Flavien Lavigne : une leçon d’espoir émouvante

Cristiana Mandru
EAP
Le 28 aout 2009, par une belle journée ensoleillée de fin d’été, le petit Flavien Lavigne, alors âgé d’à peine deux ans, a subi un terrible accident qui allait marquer son destin à jamais : il a perdu sa main gauche sur la ferme familiale.

« Quand c’est arrivé, on est allé à Hawkesbury et en voyant la gravité de la situation, le personnel médical nous a transféré à Montréal », se souvient Shana Lavigne, la mère de Flavien. Sa famille croyait qu’il allait être transféré au CHEO d’Ottawa, mais selon le médecin de garde présent sur place, le meilleur spécialiste était au CHUM à Montréal. « Donc, ils nous ont mis dans une ambulance où le médecin et un infirmier sont montés avec nous. L’équipe nous attendait. Il manquait juste le médecin qui n’était pas encore arrivé, mais l’équipe était prête, donc ça a quand même été assez rapide », se souvient-elle.

Flavien n’a pas de souvenirs de ce moment. C’est à travers les histoires de son entourage proche qu’il a pu comprendre ce qui lui est arrivé. « Ça ne me dérange pas trop, ça fait longtemps que cela est arrivé. Au fur et à mesure, je me suis habitué. Avant que je rentre à l’école, ma mère voulait que je pratique tout, que je sois à niveau avec les autres. Je n’étais pas habitué quand j’étais jeune; à deux ans, t’as pas un côté droit et un côté gauche », observe-t-il à bon escient.

LISEZ LA VERSION INTÉGRALE DANS LE CARILLON DU 19 DÉCEMBRE 2019
La leçon d'espoir de Flavien Lavigne