Les représentants de la MRC d’Argenteuil et de Fibre Argenteuil ont expliqué, de façon très complète, les divers détails des phases de mise en œuvre du réseau de fibre optique qui couvrira 85% de la région, en plus d’aborder les services offerts et les démarches tant politiques qu’administratives et logistiques effectuées. À gauche: Marc Carrière, directeur général de la MRC d’Argenteuil; à droite: Denis Huberdeau, directeur général de Fibre Argenteuil.
Les représentants de la MRC d’Argenteuil et de Fibre Argenteuil ont expliqué, de façon très complète, les divers détails des phases de mise en œuvre du réseau de fibre optique qui couvrira 85% de la région, en plus d’aborder les services offerts et les démarches tant politiques qu’administratives et logistiques effectuées. À gauche: Marc Carrière, directeur général de la MRC d’Argenteuil; à droite: Denis Huberdeau, directeur général de Fibre Argenteuil.

Internet haute vitesse: canal de communication

Le début des transmissions est de plus en plus près pour Fibre Argenteuil, qui pourrait d’ici un an répondre aux besoins en télécommunication de 85% des citoyens d’Argenteuil.

«Vous ne voulez pas venir ici, les Bell de ce monde, alors on va se prendre en main!», a lancé Marc Carrière, le directeur général de la municipalité régionale de comté (MRC) d’Argenteuil. Cette citation résume en soi la motivation derrière le vaste projet d’Internet haute vitesse qui est en voie de se concrétiser.

La MRC et l’organisme à but non lucratif (OBNL) Fibre Argenteuil mènent actuellement une tournée d’information et de mise à jour de leur réseau de fibre optique. Deux premières soirées d’information ont déjà eu lieu cette semaine – une à Harrington, qui a accueilli plus de 60 personnes, et l’autre à Brownsburg-Chatham, dans une salle bondée de la Légion. La dernière soirée d’information aura lieu le mercredi 26 février à 19h, au centre communautaire Trinity de Gore.

Ces séances ont regroupé la quasi-totalité du conseil d’administration de Fibre Argenteuil, l’OBNL créé sur mesure pour agir à titre de fournisseur des services Internet, téléphonie IP et câblodistribution dans la région. Du côté de la MRC, Marc Carrière et le préfet Scott Pearce étaient également sur place. Le rôle de la MRC dans cette aventure colossale: elle sera propriétaire du réseau, et louera à Fibre Argenteuil les infrastructures pour qu’elle livre les services de télécommunications aux usagers. Notons que les membres du C.A. sont tous bénévoles.

La couverture prévue après les cinq phases initiales de déploiement, qui permettra de desservir 85% des foyers d’Argenteuil, grâce aux programmes de subventions, présentés dans la colonne de droite.

De gros avantages

Simplement dit, et au risque de nous répéter, la haute vitesse n’est pas une affaire acquise dans les régions, et Argenteuil n’y fait pas exception. Les vitesses de téléchargement plafonnent souvent à 5 Mo/s, un débit très faible et de plus en plus problématique. Avec l’avènement du visionnement en continu (streaming) et du jeu vidéo en direct, la demande en bande passante de haut débit ne fait que croitre. C’est pourquoi Fibre Argenteuil souhaite offrir un débit plancher de 30 Mo/s, et des forfaits allant jusqu’à la consommation illimitée.

Mais au-delà des performances, la mairesse de Brownsburg-Chatham, Catherine Trickey raconte: « La première chose que les acheteurs de maison demandent quand ils cherchent ici, c’est ‘Quel type d’Internet vous avez ici?’» C’est aussi ce que Scott Pearce relate avec son humour habituel, «Les gens veulent savoir si on a l’Internet et si l’eau des lacs est propre!»

Marc Carrière ajoute que pour l’économie d’Argenteuil, que ce soit dans les domaines industriels, résidentiels ou culturels, l’arrivée de la haute vitesse est essentielle.

Besoins essentiels, taxes communes

En effet, comme l’a rappelé le directeur général de la MRC, les Nations unies ont adopté, en 2016, une résolution faisant de l’accès à Internet un droit fondamental, le rangeant de facto dans la liste des besoins essentiels. Alors, lorsqu’il a été précisé que la partie non subventionnée du réseau (installations, services, entretien et maintenance) sera perçue grâce à un supplément de taxes, certains citoyens ont grondé. «Ça, ça veut dire que même si je ne m’en sers pas, je vais devoir le payer?» Les représentants de la MRC, Scott Pearce en tête, ont répliqué en argumentant : « Nous payons pour les routes que vous utilisez, mais sur lesquelles on ne va jamais. Et pensez à vos enfants, à vos petits-enfants.»

