de préparer le retour des élèves le 4 mai. Avec cette annonce, tout est remis en question.

«Nous luttons contre un ennemi invisible et nous savons que ce virus constitue encore et toujours un danger très actuel», a déclaré le premier ministre Ford devant les élus.

Cet état d’exception maintiendra les décisions prises par le gouvernement, notamment la fermeture des entreprises non essentielles, l’interdiction des rassemblements ainsi que les manifestations artistiques, culturelles et sportives jusqu’au 12 mai.

Mesures exceptionnelles

Les mesures d’urgence s’ajoutent à celles adoptées par le gouvernement Ford samedi dernier.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, flanqué de sa ministre de la Santé, Christine Elliott.

Ainsi une panoplie de mesures exceptionnelles ont été adoptées, comme la construction de structures de fortune temporaire pour aider les hôpitaux et les refuges, ainsi que l’interdiction du camping récréatif. Le gouvernement ontarien a aussi autorisé les hôpitaux à réquisitionner au besoin les lits des maisons de retraite pour accroitre leurs capacités d’accueil, mais aussi la possibilité de réaffecter certains bâtiments ou installer des tentes.

Le but de ces mesures est de réduire la pression sur les services des soins de santé ainsi qu’aider les refuges. «Je suis conscient du fait que les mesures que nous prenons ont un impact significatif sur la vie des Ontariens à l'échelle de la province, a déclaré M. Ford, par voie de communiqué. Mais nous traversons une période sans précédent et nous devons faire tout le nécessaire pour assurer la sécurité publique et enrayer la propagation de ce terrible virus.»

La province a indiqué que les décisions prises découlent des conseils du médecin-hygiéniste en chef de l'Ontario.

COVID-19

Entre le 15 janvier et le 19 mai, l’Ontario a enregistré 22 384 cas de COVID-19, dont 1919 décès. Comment les entrepreneurs en pompes funèbres ou les thanatologues tirent-ils leur épingle du jeu en ces temps de pandémie? Des experts de l’Est, du Sud et du Nord de la province témoignent.
Sciences et environnement

Peut-on vivre sans plastique? Qu’en est-il pour une famille de quatre qui aime le camping, qui célèbre Noël et l’Halloween et dont les enfants vont à l’école ou à la garderie? C’est la quête dans laquelle s’est lancée la journaliste Evelyne Charuest avec Ciao plastique!, une série documentaire en trois épisodes qui sera bientôt diffusée sur les ondes d’Ici Explora. Francopresse s’est entretenu avec elle.
COVID-19

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé ce matin (samedi 11 avril) la prolongation des  mesures d’urgences dans la province jusqu’au 23 avril, C’est le deuxième prolongement depuis la déclaration de l’état d’urgence le 17 mars.
Dossier

Alors que la crise de la COVID-19 fait la Une de tous les médias, que les secteurs scientifiques et politiques luttent ensemble pour trouver les moyens d’en sortir, une réalité se laisse facilement oublier : les conséquences sociales de la pandémie touchent plus durement les femmes, dénoncent plusieurs expertes.