Le conseil municipal de Casselman a voté à l'unanimité pour reconduire Daniel Lafleur au poste de maire de la municipalité de Casselman.
Le conseil municipal de Casselman a voté à l'unanimité pour reconduire Daniel Lafleur au poste de maire de la municipalité de Casselman.

Daniel Lafleur reprend ses fonctions de maire de Casselman

Charles Durocher
EAP
Le conseil municipal de Casselman vote unanimement en faveur de la restitution de Daniel Lafleur au poste de maire de la municipalité.  

La municipalité avait annoncé sa résignation au cours d’une assemblée extraordinaire, le 29 novembre dernier, afin de régler une question administrative. Les quatre membres du conseil municipal ont réitéré leur confiance envers le maire Lafleur et voté unanimement en faveur de sa restitution pour le reste du présent mandat, qui prendra fin en octobre 2022. 

Pour la conseillère Francyn Leblanc, la mise en place du conseil administratif temporaire, le 9 novembre dernier, a réglé le problème et la structure administrative actuelle est conforme à la Loi sur les municipalités de l’Ontario. «Là, on a un conseil d’administration. Monsieur le maire n’est pas un DG, il fait partie du conseil d’administration, mais tout est légal. C’est compris que le conseil d’administration, aussitôt que nous aurons une direction générale, sera éliminé et c’est la direction qui va prendre le dessus.» 

Le conseiller Paul Groulx ne regrette pas les décisions prises par le conseil. Il affirme même qu’il reprendrait les mêmes décisions si c’était à refaire. «Concernant la situation à la mairie, pour donner suite à nos décisions du 14 septembre et du 9 novembre, je vous garantis qu’avec les données et les renseignements fournis lors de nos discussions, je reprendrais les mêmes décisions.» 

Pour Daniel Lafleur, sa restitution est un soulagement et il aimerait bien tourner la page sur les événements de la dernière semaine. «C’est un soulagement. Là il faut tourner la page et on va de l’avant. On est une très belle municipalité, une municipalité qui travaille pour les citoyens. Rien n’a été fait pour des raisons pécuniaires ou quoi que ce soit.»