 D’ailleurs, plus tôt dans la soirée, M. Pearce a raconté l’anecdote suivante.  «Un soir, vers 22h, je suis passé devant le Centre communautaire, à Gore, et j’ai vu une voiture stationnée, le moteur en marche. J’ai pensé que c’était un voleur. Je me suis arrêté et je suis allé cogner à la portière du côté conducteur. Une dame a baissé la vitre, et en lui demandant ce qu’elle faisait, j’ai vu ses trois enfants sur la banquette arrière, leurs ordinateurs ouverts. Ils faisaient leurs devoirs là parce qu’Internet ne se rendait pas chez eux.»

La salle de la Légion à Brownsburg-Chatham était bondée de résidents de la région. Certains d’entre eux, comme André Harvey, de Saint-André-d’Argenteuil, fait partie des 15% qui ne seront pas desservis lors des phases initiales.

Un défi colossal

«Si tout va bien, la première phase va être déployée à la fin de l’été», a annoncé Frédérick Jones, administrateur en systèmes d’information géographique et analyste principal à la MRC d’Argenteuil. Celui qui a animé la majeure partie de la séance a décrit avec une maitrise encyclopédique les divers secteurs couverts lors des cinq phases initiales de déploiement. «À terme, on va couvrir 85% du territoire, après quoi on va pouvoir faire tout en notre possible pour aller desservir le 15% qui reste», a-t-il expliqué à des résidents de Saint-André et Brownsburg-Chatham (secteur ) Cushing, qui ne sont pas visés par le présent ouvrage.

M. Jones a toutefois expliqué que «les subventions reçues ne peuvent pas s’appliquer à des endroits qui ont déjà un accès Internet de 5 Mo/s». En effet, les programmes auxquels la MRC a eu droit étaient assujettis de conditions strictes.»

Toutefois, les membres présents ont tous unanimement suivi la recommandation de Denis Huberdeau, directeur général de Fibre Argenteuil. «Tout ce que je peux vous dire, c’est d’appeler votre député fédéral, et rappelez-le encore!»

Des détails qui clochent

Par ailleurs, une des plus grandes embuches que rencontrent Fibre Argenteuil et la MRC ne vient pas du climat ou d’impondérables, mais de Bell. «Tout ce qu’on contrôle, ça va bien, a expliqué non sans frustration Marc Carrière. Le bout qu’on ne contrôle pas, ce sont nos échanges avec Bell et la rapidité de leurs réponses.»

Car il faut savoir que Bell exige une permission pour chaque ancrage fixé sur ses poteaux et torons, et que Bell prend jusqu’à trois mois pour répondre aux demandes de la MRC. Ce qui peut non seulement entrainer d’immenses retards, mais des semaines d’incertitude. Pis encore, Bell a conclu des ententes de partage sur les installations d’Hydro-Québec (HQ), et lorsque la MRC veut fixer des relais – par exemple – sur des poteaux de HQ partagés avec Bell, c’est à Bell et non à HQ qu’il faut s’adresser. «Ça va très bien quand on peut s’adresser directement à Hydro. C’est avec Bell que c’est difficile», comme l’a confirmé  Stéphane Jourdain, de Fibre Argenteuil,


Frédérick Jones, administrateur en systèmes d’information géographique et analyste principal à la MRC d’Argenteuil, a animé la majeure partie de la séance a décrit avec une maitrise encyclopédique les divers secteurs couverts lors des cinq phases initiales de déploiement.

La lumière au bout du tunnel

«On est à la croisée des chemins. Ou on ne paie pas et on a rien pour un service social essentiel, ou on demande le maximum», a affirmé Marc Carrière, en référence à la liste de subventions et de fonds que la MRC a sollicités et obtenus depuis plus de 10 ans. Les préinscriptions au service de Fibre Argenteuil seront bientôt ouvertes, tout comme son site Web. On sait d’ores et déjà que l’OBNL offrira le service Internet à des vitesses de base de 30 Mo/s, la câblodistribution et la téléphonie IP (par Internet), mais les forfaits ne sont pas encore totalement définis, pas plus que les tarifs. Toutefois, Denis Huberdeau, directeur général de Fibre Argenteuil, se veut rassurant. «On n’est pas là pour faire du profit, l’argent va être réinvesti pour entretenir et agrandir le réseau», tout en expliquant qu’en ne visant pas des marges de profit exorbitantes, Fibre Argenteuil sera à même d’offrir des prix concurrentiels.

Fibre Argenteuil est sur le point de signer un bail afin d’avoir ses locaux dans l’ancien poste de police au coin des rues Principale et Barron.

