Le maire du canton d'Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin (à gauche), présente une couronne au nom du canton, au cénotaphe d'Alfred, lors d'une cérémonie du jour du Souvenir le 6 novembre en après-midi.
Le maire du canton d'Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin (à gauche), présente une couronne au nom du canton, au cénotaphe d'Alfred, lors d'une cérémonie du jour du Souvenir le 6 novembre en après-midi.

Se souvenir du prix de la paix en Alfred-Plantagenet

Gregg Chamberlain
EAP
Une petite foule s'est rassemblée au cénotaphe d'Alfred, par un samedi après-midi venteux, pour honorer la mémoire de ceux qui ont payé le prix ultime pour la paix.  

«Maintenant, Dieu nous appelle à être des artisans de la paix et des porteurs de paix. Puissions-nous porter avec nous un engagement renouvelé à être des personnes de paix, a déclaré le père Apollinaire Ntamabyaliro. Aide-nous à nous rappeler l'importance de rechercher la paix, la vraie paix, et que cette paix ne vienne jamais du canon d'un fusil, mais seulement du cœur changé de tes enfants. Dieu qui surpasse tous nos entendements, nous te prions, nos souvenirs et nos espoirs pour tous, au nom de celui qu'on appelle le Prince de la Paix.» 

Le père Ntamabyaliro, qui officie pour les églises catholiques d'Alfred et de Lefaivre, a offert la prière dans le cadre du service du jour du Souvenir du 6 novembre pour le canton d'Alfred-Plantagenet. En raison des limites de santé publique qui existent encore pour les rassemblements en plein air, la participation officielle à l'événement était limitée aux représentants du canton, des gouvernements provincial et fédéral, de la Légion royale canadienne et d'autres groupes. Un certain nombre de résidents étaient également présents pour observer le déroulement de l'événement. 

«Nous reconnaissons le courage et l'héroïsme des anciens combattants survivants et de ceux qui sont morts au combat, a déclaré le maire Stéphane Sarrazin. Aujourd'hui, nous adressons également nos pensées et notre reconnaissance aux familles des soldats qui ne sont jamais rentrés chez eux. Il est important de toujours se souvenir des sacrifices consentis par ces personnes, et de transmettre ce savoir aux jeunes générations, afin de ne jamais oublier ce qu'il a fallu faire pour pouvoir vivre en paix aujourd'hui.» 

Coquelicot du souvenir

L'année 2021 marque le 100e anniversaire de la désignation du coquelicot comme fleur symbole officielle du jour du Souvenir au Canada. Anna Guérin, qui a ensuite été surnommée la dame au coquelicot de France, a été inspirée par sa lecture de In Flanders Fields, le poème du lieutenant-colonel John McCrae, un poète canadien, qui a servi comme médecin de champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale. 

Le poème de M. McCrae décrit la vue des coquelicots qui ont poussé parmi les tombes de certains soldats sur les terrains fraîchement retournés des champs de bataille. Mme Guérin a fait pression pour que les coquelicots soient distribués le 11 novembre, jour de l'Armistice, afin de soutenir les anciens combattants de ce que l'on appelait alors la Grande Guerre et de se souvenir des soldats, des marins, des pilotes et du personnel de soutien militaire et civil qui sont morts. 

L'Association des anciens combattants de la Grande Guerre a adopté le coquelicot comme fleur officielle du jour du Souvenir en juillet 1921. L'association a ensuite fusionné avec d'autres organismes d'anciens combattants du pays pour former la Légion royale canadienne. 

Le trompettiste Mathieu Bélanger a interprété The Last Post et Le Réveil lors du service du Souvenir du 6 novembre à Alfred. M. Bélanger a honoré la mémoire de son arrière-arrière-grand-père, le sergent Télésphore Dallaire de Lachute, qui a combattu en Belgique pendant la Première Guerre mondiale et qui a été renvoyé chez lui après avoir été hospitalisé pendant plusieurs mois pour le traitement de blessures par shrapnel à la jambe, reçues pendant l'une des batailles en novembre 1915.
Le canton d'Alfred-Plantagenet a organisé sa cérémonie du jour du Souvenir le 6 novembre au cénotaphe d'Alfred. La cérémonie s'est déroulée dans le calme, sans défilé et avec un petit nombre d'officiels et de représentants de la Légion, du canton, des gouvernements provincial et fédéral, et d'autres invités, en raison des directives de sécurité en matière de santé publique toujours en vigueur pour les rassemblements en plein air pendant la pandémie.