L'est de l'Ontario ne recevra aucun vaccin cette semaine en raison d'un réaménagement de l'usine de Pfizer-BioNTech en Belgique.
L'est de l'Ontario ne recevra aucun vaccin cette semaine en raison d'un réaménagement de l'usine de Pfizer-BioNTech en Belgique.

Le retard des vaccins touche la région

Stephen Jeffery
EAP
Le Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) n'a pas reçu d'expédition régulière de vaccins Pfizer-BioNTech cette semaine, car une pénurie de doses à l'échelle nationale a affecté l'approvisionnement provincial.

Les deux sociétés ont annoncé des retards dans la livraison des doses en provenance de son usine belge, qui était en cours de réoutillage pour créer jusqu'à deux-milliards de vaccins en un an, au lieu de 1,3 milliard. Par conséquent, l'Ontario n'a reçu aucun vaccin cette semaine, alors que seuls 26 325 arriveront la semaine prochaine au lieu des 80 000 prévus initialement. Les fournitures pour les deux semaines suivantes.

AN ENGLISH VERSION OF THIS ARTICLE WAS PUBLISHED ON PAGE 2 OF THE JANUARY 27 EDITION OF THE TRIBUNE-EXPRESS, ON PAGE 4 OF THE JANUARY 28 OF THE REFLET-NEWS, AND ON PAGE 4 OF THE JANUARY 28 EDITION OF THE VISION

Ce retard devait repousser le déploiement du vaccin auprès du personnel des soins de longue durée, bien que le médecin hygiéniste, le Dr Paul Roumeliotis, ait déclaré que le BSEO était en bonne voie pour vacciner tous les résidents des établissements de soins de longue durée d'ici la fin de la semaine. Quelque 200 vaccins Moderna seront livrés dans la région pour aider à vacciner les autres maisons de soins de longue durée et certaines maisons de retraite à haut risque.

« En ce moment, nous sommes dans une situation critique à cause du manque de vaccins, a déclaré le Dr Roumeliotis. À un moment donné, nous allons rattraper le retard, et nous allons faire vacciner un certain nombre de personnes en même temps.»

Tout le personnel et les résidents avaient été vaccinés dans sept maisons de soins de longue durée avant l'annonce du retard de vaccination. Seuls les résidents avaient été vaccinés dans les neuf autres établissements, après que le BSEO ait reçu des directives de la province pour se concentrer sur la population la plus vulnérable en attendant l'arrivée de doses supplémentaires.

Le docteur Roumeliotis a déclaré que la deuxième dose devait être administrée aux résidents des foyers de soins de longue durée dans le délai recommandé de 21 à 28 jours. Il a indiqué que la deuxième dose pourrait être retardée jusqu'à 41 jours et rester viable, mais a précisé que ce délai ne serait utilisé que si les retards se poursuivaient. 

En date de lundi, le BSEO avait administré 2267 vaccins dans la région. Ce nombre comprend 100 résidents de la Résidence Prescott-Russell, l'un des foyers de soins de longue durée les plus touchés par l'épidémie de l'année dernière.

Lorsqu'on lui a demandé lors du point de presse de lundi, si les snowbirds actuellement en Floride devaient essayer de se faire vacciner aux États-Unis au lieu d'attendre leur retour, le Dr Roumeliotis a encouragé les personnes à haut risque à se faire vacciner si elles le pouvaient.

«Si vous pouvez l'obtenir, faites-le, a-t-il déclaré. La plupart des personnes qui sont mortes et qui n’étaient pas sous des soins avaient au moins 70 ans, donc s'ils peuvent se faire vacciner, ils devraient. »