Brownsburg-Chatham

Après des années de tergiversations et de tractations, le conseil municipal de Brownsburg-Chatham a arrêté son choix sur un projet de nouveau centre culturel multifonctionnel.
Lachute

En mai, la Ville de Lachute avait annoncé un nouvel aménagement temporaire de la rue Principale, suivant la réouverture de certains commerces. L’initiative, qui s’était concrétisée rapidement, n’avait pas convaincu tous les commerçants, ni leurs clients. Maintenant, devant le mécontement de marchands et clients, la Ville réagit.
Affaires municipales

L’ancien maire de Brownsburg-Chatham, Georges Dinel, et plusieurs citoyens se réunissent ce soir, le 9 juillet, pour manifester leur désapprobation face au projet de place du citoyen de la municipalité, et surtout pour contester les méthodes utilisées par l’administration Trickey.
Québec

Le 4 juillet, après plus de trois mois de séances à huis clos, le gouvernement du Québec permet de nouveau la tenue des assemblées publiques et séances municipales devant public. Les ouvertures de soumissions peuvent également se faire devant témoins et commissionnaires.  
Lachute

Le jugement du Tribunal administratif du travail dans le dossier opposant entre autres la Ville de Lachute à son ancien directeur général et son ancienne trésorière, fait basculer le déroulement des activités au conseil municipal.  
Lachute

Jusqu'à récemment, les finissants du secondaire ne savaient justement pas quand ça allait finir. Après des années d'efforts et de transformation, et quelques autres mois d'incertitudes, des centaines d'élèves de la polyvalente Lavigne ont reçu leur récompense, d'une manière inusitée, mais très réussie.
Affaires municipales

La saga qui oppose depuis 2015 la Ville de Lachute (entre autres) à son ancien directeur général Pierre Gionet et l’ancienne trésorière Nathalie Piret a pris un nouveau tournant. Dans son jugement rendu le 25 juin 2020 et dont L’Argenteuil a eu copie, le tribunal administratif du travail a conclu que les fautes reprochées aux deux anciens cadres n’ont pas été démontrées, et ordonne leur réintégration.
Sports

Kevin Lowe a finalement été intronisé au Temple de la renommée du Hockey, après 20 ans d’admissibilité. Le natif de Lachute, qui partage l’enseigne de l’aréna local avec Pierre Pagé, a connu une carrière dont rêveraient bien de ses camarades.
Lachute

La Sûreté du Québec a transmis ce bilan d’une saisie effectuée le 23 juin à Lachute, impliquant quatre individus, et durant laquelle des véhicules, de la cocaïne et des armes à feu ont notamment été perquisitionnés.
Incendies

Depuis le printemps, plusieurs interdictions de feux à ciel ouvert ont été imposées puis levées dans les Laurentides et Argenteuil. La toute dernière, qui a empêché la tenue de feux d’artifice lors de la Saint-Jean, vient d’être partiellement levée par les autorités gouvernementales, mais les municipalités peuvent décider de les maintenir.
Lachute

Le producteur de cannabis Aurora Cannabis Inc., implanté dans Argenteuil en grande pompe en 2018, a annoncé l’arrêt de ses activités à son centre de recherche et production d’Aurora Eau, à Lachute.  
Brownsburg-Chatham

Un spectaculaire incendie a sévi le samedi 20 juin à Brownsburg-Chatham, près de l’autoroute 50. La colonne de fumée noire était visible à plusieurs kilomètres à la ronde, et le brasier a nécessité les efforts de cinq services d’incendie d’Argenteuil.
Canicule

Environnement Canada a émis un avertissement de chaleur qui devrait durer au moins jusqu’au mardi 23 juin. Cette chaleur étouffante s’accompagne de restrictions sur l’eau et le feu – tout ça en plein déconfinement.
Argenteuil

La MRC d’Argenteuil a publié récemment deux rapports liés à la délimitation des territoires incompatibles avec l’activité minière, un sujet qui a été au cœur de l’affaire opposant Canada Carbon à Grenville-sur-la-Rouge.

Depuis le 15 juin, les restaurants ont le droit d’ouvrir dans la plupart des régions du Québec. Or, tous ne sont pas prêts à le faire. Cette réouverture avec quelques jours d’avertissement et soumise à des mesures sanitaires plus ou moins intuitives laisse plusieurs restaurateurs mi-figue mi-raisin.
COVID-19

De nombreuses petites et moyennes entreprises n’ont pas eu accès aux fonds jusqu’alors offerts par les divers paliers de gouvernement lors de la pandémie de COVID-19. Le Fonds d’aide et de relance régionale vise à corriger cette situation, dans les Laurentides et Argenteuil, entre autres.