Le Hole Out, petite révolution pour le golf en temps de pandémie

Priscilla PIlon
IJL-APF (Ontario)
Un golfeur de Lively, Marc Benoît, a conçu et fabriqué un appareil permettant de jouer au golf sans devoir toucher le fanion – un élément qui facilitera le retour à ce sport en temps de distanciation physique. Cette invention, qu’il a nommée le Hole Out, est maintenant installée sur plusieurs terrains de golf à Sudbury, Timmins et Smooth Rock Falls et génère beaucoup d’intérêt, même du côté des États-Unis

Depuis le 16 mai, l’Ontario permet l’ouverture des terrains de golf sous certaines conditions visant à limiter les points de contact afin de réduire la propagation de la COVID-19.

Grâce à l’invention de Marc Benoît, les sportifs n’ont plus qu’à utiliser leur fer droit (putter) pour soulever le crochet du fanion, qui à son tour sort la balle du trou pour la laisser retomber sur le terrain.   

Président de l’entreprise de fabrication d’acier A10 Fabrication, M. Benoît s’est fait approcher par le directeur général du terrain de golf de Lively. «Il m’a demandé si j’avais quelque chose qui pourrait les aider. J’y ai songé et au bout de deux semaines, j’avais l’idée et j’avais créé un prototype», lance M. Benoit.

Marc Benoît et son invention, le Hole Out.

La sécurité avant tout

«Avec la COVID-19, nous voulions nous assurer que nos membres et nos invités se sentiraient en sécurité du moment où ils passent le portail jusqu’à la fin de leurs 18 trous. Cette sécurité est en grande partie due à cet instrument», se réjouit le directeur général du terrain de golf de Lively, Mark Taylor. 

M. Benoît a fait don d’un ensemble Hole Out à ce club, dont il est membre depuis de nombreuses années. «Tout le monde adore l’invention! Ceux qui sont à la retraite veulent que l’on continue de s’en servir même après la COVID-19, témoigne M. Taylor. Au golf, on doit normalement beaucoup se pencher, alors ça élimine cette étape pour les gens plus âgés, comme ceux qui ont des problèmes de dos.»

Une fois que la balle est sortie du trou, les golfeurs peuvent la ramasser avec un bâton spécialement conçu à cet effet, ou encore avec leur propre fer droit. «On ne voulait pas que les gens se servent de ça dans les trous, car ils seraient quand même en train d’y insérer quelque chose. C’est plus sécuritaire [avec le Hole Out]», assure M. Taylor.

L’expérience véritable

Tous les terrains de golf n’ont pas la chance de compter un inventeur comme M. Benoît parmi leurs adeptes. Plusieurs se sont donc tournés vers des coupes inversées ou des bouts de nouilles de piscines pour empêcher la balle de tomber dans le trou, une solution qui n’est pas tout à fait satisfaisante.

«Cet élément enlève [une caractéristique] au jeu : les gens aiment entendre la balle tomber dans le trou. Nous voulions garder la partie de golf le plus près possible du vrai jeu et le Hole Out permet de vivre la véritable expérience», félicite le directeur général.

Bien que l’entrepreneur ait conçu son invention pour répondre à la crise de la COVID-19, il croit qu’elle pourra être utile bien après la fin de la pandémie. Il vient notamment d’envoyer un prototype à Naples, en Floride, ville reconnue comme la capitale du golf.

M. Benoît prévoit que son invention pourrait y faire fureur. «Je crois que le Hole Out pourrait être très populaire auprès de la communauté de l’âge d’or et des gens avec des handicaps», explique-t-il.

Changement aux règlements

L’invention de Marc Benoît n’aurait pas été possible sans un changement important aux règles de l’Association des golfeurs professionnels (PGA), entré en vigueur le 1er janvier 2019 : il est désormais permis de laisser le fanion dans le trou, les personnes plus âgées n’aimant pas avoir à le déplacer.

L’entrepreneur est en communication avec quelques compagnies qui fabriquent des fanions dans l’espoir d’y intégrer directement son invention.

«Ils ont toujours été conçus avec un diamètre d’un demi-pouce pour permettre à la balle de tomber complètement. En ajoutant un dispositif au fanion, tu crées un plus gros diamètre, même si la balle tombe encore. Alors je parle à ces compagnies pour créer des poteaux qui seraient plus minces et plus près du sol afin d’intégrer mon invention directement au fanion. Avec un diamètre plus petit, l’invention rencontrera les standards de la PGA», prévoit M. Benoît.

«Un jeune d’ici, de notre club!»

Le directeur général du club de golf de Lively est très satisfait du travail de Marc Benoît. «C’est bien de voir que des jeunes comme lui donnent un coup de pouce dans les situations comme celles-ci. De le voir rester dans le coin, d’accomplir des objectifs avec son entreprise et d’y implanter ses racines avec sa femme et ses enfants, c’est phénoménal» termine-t-il.

Habitués de construire de l’équipement minier et de travailler sur une panoplie de projets divers, les employés de A10 Fabrication ont aussi été très occupés avec la fabrication des Hole Out. Le projet a décollé avec une telle fureur que M. Benoît n’a pas encore eu la chance d’essayer de vendre son produit. 

«J’ai maintenant 10 ensembles [de 18 Hole Out] pour faire des appels et voir si d’autres gens seraient intéressés», expose l’inventeur. Avec le bouche-à-oreille seulement, il en aurait déjà vendu 16.