Border checkpoints were set up at the ferry between Clarence, Ontario and Thurso, Québec on monday to enforce the provincial government's new COVID-19 measures.
Border checkpoints were set up at the ferry between Clarence, Ontario and Thurso, Québec on monday to enforce the provincial government's new COVID-19 measures.

Restriction de voyage Ontario-Québec

Stephen Jeffery
EAP
Des postes de contrôle frontaliers ont été mis en place au traversier entre Clarence, Ontario et Thurso, Québec depuis lundi, afin d'appliquer les nouvelles mesures COVID-19 du gouvernement provincial.  

Le gouvernement Ford a limité les déplacements entre l'Ontario et le Québec aux voyages essentiels dans le cadre d'une série de nouvelles restrictions depuis vendredi dernier et le Québec a emboité le pas pour restreindre les déplacements interprovinciaux alors que la situation sanitaire de l’Ontario ne s’améliore point.  

Le premier ministre Doug Ford a annoncé que des postes de contrôle seraient mis en place à tous les postes frontaliers provinciaux à partir de lundi à 0 h 01. Le déploiement de barrage routier permanent n’est pas prévu pour la région, mais seront en place surtout en périodes achalandées.  Les résidents d’une province comme de l’autre ne sont autorisés à se déplacer entre elles que pour le travail, les soins médicaux, le transport de marchandises ou l'exercice des droits autochtones issus de traités.   

Dans un communiqué, la Police provinciale de l'Ontario a indiqué que les personnes ne voyageant pas pour des raisons essentielles se verraient refuser l'entrée. «Les véhicules commerciaux, comme les camions de transport, seront autorisés à passer, a déclaré Bill Dickson, porte-parole de la Police provinciale de l'Ontario. On demande aux automobilistes qui s'approchent des frontières interprovinciales, dans l'une ou l'autre direction, de se préparer à une circulation lente. La sécurité du public et des agents aux points de contrôle est notre priorité absolue.»  

Cependant, plusieurs autres mesures annoncées vendredi dernier ont déjà été abrogées au cours du week-end. Les terrains de jeux, dont la fermeture avait également été ordonnée, ont été rouverts dans les 24 heures après un tollé de la communauté. Les pouvoirs de police élargis accordant aux agents le pouvoir de demander à toute personne se trouvant à l'extérieur de sa résidence la raison de sa présence à l'extérieur, ou de lui demander son adresse, ont également été abrogés, lorsque plusieurs services de police municipaux ont choisi de ne pas les appliquer.   

Au lieu de cela, la police n'arrêterait des personnes ou des véhicules que s'ils étaient soupçonnés de participer à un rassemblement illégal ou à un événement public organisé. Le refus d'obtempérer pourrait entraîner une amende de 750 $.   

«Les agents de la Police provinciale de l'Ontario n'arrêteront pas arbitrairement une personne ou un véhicule, ni n'entreront dans une habitation dans le seul but de vérifier le respect de l'ordonnance, a déclaré M. Dickson. Les individus ne sont pas tenus de fournir une preuve de travail essentielle.»   

L'occupation des magasins de détails essentiels, y compris les supermarchés, les grandes surfaces et les magasins de proximité, sera limitée à 25 % de leur capacité. Depuis lundi, les services religieux, les mariages et les funérailles seront limités à 10 personnes à l'intérieur comme à l'extérieur. Les chantiers de construction non essentiels ont été fermés, tandis que les installations de loisirs en plein air, telles que les terrains de golf, les terrains de football et les terrains de basket, ont été fermées.   

Les cas et les hospitalisations continuent d'augmenter et force le gouvernement à ajouter des mesures d’urgence. L'ordre de rester à la maison a été prolongée de deux semaines supplémentaires, pour un total de six semaines. Les rassemblements à l'extérieur ont été limités aux membres d'un même ménage à partir de samedi à 0 h 01. Cependant, une personne vivant seule peut toujours se joindre à un autre ménage.