Le bac à dons, une ressource rapide d’accès

Maude Lévesque Ryan
EAP
Au 4563 rue Sainte-Catherine à Saint-Isidore, les gens peuvent désormais se procurer aisément des articles alimentaires ou autres lorsqu’ils en ont besoin ou en déposer.

«Le concept, c’est de faire circuler gratuitement la nourriture. Prends ce dont tu as besoin aujourd’hui et donne ce que tu peux demain et on espère qu’il y aura un certain cycle qui s’installera pour qu’il y ait régulièrement de la nourriture qui arrive et qui repart. » explique Karine Rose, l’auteure de cette initiative.

Jusqu’à maintenant, les gens embarquent dans le concept. En effet, Mme Rose a acheté elle-même la nourriture qui a été placée initialement dans le bac la fin de semaine dernière, mais les membres de la page Facebook de Saint-Isidore ont fait don de suffisamment d’argent pour acheter le bac qui sert à entreposer les dons. De plus, plusieurs personnes y ont déjà déposé de la nourriture, si bien qu’au moment d’écrire ces lignes, le bac était déjà rempli!.

Emma Rose prend plaisir à participer au projet.

Répondre aux besoins

L’initiative visait initialement les besoins en nourriture, mais elle aimerait que des produits d’hygiène et des articles pouvant être donnés aux enfants dans des occasions spéciales se retrouvent également dans le bac. Dans un monde idéal, elle devra acheter un deuxième et même un troisième bac pour contenir tous les dons.

Même si l’idée lui est venue pendant la période de la COVID, où elle estime que beaucoup de gens peuvent se retrouver dans des difficultés inattendues, Karine Rose aimerait que ce système se poursuive à long terme. En effet, elle estime qu’un besoin sera toujours présent même après la pandémie, et que ce type de système peut être un bon complément à d’excellentes ressources comme la banque alimentaire de Riceville.

«Souvent, c’est seulement à un moment précis dans le mois qu’on peut obtenir des rendez-vous avec la banque alimentaire. J’aimerais voir que tout le monde peut obtenir de l’aide aujourd’hui, quand l’urgence arrive et qu’ils en ont besoin immédiatement,»

 De plus, elle mentionne que certaines personnes pourraient bénéficier d’un don de la banque alimentaire, mais nécessiter d’autres dons complémentaires pour combler leurs besoins ou ceux de leurs familles.

Mère de quatre enfants, elle se réjouit que sa fille, Emma, puisse contribuer à ce projet, par exemple en aidant à garder les aliments au froid, parce que «c’est important qu’ils apprennent à donner à un jeune âge.»