Abigail Collins lève le livre qu'elle lit pour que l'un de ses jeunes auditeurs puisse mieux le voir, lors d'une séance spéciale d'heure du conte à la Bibliothèque publique de Clarence-Rockland pour célébrer la Journée de la vérité et de la réconciliation le 30 septembre. Le personnel de la bibliothèque a l'intention de faire en sorte que le partage de contes et légendes issus de la culture et de l'histoire des peuples autochtones du Canada fasse partie intégrante des futures séances d'heure du conte.
Abigail Collins lève le livre qu'elle lit pour que l'un de ses jeunes auditeurs puisse mieux le voir, lors d'une séance spéciale d'heure du conte à la Bibliothèque publique de Clarence-Rockland pour célébrer la Journée de la vérité et de la réconciliation le 30 septembre. Le personnel de la bibliothèque a l'intention de faire en sorte que le partage de contes et légendes issus de la culture et de l'histoire des peuples autochtones du Canada fasse partie intégrante des futures séances d'heure du conte.

Raconter les histoires qui doivent être racontées

Gregg Chamberlain
EAP
Abigal Collins et Louise Vien sont des conteuses et les histoires qu'elles racontent contribuent à éduquer les auditeurs tout en les divertissant.  

Les deux femmes, l'une âgée de 13 ans et l'autre de 51 ans, font partie d'une nouvelle addition au programme Storytime de la Bibliothèque publique de Clarence-Rockland. Elles ont fait leurs débuts dans le programme le 30 septembre dans le cadre d'une session spéciale du programme pour la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, afin de partager avec les enfants et les jeunes des histoires et des connaissances sur les peuples autochtones du Canada. 

«Le Créateur nous a donné deux oreilles et une bouche, a dit Mme Vien, pour que nous sachions que c'est plus important et que nous comprenions. C'est un début lorsque nous partageons tous.» 

L'événement du 30 septembre à la bibliothèque a été le résultat de trois mois de planification par le personnel de la bibliothèque, avec notamment des expositions de livres consacrés à la culture, à l'histoire et aux histoires des Premières Nations. Catherine Rouse, directrice générale de la bibliothèque, a fait remarquer que l'événement du 30 septembre n'était que le début des plans de la bibliothèque pour utiliser son rôle de service communautaire afin d'aider les résidents de Clarence-Rockland et les visiteurs de la région à être mieux éduqués et conscients du rôle que les peuples autochtones du Canada ont joué dans l'histoire de la région de Prescott-Russell et de la nation en général. 

«Je crois qu'une bibliothèque fait partie du processus d'éducation, a déclaré Mme Rouse, et il est de notre devoir de contribuer à l'éducation des gens. Il ne s'agit pas seulement d'un événement d'un jour.» 

Outre les activités et les expositions prévues en novembre pendant la Semaine nationale des traités, le programme Storytime de la bibliothèque proposera régulièrement des histoires sur et à propos des Premières nations du Canada, allant des légendes traditionnelles aux histoires plus modernes adaptées aux jeunes auditeurs. 

Abigail Collins et Louise Vien ont toutes deux exprimé leur satisfaction et leur fierté d'avoir participé au lancement de ce nouvel ajout au programme d'heure du conte. Pour Abigail Collins, c'était la première fois en dehors de la salle de classe que la jeune fille de 13 ans de Hammond exerçait en public son don pour raconter des histoires. 

«Je suis juste une enfant ordinaire, a déclaré Mme Collins, ajoutant que raconter des histoires aux petits enfants est différent de ce qu'elle fait avec ses camarades. Je change un peu ma voix, je rends l'histoire amusante, je fais des bruits et autres pendant que je parle, pour qu'ils ne s'ennuient pas». 

«Je suis toujours en train de raconter une histoire", a déclaré Mme Vien, avec un sourire, ajoutant que le secret d'une bonne narration est "d'utiliser beaucoup d'expressions». 

La conteuse Louise Vien divertit un public enthousiaste lors d'une séance spéciale d'heure du conte à la bibliothèque publique de Clarence-Rockland pour célébrer la Journée de la vérité et de la réconciliation le 30 septembre.