Les influenceurs, influenceuses, blogueurs, blogueuses et journalistes ont terminé leur mini-escapade dans Argenteuil à la brasserie Sir John, à Lachute.
Les influenceurs, influenceuses, blogueurs, blogueuses et journalistes ont terminé leur mini-escapade dans Argenteuil à la brasserie Sir John, à Lachute.

Le grand Montréal vient découvrir Argenteuil

André Farhat
EAP
Le 22 juillet, une quarantaine de journalistes, influenceurs et blogueurs de Montréal, Laval et la Rive-Sud sont venus découvrir une parcelle des charmes d’Argenteuil.  

C’était pour la plupart d’entre eux la première réelle sortie médiatique qu’ils faisaient à l’extérieur du grand Montréal depuis le début de la pandémie de COVID-19, et s’il y a un sentiment généralisé dans cette mini-escapade, il peut se résumer par «enfin!».

Cette escapade a été organisée par Tourisme Basses-Laurentides. Comme l’a indiqué à L’Argenteuil Marie-Claude Granger, directrice générale de Tourisme Basses-Laurentides, « Les gens ne sont pas tellement conscients qu’Argenteuil existe. L’objectif, c’était donc de faire connaitre Argenteuil ».   

Pour ce faire, l’organisme a confié à Thara Communications la tâche de planifier une excursion dans la région. Si ces tournées touristiques se font habituellement à bord d’un seul autobus nolisé, les mesures sociosanitaires ont obligé les organisatrices à repenser la façon de faire. Ainsi, les invités se sont déplacés par leurs propres moyens, ce qui a apporté ses propres défis logistiques. Le choix d’une demi-journée a donc été privilégié. 

Ainsi, les visiteurs urbains ont été conviés à un itinéraire s’amorçant à Saint-André-d’Argenteuil, à la Station 210, une boutique-café qui met en vedette des produits québécois, des objets inusités et des articles raffinés. «Les gens étaient surpris de voir une boutique comme la nôtre à l’extérieur des grandes villes», a raconté Louis-Robert Frigault, copropriétaire de la Station 210, qui célébrait le jour même le début de sa troisième année d’ouverture. 

Après avoir ramassé leur boite-repas constituée de produits du terroir, les médias se sont rendus à la brasserie Wilsy, à Saint-Placide, où ils ont mangé en dégustant les bières brassées sur place. 

Puis, la troupe s’est rendue à l’avant-dernière escale, l’Érablière du sanglier, sur le rang St-Jérusalem, à Lachute. La propriétaire et chef à tout faire, Nathalie Kerbrat, les a reçus avec des assiettes de bouchées de produits de son érablière, saucissons de sanglier en tête. Mme Kerbrat leur a ensuite fait la visite des lieux, leur expliquant comment elle a fait seule 1500 entailles cette année.  

Les urbains curieux ont aussi découvert les nombreuses espèces d’animaux que Nathalie Kerbrat élève sur ses terres. «La diversité, les gens aiment ça. Ils ont été assez impressionnés par les dindes», a-t-elle observé. 


Tourisme Basses-Laurentides a organisé le 22 juillet une escapade dans Argenteuil pour les médias du grand Montréal. Les invités ont visité quatre commerces, mais la tournée ne durant qu’une demi-journée, ils n’ont pu admirer la beauté du pays, de ses rivières et de ses terres. Ici, la propriétaire de l'érablière du sanglier, Nathalie Kerbrat, éduque les médias urbains sur les comportemements des dindes.

«C’est vraiment l’fun de voir que ça reprend!», a affirmé Jeff Frenette, un blogueur de Québec installé à Montréal depuis cinq ans. Celui qui rédige a visité à peu près tout le Québec ne connaissait pas vraiment Argenteuil. Julie Castonguay et Jean-Michel Dufaux ont un site Web où ils documentent leurs voyages dans le monde. Pourtant, Mme Castonguay, originaire de Lanaudière, ignorait tout du coin. «On est contents de connaitre d’autres régions.» 

La tournée s’est achevée à la Brasserie Sir John, où les touristes professionnels ont pu se poser les pieds et déguster les variétés de bières de la brasserie, qui fêtait sa première année d’existence quelques semaines plus tôt, le 4 juillet. Pour Maxime Hébert, copropriétaire, «Quand Tourisme Basses-Laurentides nous a approchés, on a sauté sur l’occasion.» 

La journaliste Chantal Lapointe, de Longueuil, a souligné comme plusieurs la proximité de la région avec Montréal. «On a été surpris par le côté champêtre si près de la ville.» Elle a aussi applaudi l’approche de Tourisme Basses-Laurentides. «Ça s’est super bien passé, et l’association a su jouer d’audace.» 

Argenteuil demeure, aux dires de plusieurs, un joyau caché du Québec. Mais qu’a-t-elle à offrir comme chapelet d’offres touristiques? C’est ce qu’il reste à découvrir.