Les propriétaires de bars croyaient qu’ils étaient au bout de leurs peines. Le succès de la campagne de vaccination en Ontario et l’imposition du passeport vaccinal dans leurs établissements leur laissait entrevoir un retour à la normale. Mais personne dans le milieu de la restauration n’avait vu venir la vague Omicron ni le nouveau confinement imposé par le gouvernement Ford.
Les propriétaires de bars croyaient qu’ils étaient au bout de leurs peines. Le succès de la campagne de vaccination en Ontario et l’imposition du passeport vaccinal dans leurs établissements leur laissait entrevoir un retour à la normale. Mais personne dans le milieu de la restauration n’avait vu venir la vague Omicron ni le nouveau confinement imposé par le gouvernement Ford.

Reconfinement des bars: Déjà vu?

Charles Durocher
EAP
Les propriétaires de bars croyaient qu’ils étaient au bout de leurs peines. Le succès de la campagne de vaccination en Ontario et l’imposition du passeport vaccinal dans leurs établissements leur laissait entrevoir un retour à la normale. Mais personne dans le milieu de la restauration n’avait vu venir la vague Omicron ni le nouveau confinement imposé par le gouvernement Ford.

Le retour à la phase deux du plan de déconfinement de l’Ontario fait mal aux propriétaires de bars de la région. Ceux-ci se sentent de nouveau abandonnés par les gouvernements fédéral et provincial alors qu’ils sont une fois de plus plongés dans l’incertitude. 

Sameer Chhibber, propriétaire du resto-bar G.A.B.’s à Rockland, est exaspéré par les multiples volte-face du gouvernement provincial: « Ils nous avaient dit qu’une fois que la majorité de la population serait vaccinée, il n’y aurait plus de confinement et là, ils nous forcent à fermer encore une fois. On nous fait toujours des promesses, mais elles ne sont jamais tenues.» 

Ce dernier estime que la réaction du gouvernement face à la propagation du variant Omicron est démesurée : « Je pense que la réaction du gouvernement est exagérée. Oui, le variant Omicron est plus contagieux, mais les symptômes sont similaires à la grippe saisonnière, et pour ça, on ferme l’économie et on néglige le traitement des maladies cardiaques, des cancers, etc.» 

Monsieur Chhibber affirme qu’il est de plus en plus difficile pour lui de conserver son optimisme: « J’ai confiance qu’on va s’en sortir, mais quand? Certains pays ont déjà commencé à administrer des quatrièmes doses et les nouveaux variants continuent de se multiplier.» 

Néanmoins, il se dit reconnaissant du soutien de la communauté, qui l’aide à garder espoir en ces temps difficiles : « Nous on est chanceux, parce que nous sommes dans une petite communauté tissée serrée et que le loyer est moins cher ici qu’en ville. Les citoyens de Clarence-Rockland ont vraiment épaulé les entreprises locales durant la pandémie et on l’apprécie beaucoup.» 

Richard Ménard, propriétaire de la brasserie Étienne Brûlé à Embrun, partage la frustration de Monsieur Chhibber: « C’est pas plaisant pour nous autres. On est les seuls qui demandaient les passeports, pis là, ils nous forcent à fermer nos business. Après ce qu’on vient de vivre durant les deux dernières années, ça commence à être pas mal décourageant.» 

La situation actuelle est insoutenable, selon Monsieur Ménard: « La livraison et les commandes à emporter ça sert juste à retenir une partie de mon staff. On a tellement de misère à trouver du monde que là on ne veut pas les perdre. Mais on risque sortir de là 200-300 000$ dans le trou, déjà que les marges de profit sont pas grosses en temps normal, pis l’hiver c’est juste pour dire si on se tient la tête hors de l’eau. En nous fermant comme ça à tout bout de champ, on ne pourra pas survivre.» 

Comme Monsieur Chhibber, Monsieur Ménard se dit lui aussi déçu de l’aide des gouvernements: « J’ai appelé Francis Drouin pour voir si on va avoir de l’aide mais je n’ai toujours pas eu de réponse. Moi, les factures d’électricité, le loyer, ça n’a pas diminué même si on est fermé. Tant que c’est pas toute la population qui est vacciné, le gouvernement devrait nous aider.» 

Le propriétaire de la brasserie Étienne Brûlé se dit découragé de la situation: « On est pas sortis du bois. Le variant continue de se multiplier d’un bord et de l’autre et on dirait que les vaccins ne fonctionnent même pas.» 

Pour sa part, Antonios Tsourounakis, propriétaire du resto-bar Déjà Vu à Hawkesbury, est plus optimiste: « C’est pas la première fois qu’on vit ça, donc cette fois-ci on est mieux préparés.» 

Celui-ci n’est pas inquiet de la survie de son établissement, mais il se désole de la situation précaire dans laquelle le reconfinement place ses employés: «Le plus gros impact, c’est moins notre survie qui est menacée. Nous ça fait 25 ans qu’on est en affaire, on sait qu’on peut passer au travers. Mais c’est plus pour le personnel de service que j’ai dû mettre à pied. L’assurance emploi ne couvre pas leurs pourboires, donc c’est très difficile pour eux en ce moment. On offre 50 % de rabais à nos employés pour la livraison et les commandes à emporter, mais on aimerait en faire plus.» 

Monsieur Tsourounakis partage la frustration de Sameer Chhibber et de Richard Ménard face à la lourdeur bureaucratique qui complique l’accès à l’aide financière du gouvernement: «Les gouvernements annoncent beaucoup d’aide aux entreprises, mais dans les faits, c’est beaucoup plus compliqué lorsque vient le temps de faire demande. Il me semble que si le gouvernement nous oblige à fermer, l’aide financière devrait être immédiate et facile à obtenir.» 

Mais le propriétaire du Déjà Vu demeure optimiste et croit que nous finirons par nous sortir de cette pandémie interminable: « Moi je suis un éternel optimiste. Peut-être qu’avec la propagation du nouveau variant, moins virulent que les précédents, ça va nous aider à atteindre l’immunité collective et qu’on va pouvoir s’en sortir. J’aimerais transmettre un message d’espoir à la population. On se croise les doigts pour que ce soit le dernier effort à faire pour sortir de la pandémie. Si jamais une autre pandémie comme celle-là devait survenir dans le futur, ne devrons être mieux préparés.»