Des candidats déplorent la décision d’Agropur

Frédéric Hountondji
EAP
La fermeture annoncée de l’usine de fabrication de crème glacée d’Agropur à Lachute ne laisse pas indifférents des candidats aux élections fédérales dans la circonscription d’Argenteuil−La Petite-Nation.

 « Il y aura à Agropur, qui est un fleuron local, la perte d’emplois dans le comté, a réalisé Charlotte Boucher Smoley, candidate du Nouveau parti démocratique (NPD). Il y a 177 emplois qui seront coupés en 2020. L’emploi pour moi est super important parce que ce n’est pas seulement 177 employés, c’est 177 familles qui vont en subir les contrecoups. »

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Yves Destroismaisons, du Bloc québécois, promet, s’il est élu, d’investir dans la mise à niveau des installations de l’usine pour qu’elle demeure concurrentielle et afin de permettre aux travailleurs de conserver leur emploi. « Je me demande si le fait d’avoir cédé des parts de marché dans la gestion de l’offre sur les produits laitiers, la volaille et les œufs, lors des négociations du nouvel ALENA, n’a pas fragilisé la rentabilité de l’entreprise », a commenté M. Destroismaisons.

Stéphane Lauzon, candidat du Parti libéral du Canada, s’engage lui aussi à trouver une solution au lendemain du scrutin, le 22 octobre. « J’ai bon espoir qu’en travaillant tous ensemble, nous trouverons un moyen pour relancer cette entreprise qui est un fleuron local, a-t-il déclaré dans un communiqué. Depuis des décennies, de l’époque de Lowe Brothers, aux Aliments Lebel et aujourd’hui Agropur, cette entreprise a vu bien des générations de familles lachutoises y travailler. Elle fait partie de notre patrimoine et elle mérite qu’on travaille tous ensemble pour la sauver. »