Les bénévoles sont les piliers du bon fonctionnement de la banque alimentaire Bons Voisins.
Les bénévoles sont les piliers du bon fonctionnement de la banque alimentaire Bons Voisins.

La banque alimentaire Bons Voisins: du bon monde!  

Rédaction
EAP
Chaque semaine, des dizaines et des dizaines de produits non admissibles à la vente se retrouvent dans chaque épicerie locale : étiquetage non conforme, produit poqué ou imparfait. Ces produits sont bons à manger, mais impossibles à vendre à cause de standards de qualité. La COOP Indépendant d’Embrun et la banque alimentaire Bons Voisins ont trouvé la solution parfaite pour régler ce problème et éviter le gaspillage alimentaire.  

Mais avant tout, qu’est-ce que la banque alimentaire Bons Voisins ? Bien qu’elle ne soit enregistrée comme organisme de bienfaisance avec l’ARC que depuis l’an 2000, la banque alimentaire Bons Voisins (BABV pour faire court) a débuté ses opérations dans les années 1990. Sa mission est d’entreposer et distribuer de la nourriture aux personnes dans le besoin.  

Bien entendu, il ne s’agit pas là d’un problème facile à résoudre. C'est là qu’intervient la COOP Indépendant qui a trouvé la solution moderne à ce problème antique ; donner les produits qu’ils ne peuvent pas vendre à la banque alimentaire Bons Voisins. Ainsi, tous les quinze jours, des représentants de la BABV viennent en magasin, et ramassent ces produits qui, autrement, auraient été destinés à la poubelle. Un point en plus pour l’objectif zéro déchet ! 

Mais la COOP Indépendant n’est pas la seule à aider la BABV. Plusieurs commerces de la région s’y mettent aussi. On pense notamment au Giant Tiger d’Embrun qui offre des prix très avantageux sur les produits de base (pain, lait, etc.) à la banque alimentaire, lui permettant ainsi de faire le meilleur usage possible des précieux dons qu’elle reçoit. « Sans la coopération de ces commerces, on n’arriverait pas à faire la moitié de ce qu’on peut faire ! », affirme Jean-François Gignac, président de la banque alimentaire Bons Voisins.  

Il explique qu’il s’agit d’un « partenariat naturel » entre les différents commerces qui ont des mandats à respecter et la banque alimentaire qui a besoin du plus d’aide possible afin de bénéficier à un plus grand nombre de familles.  

Grâce à ces partenariats innovants et aux nombreux dons de la communauté, la BABV peut se permettre de donner de la nourriture une fois par semaine à des familles dans 4 villages aux alentours d’Embrun. Les clients peuvent obtenir la nourriture une fois par mois. «On a une limite d’une fois par mois pour chaque client, mais c’est simplement pour pouvoir aider le plus grand nombre de famille possible», explique Monsieur Gignac. La BABV dit être venue en aide à plus de 1082 familles au cours de la dernière année.  

Tout cela ne serait pas possible sans l’aide des précieux bénévoles et travailleurs de la BABV, parmi lesquels trois d’entre eux se démarquent particulièrement par leur implication au sein de l’organisme : Ginette Rivet, qui travaille en coordination avec les clients ainsi que Denise Lafrance et Marc Middleton qui, chaque semaine, viennent compter l’inventaire pour s’assurer que tout se déroule sans accroc. «C’est surtout grâce à nos bénévoles que la banque alimentaire Bons Voisins est-ce qu’elle est aujourd’hui!» de souligner Jean-François Gignac.  

En 2017-2018, 8,7 % des ménages canadiens étaient en situation d'insécurité alimentaire modérée ou grave. Ce genre d’initiative est non seulement appréciée, mais aussi nécessaire au bon fonctionnement de notre société.