Hydro-Québec effectue des travaux en deux volets au barrage de la Chute Bell, afin d’accroitre la capacité d’évacuation d’eau en période de crues printanières.
Hydro-Québec effectue des travaux en deux volets au barrage de la Chute Bell, afin d’accroitre la capacité d’évacuation d’eau en période de crues printanières.

Des progrès importants à la Chute-Bell

Printemps 2019. La rivière Rouge gonfle et menace de faire céder le barrage de la centrale de la Chute-Bell, à Grenville-sur-la-Rouge. Heureusement, la catastrophe est évitée de peu et Hydro-Québec doit absolument agir. Près d’un an plus tard, à l’approche du printemps, comment est la situation?

«Tout ça a été fait dans des délais extrêmement serrés», a expliqué Francis Labbé, chargé d’affaires publiques et de relations médias chez Hydro-Québec (HQ), lors d’une visite destinée aux médias, vendredi de la semaine dernière. «Les travaux ont débuté en décembre et l’ensemble devrait être terminé d’ici avril», a-t-il précisé.

Les deux turbines de la centrale ont été dénudées de leurs pales, afin de laisser passer un débit d’eau accru

Lorsque le débit de la rivière Rouge a atteint les 1000 mètres cubes par seconde (m3/s) à la hauteur de la Chute-Bell, les gestionnaires du réseau d’Hydro-Québec ont su qu’une décision critique devait être prise sans attendre pour alléger le flot grandissant d’eau lors des crues futures. «Toutes les options étaient sur la table», a raconté Simon-Nicolas Roth, chef en expertise géotechnique, géologie et structures chez HQ.

Une solution hors du commun

La proposition retenue s’élève à 3,5 millions de dollars et se divise en deux volets.

«Ce qu’on a fait est assez rare, et peut-être même unique, a-t-il révélé. On a travaillé très fort, considère de multiples autres options, comme un canal qui contournerait la centrale, on a fait les études et tous les calculs et on a présenté le projet qui nous semblait le plus adéquat.»

La première opération touche la centrale même. Il faut d’abord comprendre que la centrale ne produit plus d’hydroélectricité depuis quelques années. «Nous sommes en surplus, et LG3 produit plus d’électricité en toussant que ce barrage», a blagué Francis Labbé, illustrant le fait que le réseau suffit à la demande sans l’apport de la centrale de la Chute-Bell. Les turbines de la centrale servent donc à laisser passer l’eau. Simplement dit, en enlevant les grandes pales des deux turbines, on accroit le débit d’eau qui passe ainsi à 90 m3/s.

Cela dit, Simon-Nicolas Roth a ajouté: «Cette opération est entièrement réversible, et il est possible de redémarrer la centrale sans problème.» Il s’agirait alors de réinstaller les pales sur les turbines. 

La seconde partie des travaux, effectuée simultanément, vise à solidifier et à élargir la crête déversante (la chute), de manière à accroitre le débit d’un autre 90 m3/s là aussi. Valérie Naud, responsable du chantier de construction chez  Hydro-Québec, a expliqué: «On a fixé des plots (de gros blocs de béton) supplémentaires dans la crête déversante pour s’assurer de la solidité, et on va retirer la membrane gonflable qui ne sert plus à rien.»

L’augmentation de la capacité d’évacuation combinée de 180 m3/s va permettre de garder l’eau à des niveaux sécuritaires, même lors de crues supérieures à celles de 2017 et 2019.

Prêts pour la crue

Les travaux de modification dans la centrale devraient être terminés en février et ceux qui touchent à la crête déversante, au plus tard en avril, à temps pour recevoir une possible crue des eaux. Comme l’a indiqué Francis Labbé : «Ici, il faut trois ingrédients en même temps pour avoir une grande crue: un couvert de neige épais, une fonte rapide et des précipitations abondantes. Pour le moment, il y a peu de neige et à moins que les choses ne changent, nous sommes en voie d’éviter une crue intense cette année. Toutefois, nous devons être prêts à tout», a conclu sagement M. Labbé.


