Un homme de Rockland a été accusé de trafic de cocaïne au cours d'une importante enquête policière sur les fournisseurs de drogue de haut niveau dans la région.
Un homme de Rockland a été accusé de trafic de cocaïne au cours d'une importante enquête policière sur les fournisseurs de drogue de haut niveau dans la région.

Un homme de Rockland accusé de trafic de drogue

Stephen Jeffery
EAP
Un homme de Rockland fait partie des 16 personnes inculpées au cours d'une enquête policière transfrontalière de neuf mois sur des fournisseurs de drogue de haut niveau dans la région.

La police a accusé 16 personnes de 138 infractions dans le cadre du Projet New Haven, une enquête qui visait les fournisseurs de haut niveau de cocaïne, de méthamphétamine et de cannabis illégal dans la région d'Ottawa-Gatineau. La Police provinciale de l'Ontario (PPO) a déclaré que les cibles comprenaient des membres de bandes de motards hors-la-loi et d'organisations criminelles connues basées au Québec, soupçonnées d'avoir fourni des drogues à des trafiquants de niveau intermédiaire et à des gangs de rue.

Jeff Payer, 45 ans, de Rockland, était parmi les 16 personnes inculpées lors de l'opération. Il fait face à quatre chefs d'accusation de possession de biens obtenus par des moyens criminels de plus de 5 000 $, quatre chefs d'accusation de trafic de substances de l'annexe 1 (cocaïne) et un chef d'accusation de complot en vue de commettre un crime. Il devait être traduit devant la Cour de justice de l'Ontario à Ottawa à une date ultérieure.

Au cours de 12 descentes en Ontario et au Québec le 15 octobre, les agents de la PPO et de la Sûreté du Québec ont saisi 11,59 kilogrammes de cocaïne, 211 livres de cannabis illégal, environ 40 000 comprimés de méthamphétamine, 227 105 dollars en monnaie canadienne, cinq véhicules, une presse à cocaïne, un agent de coupe, ainsi que deux armes d'épaule, trois armes de poing, une réplique d'arme à feu et un Taser.

«Les enquêteurs avaient comme priorité stratégique de traquer les cibles de haut niveau dans le but d'interrompre l'approvisionnement des trafiquants de niveau intermédiaire et des gangs de rue, a déclaré le commandant du Bureau de lutte contre le crime organisé de la PPO, le surintendant principal Paul Mackey, a déclaré. Nous voulions influencer l'approvisionnement au plus haut niveau du réseau afin de produire un impact durable. »