Toute une communauté célèbre la vie d'Océane Boyer

André Farhat
EAP
La famille d’Océane Boyer s’est rassemblée à l’église Ste-Anastasie, entourée de centaines de personnes venues leur offrir compassion, réconfort et solidarité, lors des funérailles de l'adolescente, qui avaient lieu ce matin à 11h.

Dès 9 h, une file s’était formée de personnes souhaitant offrir leurs sympathies à Caroline Sarrazin et Francis Boyer, les parents d’Océane Boyer, et à leur famille, à l’intérieur de l’église. Les gens pouvaient partager des mots d’encouragement dans un grand livre posé à cette attention à l’entrée.

La cérémonie était à la fois un hommage, un rassemblement et une messe funéraire catholique, célébrée par le curé Robert Lemire, celui-là même qui a baptisé Océane Boyer. M. Lemire s’est exprimé dans un langage non poli et avec une énergie plus près de celle d’un motivateur que d'un curé coincé – non pas comme s’il était devant des fidèles, mais en famille.

L’homme de foi a donné le ton quand il a ouvert la cérémonie en faisant répéter aux gens «bon matin! », ce qui a permis de détendre un peu l’atmosphère.

Dans une église bondée jusqu’au jubé, M. Lemire a tenu, avec l’accord de la famille, à mettre l’accent sur la vie, et à refuser de s’acharner sur le passé, « On sait tous ce qui s’est passé, et on trouve ça écœurant », a-t-il dit, ajoutant avec ferveur, « mais là, c’est assez! On se vire de bord et on s’en va dans le futur! ». Habité par une passion et une énergie peu commune, le curé a salué la présence de centaines de citoyens, en les aidant à s’unir, « On est là, chacun de nous, pour s’aider mutuellement ».

Des centaines de personnes sont venues soutenir la famille d’Océane Boyer et lui rendre un dernier hommage.
Le curé Robert Lemire a prononcé une messe vibrante, mettant l’accent sur la vie et la communauté.

Témoignages de proches

Il faut souligner le courage des quelques personnes venues partager sur l’autel leurs douloureux témoignages, qui se sont conclus par une chanson, On t’aime, petite fleur, composée et interprétée à la guitare par Dakiel Latreille, le copain d’une cousine d’Océane. L’interprétation a semblé saisir l’église au complet, et nombreuses sont les personnes qui ont alors fondu en larmes. (Vous trouverez l’intégrale des paroles à la fin de l’article.)

Il en a été de même lorsque la chanson Vole, vole de Céline Dion a joué. Cette même chanson avait joué lors de l’envolée de ballons le dimanche précédent en l’honneur d’Océane Boyer.

À la suite du service, on a invité les gens à se rendre sur le parvis de l’église. Francis Boyer et Caroline Sarrazin, les parents d’Océane ont relâché une colombe dans le ciel, symbole de paix, mais aussi de liberté.


On t’aime, petite fleur
de Dakiel Latreille

Mon coeur de père n'a pas compris
qu’une âme si jeune ait été prise.
13 ans amour et joie de vivre,
Partie comme ça sans avertir.

On t’a arraché ton sourire
de ton bonheur et ton avenir.
Maintenant ouvre tes ailes
Et laisse cette chanson te conduire vers le ciel.

On t’aime, petite fleur.
On a d’la peine et et puis on pleure.
Mais pour toi aujourd’hui, on chante en chœur,
Car on t’aime, petite fleur.

On a réuni parents et enfants
Pour pouvoir te dire qu'on t'aime une dernière fois.

À vous les parents de ce bel océan,
Rempli de fous rires et de rêves d’enfant,
J'espère que mes mots vos apaiseront
À travers misère et tracas.

Et à vous petit frère et grande sœur,
J'espère que vous retrouverez le bonheur.
Océane, ouvre tes ailes
Et laisse cette chanson te conduire vers le ciel.

On t’aime, petite fleur.
On a d’la peine et puis on pleure.
Mais pour toi aujourd’hui, on chante en chœur,
Car on t'aime petite fleur.

On a réuni parents et enfants
Pour pouvoir te dire qu'on t'aime une dernière fois.