Les bénéfices records de l'année dernière seront difficiles à dépasser pour les clubs de golf de la région, mais l'engouement du public pour ce sport semble toujours aussi fort.
Les bénéfices records de l'année dernière seront difficiles à dépasser pour les clubs de golf de la région, mais l'engouement du public pour ce sport semble toujours aussi fort.

Une excellente saison de golf tire à sa fin

Charles Durocher
EAP
C’est une saison de golf couronnée de succès qui s’achève pour les clubs de golf de la région.  

Les représentants à qui nous avons parlé s’entendent pour conclure que l’engouement pour le golf, qui a marqué la saison 2020, s’est largement maintenu cette année pour les clubs de golf Outaouais à Rockland, La Cité à Hawkesbury, La Nation à Curran et Casselview à Casselman. Ils reconnaissent toutefois qu’il aurait été difficile d’égaler les recettes de la saison précédente. 

Selon Jeff Scott du club de golf Outaouais, les revenus liés au golf avaient bondi de 80% en 2020 par rapport à 2019. C’est que le golf était l’une des seules activités sociales autorisées en Ontario durant l’été 2020, ce qui a engendré une augmentation exponentielle de la fréquentation des terrains de golf par les amateurs. Les revenus de cette année, quoiqu’inférieurs aux revenus de l’année dernière, demeurent néanmoins supérieurs de 30% aux revenus habituels pour le club de golf Outaouais. 

Ce constat est partagé par Kenneth Bracken du club de golf La Cité, qui affirme que les temps de départs devaient parfois être réservés des semaines à l’avance cette année, tellement l’achalandage était important. Le passage à la phase 3 du plan de déconfinement de l’Ontario, qui autorisait la réouverture des salles à manger des restaurants, des salles de spectacles ainsi que la reprise du sport à l’intérieur, aurait aussi légèrement affecté l’achalandage selon plusieurs représentants, car les gens ont soudainement eu beaucoup plus d’options d’activités à pratiquer. 

Les terrains de golf de l’Ontario ont été les derniers à rouvrir en Amérique du Nord, le 22 mai dernier. Ce délai a été une source d’anxiété pour les propriétaires de clubs de golf, qui voyaient leurs joueurs habituels traverser la frontière pour aller jouer au Québec, où les golfeurs étaient libres de pratiquer leur sport préféré. 

Cette attente supplémentaire aura toutefois été bénéfique pour la condition des terrains. Elle aura donné l’occasion aux équipes d’entretien de tondre l’herbe  à plusieurs reprises avant que les golfeurs n’aient la chance d’endommager les verts et les allées. Ainsi, plusieurs représentants nous ont confié que les terrains de golf n’ont jamais étés aussi beaux qu’ils ne le sont cette année, bien qu’Alex Boulerice, responsable du pro shop au club de golf Casselview, attribue la condition exceptionnelle de son terrain davantage au travail accompli par l’équipe d’entretien qu’au délai imposé par le gouvernement. 

L’interdiction des rassemblements intérieurs a eu un impact considérable sur les recettes des clubs de golf, dont une bonne partie des revenus provient de la location de leurs salles pour des événements comme des mariages, des funérailles ou d’autres types de cérémonies. Les gestionnaires ont donc dû s’adapter aux mesures sanitaires en vigueur. 

Au club de golf Outaouais, les tournois de type shotgun, où tous les groupes participants commencent leur ronde en même temps, ont dû être adaptés afin de limiter l’achalandage des terrains. Au club de golf Casselview, les gestionnaires ont dû faire preuve d’ingéniosité, notamment en remplaçant les buffets habituels en clôture des tournois par des options de nourriture à emporter, afin de permettre aux golfeurs de socialiser dans le respect des mesures sanitaires. Malgré les défis, l’avenir s’annonce prometteur pour les clubs de golf de la région. Plusieurs d’entre eux ont déjà commencé à prendre des réservations pour louer leurs salles pour des événements d’envergure et le retour des rassemblements intérieurs nourrit leur espoir d’un éventuel retour à la normale. 

Golf Rockland