Marchands de la rue Principale mécontents

En mai, la Ville de Lachute avait annoncé un nouvel aménagement temporaire de la rue Principale, suivant la réouverture de certains commerces. L’initiative, qui s’était concrétisée rapidement, n’avait pas convaincu tous les commerçants, ni leurs clients. Maintenant, devant le mécontement de marchands et clients, la Ville réagit.

« On commence tout de suite, pour donner un coup de barre, mais l’aménagement est appelé à évoluer. » C’est ce qu’indiquait alors le directeur général de la Ville de Lachute, Benoît Gravel à L’Argenteuil. Il insistait alors sur le caractère adaptatif de l’expérience. Les bollards (ces petits poteaux balisés vissés dans la chaussée) et boîtes de fleur pourraient rapidement être retirés, déplacés ou remplacés. Voilà qui se révèle aujourd’hui bien à propos.

Le 4 mai dernier, alors que certains types d’entreprises étaient déconfinées, la Ville, après avoir rapidement sondé les commerces du centre-ville, avait élargi la surface piétonne de la Main, en empiétant sur les places de stationnement adjacentes aux trottoirs de chaque côté de la chaussée. L’objectif était de permettre une affluence accrue en phase avec les mesures de distanciation de deux mètres.

Le directeur général comptait également être à l’écoute des marchands de la rue Principale.

Une expérience peu concluante

« C’est une aberration! », s’exclame Daniel Desforges, chez Fleuriste Bernard Tessier. « Le trottoir à 12 pieds de large, ce n’est pas nécessaire. » M. Desforges, qui a été propriétaire et du commerce et de l’immeuble qui l’abrite pendant des décennies. Il évalue que cette mesure lui a fait perdre plusieurs milliers de dollars.

Comme lui, Dianne Dixon, propriétaire de la boutique J.B. Dixon, de l’autre côté de la rue, croit que les trottoirs étaient déjà assez larges comme ça. « Il y a seulement les personnes avec les fauteuils roulants électriques qui utilisent l’élargissement », observe-t-elle.

Martin St-Denis, de Décor St-Denis, compatit avec les services de livraison. « L’autre jour, un livreur a dû se stationner de l’autre côté de la rue, à côté de la caisse pop, et me livrer des palettes entières à coup de  voyages en diable. » Il est toutefois heureux que la Ville ait fait un test, même si selon lui, « ce n’est pas concluant ».

Une frustration généralisée

Comme les autres entrepreneurs de la rue Principale, Monik Ypperciel, de Chaussures Monik, a d’abord vu l’insatisfaction chez sa clientèle. « Mes clientes sont très fâchées, ça n’a pas lieu d’être. » Elle commente aussi le manque de consultation de la Ville auprès d’eux. « Ces gens-là ne sont pas des commerçants. » Comme Dianne Dixon, elle a aussi exhorté sa clientèle à se faire entendre. « J’ai dit à mes clientes “Appelez la mairie, dites-leur votre insatisfaction” ».

  Déjà, au moment de l’aménagement, des commerçants s’étaient empressés de verbaliser leur mécontentement, alors que d’autres voyaient l’initiative d’un bon œil, sous toutes réserves. Maintenant que deux mois ont passé, la frustration des commerçants et d’une partie de leur clientèle a fait bouger la Ville. Comme l’indique M. Gravel, « Tel que mentionné par le maire lors de la dernière séance de conseil, la Ville travaille à modifier son plan d’aménagement du centre-ville en lien avec les commentaires reçus des commerçants et leur clientèle. »

 C’est maintenant fait : la Ville, avec l’aide de la Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil, a identifié une vingtaine de places de stationnement qu’elle a libéré, incluant les quatre cases réservées aux personnes à mobilité réduite. De plus, la Ville va ouvrir certaines entrées charretières du côté sud afin de faciliter l’accès à l’arrière des boutiques qui y sont logées.

Les travaux n’ont jamais été conçus pour durer. « Tout va être temporaire », avait insisté en mai M. Gravel. « Nous allons essayer des choses, expliquait M. Gravel, c’est un work in progress. » Certains penseront qu’il n’a jamais cru si bien dire.