Loisirs

La pandémie a entrainé dans son sillage les festivals, foires et autres occasions de rassemblements entre amateurs de passions communes. Les expositions d’automobiles d’époque n’y ont pas échappé. Toutefois, il est toujours possible d’admirer de vieilles machines et de montrer la sienne, tous les jeudis, à Whissell Town.  
Brownsburg-Chatham

Après des années de tergiversations et de tractations, le conseil municipal de Brownsburg-Chatham a arrêté son choix sur un projet de nouveau centre culturel multifonctionnel.
Lachute

En mai, la Ville de Lachute avait annoncé un nouvel aménagement temporaire de la rue Principale, suivant la réouverture de certains commerces. L’initiative, qui s’était concrétisée rapidement, n’avait pas convaincu tous les commerçants, ni leurs clients. Maintenant, devant le mécontement de marchands et clients, la Ville réagit.
Affaires municipales

L’ancien maire de Brownsburg-Chatham, Georges Dinel, et plusieurs citoyens se réunissent ce soir, le 9 juillet, pour manifester leur désapprobation face au projet de place du citoyen de la municipalité, et surtout pour contester les méthodes utilisées par l’administration Trickey.
Québec

Le 4 juillet, après plus de trois mois de séances à huis clos, le gouvernement du Québec permet de nouveau la tenue des assemblées publiques et séances municipales devant public. Les ouvertures de soumissions peuvent également se faire devant témoins et commissionnaires.  
Lachute

Le jugement du Tribunal administratif du travail dans le dossier opposant entre autres la Ville de Lachute à son ancien directeur général et son ancienne trésorière, fait basculer le déroulement des activités au conseil municipal.  
Lachute

Jusqu'à récemment, les finissants du secondaire ne savaient justement pas quand ça allait finir. Après des années d'efforts et de transformation, et quelques autres mois d'incertitudes, des centaines d'élèves de la polyvalente Lavigne ont reçu leur récompense, d'une manière inusitée, mais très réussie.
Affaires municipales

La saga qui oppose depuis 2015 la Ville de Lachute (entre autres) à son ancien directeur général Pierre Gionet et l’ancienne trésorière Nathalie Piret a pris un nouveau tournant. Dans son jugement rendu le 25 juin 2020 et dont L’Argenteuil a eu copie, le tribunal administratif du travail a conclu que les fautes reprochées aux deux anciens cadres n’ont pas été démontrées, et ordonne leur réintégration.
Sports

Kevin Lowe a finalement été intronisé au Temple de la renommée du Hockey, après 20 ans d’admissibilité. Le natif de Lachute, qui partage l’enseigne de l’aréna local avec Pierre Pagé, a connu une carrière dont rêveraient bien de ses camarades.
Lachute

La Sûreté du Québec a transmis ce bilan d’une saisie effectuée le 23 juin à Lachute, impliquant quatre individus, et durant laquelle des véhicules, de la cocaïne et des armes à feu ont notamment été perquisitionnés.
Incendies

Depuis le printemps, plusieurs interdictions de feux à ciel ouvert ont été imposées puis levées dans les Laurentides et Argenteuil. La toute dernière, qui a empêché la tenue de feux d’artifice lors de la Saint-Jean, vient d’être partiellement levée par les autorités gouvernementales, mais les municipalités peuvent décider de les maintenir.
Lachute

Le producteur de cannabis Aurora Cannabis Inc., implanté dans Argenteuil en grande pompe en 2018, a annoncé l’arrêt de ses activités à son centre de recherche et production d’Aurora Eau, à Lachute.  
Brownsburg-Chatham

Un spectaculaire incendie a sévi le samedi 20 juin à Brownsburg-Chatham, près de l’autoroute 50. La colonne de fumée noire était visible à plusieurs kilomètres à la ronde, et le brasier a nécessité les efforts de cinq services d’incendie d’Argenteuil.