À vos marques, prêts, reculez… d’une heure vos horloges!

Cristiana Mandru
EAP
Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, les Canadiens ont reculé leurs horloges d’une heure. Enfin, la majorité des Canadiens. La Saskatchewan ne change jamais d’heure.

Le Canada a adopté le changement horaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands l’avaient déjà fait depuis 1916.

Le raisonnement qui avait mené à un tel changement était de profiter d’une plus grande période d'ensoleillement et ainsi, réduire la consommation d'énergie, selon Benjamin Franklin, le premier à l’avoir suggéré en 1784. Cependant, aujourd'hui les bénéfices énergétiques seraient marginaux, selon une étude française réalisée en 2007 et mise à jour en 2010 : on économiserait un peu sur l'éclairage, mais pas du tout sur le chauffage ou la climatisation.

De plus, la mesure a grandement perdu en popularité à tel point qu’en Europe, le Parlement européen s’est prononcé en faveur de la fin du changement d’heure d’ici 2021. Aux États-Unis également, 30 États ont déposé un projet de loi pour abolir le changement horaire.

Plus près de chez nous, la Société canadienne du sommeil affirme que, du point de vue du sommeil uniquement, il n’y a pas d’avantages à récolter. « Il n’y a rien qui améliore notre santé, ça, c'est certain », précise Roger Godbout, membre actif de l’organisation et directeur du Laboratoire et de la clinique du sommeil de l'Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies à Montréal.

Qu’en est-il des changements sur notre santé mentale? En reculant l'heure, on réduit notre exposition à la lumière du jour. Mais c’est précisément celle-ci qui influence le rythme circadien, cette horloge biologique responsable de réguler toute une série de mécanismes essentiels à notre santé physique et mentale, comme les rythmes de sommeil et d'éveil, l'état de vigilance, la température corporelle, la production hormonale, etc. Par conséquent, toutes ces fonctions seraient affectées par le changement d'heure.

Y a-t-il une partie de la population plus sensible que les autres aux changements horaires? Oui, ceux dont la routine est plus rigide, dont les nourrissons, les tout-petits, les adolescents et les personnes âgées ressentiront davantage le recul d’une heure, puisque leur horaire est déterminé par l’horloge (les repas à heures fixes).

Peut-on faire quelque chose afin de diminuer ces effets négatifs? Il faudrait adapter son hygiène de sommeil spécialement autour du changement horaire et de faire attention à son alimentation, en évitant la caféine, l’alcool et d’autres stimulants en soirée, prendre des repas sains plus réguliers pour aider l’horloge biologique à s’habituer à ce nouvel horaire.

Certaines sociétés d’électricité ont aussi confirmé les taux négligeables d’économie sur l’électricité engendrés par les changements horaires.