Benoît Perrault, artiste local, présente sa troisième exposition Rétrospectives et perspectives, au Centre culturel le Chenail de Hawkesbury, pour la saison d’automne 2021. Il montre ici, fièrement, son œuvre sur Jean-Paul Riopelle.
Benoît Perrault, artiste local, présente sa troisième exposition Rétrospectives et perspectives, au Centre culturel le Chenail de Hawkesbury, pour la saison d’automne 2021. Il montre ici, fièrement, son œuvre sur Jean-Paul Riopelle.

Rétrospectives et perspectives par Benoît Perrault

Catherine Lefebvre
EAP
Benoît Perrault, artiste peintre et designer, présente sa troisième exposition ‘Rétrospectives et perspectives’ pour la saison automnale, au Centre culturel le Chenail à Hawkesbury.  

Benoît Perrault est revenu vivre à Hawkesbury après avoir passé quelques années à Montréal. L’artiste peintre et designer a un parcours diversifié. Agent immobilier, il a également étudié en architecture et aime créer. Cette année, il expose ses oeuvres pour une troisième fois, la première étant en 2001 et la deuxième en 2011. L’écart de dix ans entre chaque exposition est, selon lui, une coïncidence. Depuis un an, M. Perrault fait partie du comité d’administration du centre. Lorsqu’il a discuté de la programmation de l’automne avec la directrice, Mme Lynda Clouette-Mackay, il s’est proposé comme artiste exposant.   

Au premier regard, lorsqu’on fait le tour de la salle d’exposition, on voit quelques peintures de l’artiste, comme un portrait de Jean-Paul Riopelle, une peinture représentant le 11 septembre 2001 et l’effondrement des tours, ainsi qu’une oeuvre nommée Virus. On voit aussi deux montages photos narrés, un mettant en vedette des pommes de terre, fait dans le cadre de ses cours d’architecture.     

Le thème de l’exposition est le moment présent. «Parler du moment présent, parler de ce qu’on vit avec la pandémie, des réactions des gens, réactions du gouvernement, comment on vit notre vie dans tout ça. Ce n’est pas nécessairement par rapport à la pandémie, mais c’est par rapport au fait qu’on change le cours de notre existence pour de bon, tout d’un coup», a expliqué Benoît Perrault.    

L’artiste sent que les gens de la région ne sont pas très allumés envers la culture et veut changer cela. Il affirme ne pas pouvoir y arriver seul et avoir besoin d’alliés. Il souhaite transmettre l’amour de l’art aux personnes de tous âges et de tous horizons. Il veut que tous viennent, même s’ils n’ont pas nécessairement de connaissances techniques artistiques. «Ce que j’espère, c’est juste d’attirer les gens à venir voir des oeuvres d’art, qu’ils se sentent à l’aise d’aller voir ça. Je me rends compte que souvent, surtout quand on parle d’art abstrait, les gens vont être mal à l’aise parce qu’ils ont l’impression qu’ils doivent interpréter quelque chose. Mon but c’est tout simplement qu’ils regardent et qu’ils laissent ça rentrer, comme on écoute une musique qui joue en arrière-plan», a-t-il conclu.   

Une nouvelle organisation d’artistes régionaux a été mentionnée durant l’entretien. Quelques artistes locaux se sont regroupés, à la suite de l’initiative d’une d’entre eux, Karen Mingarelli. Le Art Hawkesbury Collective est formé de six artistes provenant de Hawkesbury, L’Orignal et Grenville. Le 5 septembre dernier, leur première exposition s’est tenue à la Plaza 179, sur la rue Main à Hawkesbury. Les six camarades ont nommé leur espace Cranberry Gallery. La galerie sera ouverte tous les dimanches, de 14 à 16 heures, et offrira des leçons d’art et la possibilité, pour de nouveaux artistes, d’avoir un premier vernissage.