Des interventions nécessaires pour freiner la conduite aux facultés affaiblies

André Farhat
EAP
En dépit des restrictions à s’aventurer en dehors de la maison, plusieurs sont ceux qui l’ont fait en état d’intoxication par l’alcool ou une drogue au cours des dernières semaines, forçant les policiers à agir.

Les policiers de la Sûreté du Québec ont dû intervenir à plusieurs reprises en matière de conduite avec les capacités affaiblies durant les dernières semaines sur l’ensemble du territoire des régions de la Mauricie-Lanaudière et l’Outaouais-Laurentides.


Plusieurs contrôles routiers sont ainsi prévus dans les prochaines semaines ciblant la conduite affaiblie par l’effet de l’alcool ou d’une drogue. Le dépistage obligatoire est en vigueur, ce qui permet aux policiers d’exiger de la part d’un conducteur qu’il fournisse un échantillon d’haleine au bord de la route, qu’ils soupçonnent ou non qu’il y a eu consommation récente d’alcool.

Les conducteurs fautifs s’exposent à des sanctions telles qu’une amende de 1000$, la suspension du permis de conduire, la saisie du véhicule, le remisage du véhicule ou à une peine d’emprisonnement.

La Sûreté du Québec rappelle que ces mesures sont prises puisque la capacité de conduite affaiblie par l’alcool ou les drogues demeure l’une des causes principales des collisions mortelles au Québec et insiste sur le fait que ce comportement doit être éradiqué.

«Si vous sortez et comptez prendre de l’alcool ou de la drogue, prévoyez une solution de rechange existante, soit les services de raccompagnement, le recours à un conducteur désigné, le taxi ou le transport en commun»,  a déclaré -Marc Tessier, agent d’information pour la Sûreté du Québec.