Retour progressif du propane : l'industrie agricole exige une réflexion

Frédéric Hountondji
EAP
La grève déclenchée depuis le 19 novembre à la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada a pris fin mardi avec un retour progressif du propane.

Même si l’approvisionnement en propane a repris, Marcel Groleau, président général de l'Union des producteurs agricoles (UPA), rappelle dans un communiqué que des pertes financières importantes ont été observées pour les cultures de maïs et de soya déjà récoltées. D’autres produits s'ajouteront pour les superficies qui ne le sont pas, a-t-il prévenu. Dans ces conditions, il estime que le soutien des deux paliers de gouvernement sera essentiel.

À LIRE ÉGALEMENT

« La situation va se régulariser graduellement, mais il y a déjà lieu d'entamer une réflexion sur le fil des évènements et les responsabilités de tout un chacun, a exigé M. Groleau. Une telle situation ne doit plus jamais se reproduire. C'est une question à la fois économique et de sécurité alimentaire. »

Appel au député

M. Groleau qualifie par ailleurs l'entente entre le Canadien National (CN) et ses 3200 employés syndiqués d’une excellente nouvelle. Il a indiqué que la situation était devenue insoutenable pour un nombre grandissant de producteurs. Le débrayage a empêché, durant quelques jours, le transport par voie ferrée de propane, ce qui a entre autres paralysé le séchage de grains dans le secteur agricole.

Les producteurs de grains, de lait et de bovins d’Argenteuil, de Papineau et de Mirabel risquaient, comme leurs collègues des autres régions, de perdre des milliers de tonnes de grains destinées à l’alimentation des animaux. John McCart, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) d’Argenteuil, exprimait cette inquiétude dans une lettre adressée le 20 novembre à Stéphane Lauzon, député d’Argenteuil−La Petite-Nation.