September 30 was the first National Day of Truth and Reconciliation in Canada to promote better understanding of First Nation issues, culture and history in Canada, and also to highlight past abuses against Canada’s indigenous people. In Rockland municipal officials, representatives for the Clarence-Rockland’s indigenous community, school children, and other residents gathered at the Cenotaph at city hall for a sombre ceremony of remembrance.
September 30 was the first National Day of Truth and Reconciliation in Canada to promote better understanding of First Nation issues, culture and history in Canada, and also to highlight past abuses against Canada’s indigenous people. In Rockland municipal officials, representatives for the Clarence-Rockland’s indigenous community, school children, and other residents gathered at the Cenotaph at city hall for a sombre ceremony of remembrance.

Marche des douleurs pour les enfants perdus

Gregg Chamberlain
EAP
Un sombre défilé a fait son chemin jeudi matin le long de la rue Laurier jusqu'au cénotaphe de Rockland, pour marquer la première Journée nationale de vérité et de réconciliation au Canada.  

«Aujourd'hui est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, a déclaré le maire Mario Zanth lors d'une cérémonie silencieuse le 30 septembre, où nous nous souvenons et rendons hommage aux enfants disparus et aux survivants des pensionnats, à leurs familles et à leurs communautés. C'est le moment de reconnaître solennellement le mal et le préjudice causés par ce système.»   

Andria Desjardins de Clarence Creek, une Canadienne métisse, a organisé la Marche des douleurs avec l'aide d'autres citoyens de Clarence-Rockland qui, comme elle, partagent une identité commune en tant que résidents des Premières Nations du Canada. Plus de cinq douzaines de personnes de toutes origines ont participé à la marche et au service devant le cénotaphe. 

«Nous voulons que vous saisissiez cette occasion, ce jour et tous les jours, a déclaré Mme Desjardins, pour réfléchir, vous informer et agir afin de montrer votre soutien aux peuples autochtones.»   

La Journée nationale de vérité et de réconciliation est un nouveau jour férié fédéral visant à honorer la mémoire des enfants des Premières Nations retirés de leur famille, dans le cadre d'un programme du gouvernement fédéral, en partenariat avec divers groupes religieux. Ce programme a été mis en place par le gouvernement conservateur du premier Premier ministre du Canada, Sir John A. MacDonald, pour enseigner l'anglais aux enfants et les assimiler à la société canadienne. 

Le programme des pensionnats n'existe plus, mais la découverte récente de fosses communes sur les sites d'anciens pensionnats a mis en lumière les abus signalés dans le passé à propos de ce programme. Les tombes sont remplies des restes d'enfants décédés pendant leur séjour dans les pensionnats, et qui ont été enterrés sans que leurs familles en soient informées. 

De nombreux survivants du système des pensionnats, comme Gil McGillivray de Vankleek Hill, parlent maintenant de leurs expériences. M. McGillivray, conférencier invité à la cérémonie de Rockland, a été envoyé au pensionnat indien de Prince Albert en Saskatchewan lorsqu'il était enfant. Il s'est enfui de l'institution à trois reprises, mais a toujours été renvoyé. 

«Nous devons comprendre ce que sont la vérité et la réconciliation, a déclaré M. McGillivray. J'espère que cet événement pourra continuer et que nous nous souviendrons de tous les petits qu'ils continuent de trouver. Je suis heureux d'être ici, de pouvoir parler en leur nom. J'espère pouvoir être un gardien du savoir pour vous tous et partager mes connaissances avec vous.»   

La Commission fédérale de vérité et de réconciliation a publié son rapport final sur le système des pensionnats et ses abus en juin 2015. Le rapport comprenait 94 «appels à l'action» que les gouvernements fédéral et provinciaux actuels et futurs devaient suivre. Des exemplaires du rapport, en français et en anglais, peuvent être lus à la bibliothèque publique de Clarence-Rockland. 

Le 30 septembre a été la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation au Canada.