Brownsburg-Chatham

Après des années de tergiversations et de tractations, le conseil municipal de Brownsburg-Chatham a arrêté son choix sur un projet de nouveau centre culturel multifonctionnel.
Affaires municipales

L’ancien maire de Brownsburg-Chatham, Georges Dinel, et plusieurs citoyens se réunissent ce soir, le 9 juillet, pour manifester leur désapprobation face au projet de place du citoyen de la municipalité, et surtout pour contester les méthodes utilisées par l’administration Trickey.
Québec

Le 4 juillet, après plus de trois mois de séances à huis clos, le gouvernement du Québec permet de nouveau la tenue des assemblées publiques et séances municipales devant public. Les ouvertures de soumissions peuvent également se faire devant témoins et commissionnaires.  
Lachute

Le jugement du Tribunal administratif du travail dans le dossier opposant entre autres la Ville de Lachute à son ancien directeur général et son ancienne trésorière, fait basculer le déroulement des activités au conseil municipal.  
Lachute

Jusqu'à récemment, les finissants du secondaire ne savaient justement pas quand ça allait finir. Après des années d'efforts et de transformation, et quelques autres mois d'incertitudes, des centaines d'élèves de la polyvalente Lavigne ont reçu leur récompense, d'une manière inusitée, mais très réussie.
Affaires municipales

La saga qui oppose depuis 2015 la Ville de Lachute (entre autres) à son ancien directeur général Pierre Gionet et l’ancienne trésorière Nathalie Piret a pris un nouveau tournant. Dans son jugement rendu le 25 juin 2020 et dont L’Argenteuil a eu copie, le tribunal administratif du travail a conclu que les fautes reprochées aux deux anciens cadres n’ont pas été démontrées, et ordonne leur réintégration.
Sports

Kevin Lowe a finalement été intronisé au Temple de la renommée du Hockey, après 20 ans d’admissibilité. Le natif de Lachute, qui partage l’enseigne de l’aréna local avec Pierre Pagé, a connu une carrière dont rêveraient bien de ses camarades.
Lachute

La Sûreté du Québec a transmis ce bilan d’une saisie effectuée le 23 juin à Lachute, impliquant quatre individus, et durant laquelle des véhicules, de la cocaïne et des armes à feu ont notamment été perquisitionnés.
Incendies

Depuis le printemps, plusieurs interdictions de feux à ciel ouvert ont été imposées puis levées dans les Laurentides et Argenteuil. La toute dernière, qui a empêché la tenue de feux d’artifice lors de la Saint-Jean, vient d’être partiellement levée par les autorités gouvernementales, mais les municipalités peuvent décider de les maintenir.
Lachute

Le producteur de cannabis Aurora Cannabis Inc., implanté dans Argenteuil en grande pompe en 2018, a annoncé l’arrêt de ses activités à son centre de recherche et production d’Aurora Eau, à Lachute.  
Brownsburg-Chatham

Un spectaculaire incendie a sévi le samedi 20 juin à Brownsburg-Chatham, près de l’autoroute 50. La colonne de fumée noire était visible à plusieurs kilomètres à la ronde, et le brasier a nécessité les efforts de cinq services d’incendie d’Argenteuil.
Canicule

Environnement Canada a émis un avertissement de chaleur qui devrait durer au moins jusqu’au mardi 23 juin. Cette chaleur étouffante s’accompagne de restrictions sur l’eau et le feu – tout ça en plein déconfinement.
Argenteuil

La MRC d’Argenteuil a publié récemment deux rapports liés à la délimitation des territoires incompatibles avec l’activité minière, un sujet qui a été au cœur de l’affaire opposant Canada Carbon à Grenville-sur-la-Rouge.

Depuis le 15 juin, les restaurants ont le droit d’ouvrir dans la plupart des régions du Québec. Or, tous ne sont pas prêts à le faire. Cette réouverture avec quelques jours d’avertissement et soumise à des mesures sanitaires plus ou moins intuitives laisse plusieurs restaurateurs mi-figue mi-raisin.
COVID-19

De nombreuses petites et moyennes entreprises n’ont pas eu accès aux fonds jusqu’alors offerts par les divers paliers de gouvernement lors de la pandémie de COVID-19. Le Fonds d’aide et de relance régionale vise à corriger cette situation, dans les Laurentides et Argenteuil, entre autres.