Le chef de lutte d’incendie Jonathan Ménard, faisant la navette par hélicoptère entre deux sites.
Le chef de lutte d’incendie Jonathan Ménard, faisant la navette par hélicoptère entre deux sites.

Une autre semaine, un autre feu de forêt

André Farhat
EAP
Un important feu de forêt s’est déclaré à Brownsburg-Chatham le jeudi 14 mai. Le lendemain, les pompiers, aidés de sapeurs de la Société de protection des forêts contre les feux et d’un avion-citerne, combattaient toujours le brasier.

Une autre semaine, un autre feu de forêt. Les pompiers en ont plein les bras, et la Société de protection des forêts contre les feux (SOPFEU) a dû déployer ses forces aériennes une seconde fois en moins de 20 jours dans Argenteuil. La SOPFEU est venue porter mainforte au service des incendies de Brownsburg-Chatham, afin de contenir, maitriser et éteindre un massif feu de forêt s’étendant sur 17,6 hectares, ou 42 acres.

L’incendie a été signalé un peu après midi, le 14 mai, dans le secteur de la rivière Ouest. Les troupes du service des incendies de Brownsburg-Chatham se sont immédiatement mises en route, empruntant des chemins accidentés pour se rendre le plus près du feu.

L’accès a toutefois représenté un enjeu majeur, autant pour les véhicules que pour l’équipement et l’approvisionnement en eau. « On avait 1900 pieds de tuyaux à transporter, plus les pompes », a expliqué un pompier local. «On a pompé à même la rivière, a ajouté un de ses collègues. Et il a fallu brancher plusieurs tuyaux à une seule pompe, ce qui diminue la pression.»

Les pompiers ont combattu pendant deux jours l'intense brasier et la fumée toxique dans des conditions ardues dues au vent et à un accès difficile au site.

D’ailleurs, le déplacement des équipements et des effectifs s’est fait partiellement par hélicoptère.

Les flammes ont également profité des éléments pour s’alimenter. «Il y avait beaucoup de vent, alors ça avançait vite», a raconté un sapeur de Brownsburg-Chatham.

À 18h, la brigade d’incendie locale a donné le relai à des pompiers de la Régie incendie des Monts, de Sainte-Agathe, agissant sous la tutelle de la SOPFEU, qui ont lutté contre les flammes jusqu’à 20h.

Une hélicoptère de la SOPFEU a permis de déplacer du personnel et de l'équipement dans des zones difficiles d'accès.

Opération aérienne à quatre

Quatre avions-citernes de la SOPFEU se sont relayés, en équipe de deux, pour arroser le sol brûlant. Les Canadair CL–215 et CL–415 se sont alimentés dans la rivière des Outaouais, ce qui a créé stupeur et émerveillement chez bien des curieux.

Le lendemain, 13 sapeurs de la SOPFEU, menés par le chef de lutte d’incendie Jonathan Ménard, et appuyés par des pompiers locaux et de Sainte-Agathe sous les ordres de la SOPFEU ont procédé à l’extinction finale, ce qui consiste entre autres à annihiler la fumée au centre du sinistre.

Un Canadair CL-215 s'approvisionnant en eau directement en vol.
Un avion-citerne de la SOPFEU s'apprête à s'approvisionner en eau dans la rivière des Outaouais, près de la centrale de Carillon.

Un travail hors pair

Éric Foucault, propriétaire d’une des terres sur lesquelles le brasier a sévi, a été très impressionné par le travail des combattants du feu. M. Foucault possède l’érablière O-Nature sur place qui aurait pu bien y passer, n’eût été efforts des pompiers. «Ils ont vraiment fait tout un boulot pour protéger la tubulure, a-t-il affirmé. On aurait pu perdre jusqu’à 500 entailles».

M. Foucault a même participé au repérage par hélicoptère des sapeurs afin de leur montrer les accès possibles. Il a précisé que «le feu a même traversé la rivière Ouest, en allant vers Pine Hill!».

Les pompiers ont crié une double victoire, ne rapportant pas de pompiers blessés ni incommodés.

La cause exacte de l’incendie reste à déterminer, mais la SOPFEU confirme qu’elle est humaine. Mélanie Morin, de la SOPFEU affirme que «100% des feux de forêt et de broussaille ce printemps sont de cause humaine». Les feux à ciel ouvert et la négligence (les cigarettes jetées au sol, par exemple) sont les instigateurs les plus souvent rapportés par les services d’incendie.

La SOPFEU et l’ensemble des municipalités d’Argenteuil rappellent que des règles très strictes sont en vigueur en ce moment, notamment que les feux à ciel ouvert sont interdits sur le territoire intégral du Québec.

Les pompiers de Brownsburg-Chatham ont travaillé de concert avec le contingent de sapeurs de la SOPFEU.
Le contour des 17,6 hectares touchés directement par l'incendie, selon les données fournies par la SOPFEU.