La vitesse est la cause d’une grande part des accidents de la route. L’opération VITESSE, menée conjointement par la SAAQ et les divers services policiers du Québec, vise à faire prendre conscience aux conducteurs sur nos routes des dangers de la vitesse.
La vitesse est la cause d’une grande part des accidents de la route. L’opération VITESSE, menée conjointement par la SAAQ et les divers services policiers du Québec, vise à faire prendre conscience aux conducteurs sur nos routes des dangers de la vitesse.

Opération VITESSE : frein aux pieds lourds

André Farhat
EAP
La Sûreté du Québec a multiplié les contraventions pour excès de vitesse —vitesse grand V dans certains cas — au cours des dernières semaines.. Et maintenant, une nouvelle opération d’envergure est en cours.

Du 5 au 11 juin prochain, les divers services de police du Québec, de concert avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), tiendront l’opération nationale concertée (ONC) VITESSE. Selon la SAAQ, cette campagne, sur le thème de Je ralentis. Je sauve des vies., est là pour «sensibiliser et conscientiser les conducteurs aux risques liés à la vitesse pour l’ensemble des usagers du réseau routier».

Du 5 au 11 juin prochain, les divers services de police du Québec, de concert avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), tiendront l’opération nationale concertée (ONC) VITESSE. Selon la SAAQ, cette campagne, sur le thème de Je ralentis. Je sauve des vies., est là pour «sensibiliser et conscientiser les conducteurs aux risques liés à la vitesse pour l’ensemble des usagers du réseau routier».

Durant ces sept jours, les différents corps policiers comptent intervenir «de façon intensive» auprès des contrevenants qui taquinent trop leur tachymètre, et enfreignent le Code de la route.

La Sûreté du Québec (SQ) a constaté au cours des dernières semaines une hausse des excès de vitesse sur l’ensemble du réseau routier québécois. «L’achalandage réduit, en raison de la pandémie, a contribué à l’adoption de comportements à risque pour certains conducteurs, notamment les excès de vitesse.»

Les routes désertées ont donc offert aux matamores à moteur le terrain de jeu rêvé pour peser sur la pédale. À l’inverse, la SQ prévoit d’ailleurs «une augmentation importante de l’achalandage» comme conséquence du déconfinement. Ce qui pourrait aussi accroitre le nombre de coureurs du dimanche.

De plus, la SQ indique que la reprise des activités dans l’industrie de la construction entrainera une «présence accrue de travailleurs et de signaleurs aux abords des chantiers».

La vitesse demeure une des causes majeures de collisions sur les routes. Certaines études avancent qu’une « diminution de la vitesse moyenne de circulation de 5 km/h permettrait de réduire annuellement de 15 % le nombre de collisions ».

Selon la SAAQ, « si chaque conducteur réduisait sa vitesse moyenne, on diminuerait considérablement le nombre de blessures et de décès sur les routes du Québec chaque année. » Ainsi, toujours selon la SAAQ, la réduction de 1 km/h éviterait 12 décès, et en ralentissant d’à peine 5 km/h, les Québécois pourraient sauver 60 vies. On compterait 120 décès en moins avec une réduction de 10 km/h. Ces données sont basées sur un total de 400 décès.

Dans le cadre de l’opération VITESSE, la SAAQ mettra aussi ses contrôleurs routiers à contribution. Ceux-ci effectueront le contrôle des poids lourds. Ainsi, l’opération sera en mesure de couvrir l’ensemble des véhicules sur le réseau routier.

«L’angle choisi vise à responsabiliser les conducteurs et à leur rappeler qu’ils peuvent faire une différence et contribuer à l’amélioration du bilan routier en ralentissant, peut-on lire dans le communiqué. Ils font toutes et tous partie de la solution et ont le pouvoir de sauver des vies!»

Du 1er janvier au 1er juin 2020, sur l’ensemble du territoire desservi par la SQ, on compte 56 collisions mortelles, un bilan semblable à la même période en 2019, où l’on a enregistré 57 collisions fatales.