Huit des neuf élèves de la classe d’éducation spécialisée qui prépare les activités pour la Semaine de déficience intellectuelle, du 16 au 21 mars
Huit des neuf élèves de la classe d’éducation spécialisée qui prépare les activités pour la Semaine de déficience intellectuelle, du 16 au 21 mars

Pas de repos avant la relâche!

André Farhat
EAP
À la polyvalente Lavigne, la classe d’élèves ayant divers degrés de déficience intellectuelle bourdonne. Et pour cause, la Semaine de la déficience intellectuelle, du 16 au 21 mars, approche à grands pas.

Au premier étage, dans le local situé au fond d’un couloir, Joséphine Machalandi, enseignante du programme depuis deux ans, pose des questions critiques : «Qu’est-ce qu’il faut mettre sur l’affiche? Des mannequins? D’accord, et pourquoi?»

«Parce que c’est un défilé de mode! », répond Jaco. Il aide à concevoir la publicité pour le défilé avec Philippe et David, entre autres. Parce qu’il s’agit ici d’un effort de groupe, une vaste opération collaborative entre neuf jeunes vivant avec une déficience intellectuelle.

 Le défilé n’est qu’une des activités que le groupe organise dans le cadre de la Semaine internationale de la déficience intellectuelle. Jaco va d’ailleurs rejoindre Matthieu et Kaiya qui sont en train de créer une autre affiche, cette fois pour le karaoké. Marissa est allé chercher le matériel de bingo, afin de bien maitriser le fonctionnement du boulier et des cartes le  grand jour. Attentive, Maryse Jasmin, technicienne en éducation spécialisée, supervise le tout, et s’assure que tout est bien compris.

Participation à tous les niveaux

Toutes ces activités vont faire appel aux autres programmes de la Poly – musique, danse, etc. – ce qui demande beaucoup de préparation. C’est pour cette raison qu’Alexis est allé demander l’autorisation à Manon Brisson, technicienne loisirs, de solliciter les classes ordinaires, et établir les meilleurs moments pour ce faire.

«Nos journées n’arrêtent pas, affirme Joséphine Machalandi. Il nous manque de temps, on a trop de projets!» En effet, la classe ne chôme pas, et met en branle des initiatives avec entre autres la ville de Lachute et le Carrefour Jeunesse-Emploi d’Argenteuil, «On est créatif, et on est entrepreneurs, on a même montré nos projets à l’international!», s’exclame fièrement l’enseignante.

Journée de travail et soirée du hockey

La cloche sonne, et marque la fin de la journée d’école. Sauf que le groupe ne se sépare pas. Ce soir, ils vont tous voir le Canadien au Centre Bell. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi tant d’entre eux portent un chandail du tricolore.

La semaine prochaine, ce sera relâche. Mais le 9 mars, au retour, ils devront rapidement finaliser le tout, car chaque midi, du 16 au 20, ils animeront l’agora de la polyvalente Lavigne.

Pour la petite histoire, le CH l’a emporté 2-1 contre Vancouver ce soir-là.

Lisez nos autres articles sur le sujet: