Le conseil des comtés-unis de Prescott-Russell.
Le conseil des comtés-unis de Prescott-Russell.

Première assemblée en personne des maires des CUPR depuis mars 2020

Gérard Malo
EAP
C'était la première fois, la semaine dernière, depuis le début de la pandémie de la Covid-19, que les maires des Comtés unis de Prescott et Russell étaient présents en chair et en os pour participer à une assemblée. Après 19 mois de rencontres en mode virtuel, c'est dans une ambiance presque festive que les élus se sont retrouvés.

«Cela a fait du bien et c'était extrêmement plaisant de voir les autres maires en personnes, a déclaré le maire Normand Riopel du canton de Champlain. L'atmosphère, quand t'es en personne, est telle que tu peux voir ce que les maires pensent. On dirait que les expressions ne sont pas aussi claires lorsqu'on se réunit en mode virtuel.»   

«En présentiel, a ajouté dans la même veine la mairesse de Hawkesbury Paula Assaly, on est plus conscient du langage corporel. Ce fameux body language qui parfois peut être plus éloquent que la parole.»   

Madame Assaly a noté d'autres détails durant cette rencontre en personne. «Lorsqu'on se réunit en mode virtuel, le décorum n'est pas tout à fait le même, vêtus comme nous le sommes habituellement en t-shirt de golf, alors qu'à l'assemblée de la semaine dernière, le décorum était plus élevé, avec un code vestimentaire veston-cravates».   

Mais ce qui a d'abord frappé la mairesse de Hawkesbury c'est qu'en mode virtuel, on avait perdu l'habitude de la ponctualité.  «Normalement les maires arrivaient en ligne une dizaine de minutes avant la rencontre. Mais pour la rencontre en présentiel de la semaine dernière, les maires étaient sur place près de 45 minutes avant le début de l'assemblée, tellement nous avions hâte de nous revoir en personne. Ça nous aura permis de se donner le coude, de pouvoir se saluer et même de s'asseoir tout en gardant les distances recommandées par les mesures sanitaires. Nous avons pu retirer nos masques et nous engager dans des conversations entre collègues, ce qui n'arrive pas en mode virtuel.»   

Certains maires, dont Paula Assaly, auront toutefois vécu un moment émotif, à cause d'un fauteuil vide.«Le collègue qui avant la pandémie s'assoyait à côté de moi était le regretté Guy Desjardins, maire de Clarence-Rockland, décédé il y a quelques mois. Je dois dire que j'ai eu un pincement au coeur quand j'ai vu son fauteuil vide et qu'on avait retiré la plaque portant son nom.»   

Par ailleurs il faut préciser qu'uniquement les élus étaient en présentiel à cette rencontre. Les gestionnaires et administrateurs ont pour leur part participé en mode virtuel. Parce que la salle du conseil des comtés unis n'est pas assez spacieuse pour accommoder tout le monde en respectant la consigne de distanciation physique.