6 décembre : il y a 30 ans, comme hier

André Farhat
EAP
Le 6 décembre, comme chaque année depuis 29 ans, des citoyennes et citoyens se réunissent pour honorer la mémoire de 14 femmes mortes aux mains d’un tueur enragé, et pour réaffirmer l’importance de mettre fin à la violence faite aux femmes.

« Après 30 ans, la violence envers les femmes existe encore. C’est malheureux, mais il faut que le message soit répété et répété encore pour que les gens soient sensibilisés à cette situation. » C’est ainsi que s’est exprimée la mairesse de Hawkesbury, Paula Assaly, en réponse à ceux qui disent qu’il est temps de passer à autre chose après 30 ans.

À LIRE ÉGALEMENT
En mémoire des femmes victimes de violence
N’oublions jamais ce fameux 6 décembre 1989

Comme partout ailleurs au Canada, et plus près de nous à Hawkesbury, Casselman et Rockland, des femmes et des hommes se sont réunis pour commémorer solennellement les victimes de la Polytechnique, mais aussi pour rappeler que le travail contre la violence envers les femmes n’est pas terminé. Loin de là.

La cérémonie, tenue devant l’hôtel de ville de Hawkesbury, et organisée en partenariat avec la Coalition de Prescott-Russell pour éliminer la violence faite aux femmes, a rassemblé des représentants de toutes les sphères de la communauté, entre autres de l’hôpital de Hawkesbury, de la Police provinciale de l’Ontario, de l’hôtel de ville, et des milieux scolaire et social.

Depuis 1991, le 6 décembre est officiellement la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, qui s’enchâsse, par un triste concours de circonstances, dans la campagne mondiale de 12 jours contre la violence envers les femmes et les 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe.