Le Centre d’évaluation de la COVID-19 à Hawkesbury est ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 17. L’Hôpital général de Hawkesbury invite tous les gens « inquiets au sujet de la COVID-19 » des symptômes à s’y faire tester.
Le Centre d’évaluation de la COVID-19 à Hawkesbury est ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 17. L’Hôpital général de Hawkesbury invite tous les gens « inquiets au sujet de la COVID-19 » des symptômes à s’y faire tester.

Intensification des dépistages au Centre d'évaluation de Hawkesbury

L’Hôpital général de Hawkesbury a revu ses critères d’accès au dépistage, et souhaite augmenter le nombre de citoyens testés. 

« Vous avez des symptômes ou vous êtes inquiets d’avoir été en contact avec une personne infectée? Venez vous faire tester au Centre d’évaluation de la COVID-19 à Hawkesbury, a suggéré Dre Suzanne Filion, vice-présidente, Développement et Intégration à l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH). La prévention est la meilleure arme contre la propagation du virus.»

Pour subir un test de dépistage, il n’est pas nécessaire d’obtenir de rendez-vous ou de référence. Situé au 750, rue Laurier à Hawkesbury, le Centre d’évaluation est ouvert du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h. «Il suffit de vous présenter», précise Dre Filion.

Parmi les principaux symptômes de la COVID-19, on note la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. D’autres signes d’infections possibles sont le mal de gorge, l’écoulement nasal, les éternuements, la congestion nasale, la voix enrouée ou une gorge serrée qui rend l’action d’avaler pénible.

«Une personne infectée peut aussi présenter des symptômes moins courants comme une fatigue inexpliquée, de la confusion, des chutes, une maladie chronique qui s’aggrave subitement, des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales, des frissons et des maux de tête, explique la médecin-chef de l’HGH, Dre Julie Maranda. Si vous ou un de vos proches présentez un des symptômes, venez-vous faire tester. C’est simple et rapide, et ça peut vous protéger ainsi que votre famille.»

Le gouvernement ontarien encourage le dépistage chez tous ceux et celles qui présentent des symptômes ou ont été en contact avec des gens en ayant.

 Les personnes considérées plus à risque comme les travailleurs de la santé et leurs familles, les résidents des foyers de soins de longue durée et des maisons de retraite, les premiers répondants (pompiers, policiers et ambulanciers) ainsi que les aidants naturels devraient aussi se faire tester, précise le gouvernement dans ses diverses communications. Les travailleurs des services essentiels comme les épiceries, les services alimentaires, le transport et les services publics sont également encouragés à se faire tester.

COVID-19

Entre le 15 janvier et le 19 mai, l’Ontario a enregistré 22 384 cas de COVID-19, dont 1919 décès. Comment les entrepreneurs en pompes funèbres ou les thanatologues tirent-ils leur épingle du jeu en ces temps de pandémie? Des experts de l’Est, du Sud et du Nord de la province témoignent.
Sciences et environnement

Peut-on vivre sans plastique? Qu’en est-il pour une famille de quatre qui aime le camping, qui célèbre Noël et l’Halloween et dont les enfants vont à l’école ou à la garderie? C’est la quête dans laquelle s’est lancée la journaliste Evelyne Charuest avec Ciao plastique!, une série documentaire en trois épisodes qui sera bientôt diffusée sur les ondes d’Ici Explora. Francopresse s’est entretenu avec elle.
Ontario

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé aujourd'hui (mardi 14 avril) la prolongation de l’état d’urgence de 28 jours.  Cette prolongation a été adoptée lors d’une séance extraordinaire à l’Assemblée législative à Toronto à laquelle participaient un nombre restreint d'élus.
COVID-19

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé ce matin (samedi 11 avril) la prolongation des  mesures d’urgences dans la province jusqu’au 23 avril, C’est le deuxième prolongement depuis la déclaration de l’état d’urgence le 17 mars.
Dossier

Alors que la crise de la COVID-19 fait la Une de tous les médias, que les secteurs scientifiques et politiques luttent ensemble pour trouver les moyens d’en sortir, une réalité se laisse facilement oublier : les conséquences sociales de la pandémie touchent plus durement les femmes, dénoncent plusieurs expertes.